Hospitalités — Week-end du 4 & 5 juillet

Event

Mixed media

Hospitalités
Week-end du 4 & 5 juillet

Past: July 4 → 5, 2015

On Saturday, 3 ’maisons’ will host, the maison rouge, La Galerie, contemporary art centre in the old solicitors office and the Maison Populaire. On Sunday, Le MAC/ VAL, Bétonsalon and Ygrec ENSAPC will organise a trip which starts with their artistic program and elaborates on the narrative of subjectivity as the power of resistance.

The entire program (in french)

——————————

Samedi 4 juillet — de 14 à 19h

La Maison Rouge, Fondation Antoine de Galbert, Paris

Exposition collective — My Buenos Aires

La maison rouge poursuit son cycle d’expositions consacrées aux scènes artistiques de villes. Après Winnipeg (Manitoba, Canada) en 2011 et Johannesburg (Afrique du Sud) en 2013, la fondation met à l’honneur la ville de Buenos Aires. Cette exposition prend le contrepied d’une vision romantique de Buenos Aires. Il ne s’agit pas d’une illustration de la ville ni d’un palmarès des artistes argentins, mais plutôt une sensation, une expérience des dynamiques à l’œuvre dans la capitale argentine. Avec plus de soixante artistes, investissant tous les médiums, de l’installation à la peinture, la sculpture, la vidéo, la photographie, ce sont quatre générations qui sont présentées.

Visite commentée par les commissaires Paula Aisemberg et Albertine de Galbert

26 hospitalites tram maison rouge medium
Ana Gallardo, Casa Rodante, Extrait vidéo, 2007 © Ana Gallardo

——————————

La Galerie, centre d’art contemporain, Noisy-le-Sec

Exposition collective

Only the Lonely / Seuls les solitaires. Une proposition d’Elina Suoyrjö, curatrice en résidence. Jonathan Baldock, Cécile B. Evans, Emma Hart, Essi Kausalainen, Nanna Nordström, Maxime Thieffine.

L’exposition Only the Lonely / Seuls les Solitaires aborde les notions de liens et de ruptures, les sentiments de gêne et d’empathie, ainsi que les dynamiques de groupe — le groupe étant ici composé des œuvres comme autant de personnages. Mettant en scène les sculptures, performances et vidéos de six artistes, l’exposition explore la possibilité d’aborder ces œuvres comme des sujets avec qui rentrer en contact.

Rencontre avec la commissaire et l’équipe du centre d’art

——————————

Maison Populaire, Montreuil

Exposition collective

L’art et le numérique en résonance 2/3. Cory Arcangel, Elias Crespin, Caroline Delieutraz, Pascal Dombis, Benjamin Gaulon, Pascal Haudressy, ORLAN, Jacques Perconte et Flavien Théry.

Ce cycle traite de la fusion du numérique dans l’art et de la façon dont ils se confondent pour « raisonner » ensemble.

Visite commentée avec le commissaire en résidence Dominique Moulon, les artistes Benjamin Gaulon, Pascal Haudressy et l’équipe du centre d’art

Buffet dansant

27 hospitalites tram maison populaire medium
Orlan, La liberté en écorchée et deux Orlan corps, 2013, Video 3D, 28 min 32 s Courtesy de l’artiste et de la Galerie Michel Rein, Paris

Dimanche 5 juillet — de 13 à 19h

——————————

MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur Seine

Exposition / rencontre — Chercher le garçon

L’exposition réunit une centaine d’artistes mâles qui, d’une manière ou d’une autre, interrogent et déstabilisent les modèles établis. Rejetant tout autoritarisme, questionnant les valeurs traditionnellement associées à la masculinité (efficacité, autorité, héroïsme, conquête, force, etc.), les œuvres rassemblées proposent toutes des stratégies de résistance et de redéfinition du paradigme masculin. Le masculin y est mis en questions dans toute sa plasticité. L’anthropologie nous a appris que la différence minimale et irréductible entre le mâle et la femelle tient dans les différentes places occupées dans la chaîne de procréation. Le reste est construction sociale, ancré et dépendant des lieux, des époques, des cultures. L’exposition développe une approche tournée vers des artistes et des œuvres que l’on peut appréhender à partir des théories et postures féministes depuis les années 60. Ou comment le féminisme, envisagé comme une entreprise de déconstruction des systèmes de domination de tous ordres, irrigue la création contemporaine dans une perspective nécessaire d’ancrage de l’art dans un espace de réflexion et d’analyse du réel contemporain.

Intervention de Soufiane Ababri et rencontre avec Frank Lamy, commissaire de l’exposition

——————————

Bétonsalon, centre d’art et de recherche, Paris

Exposition / rencontre — Maryam Jafri, Le jour d’après

L’exposition s’inscrit dans la lignée d’un projet au long cours développé par Maryam Jafri depuis 2009 : Independence Day 1934-1975, une installation composée de photographies du jour de l’indépendance dans les anciennes colonies européennes en Asie et en Afrique, prises entre 1934 et 1975. Issues des pays concernés, ces photographies révèlent d’étonnantes ressemblances malgré des origines géographiques et chronologiques différentes, dans la mise un scène d’un modèle politique exporté depuis l’Europe et en passe d’être dupliqué à travers le monde. L’installation présente des images provenant de 29 archives en Asie et en Afrique, juxtaposées sous la forme d’une grille organisée autour de catégories d’évènements. Cet agencement particulier révèle le caractère générique des rituels et des cérémonies qui se sont déroulées au cours de ces 24 heures inouïes lors desquelles un pays passe du statut de territoire colonisé à celui d’État-nation. La grille élaborée par Maryam Jafri, qui évoque à la fois l’histoire du photo- conceptualisme et la technique narrative du story-board, est fragmentée. L’œuvre déroute ainsi l’ordre idéologique en jeu dans ces images, et suggère des lectures non-linéaires.

Intervention de Soufiane Ababri et rencontreavec Virginie Bobin, co-commissaire de l’exposition

25 hospitalites tram betonsalon medium
India-Philippines-Tanzania 1947-1961 — From the photo series Independence Day 1934-1975

——————————

Ygrec Ensapc, Paris

Exposition / Évènement — Nelson Bourrec Carter & Camille Ayme, Here With Me

L’exposition propose une lecture croisée sur l’Amérique d’aujourd’hui. Deux regards suivant deux axes opposés se rencontrent pour questionner le paysage américain et ses mythes. L’Amérique de la route, conquise d’est en ouest par des politiques d’aménagement se heurte à l’Amérique fictionnée, dont le berceau Californien s’exporte vers l’Europe. À travers l’expérience partagée du road trip, la performance se mêle aux images fixes et animées pour faire le constat d’un territoire en suspens, tel un décor ne demandant qu’à être activé.

Intervention de Nelson Bourrec Carter et Camille Ayme

Apéritif de finissage