Musée Rodin

Au 77, de la rue de Varenne, au pied du dôme des Invalides, se dresse l’hôtel Biron, non pas compris entre cour et jardin comme il l’est de tradition pour tous les hôtels du faubourg Saint-Germain, mais isolé, tel un véritable château, au milieu d’un parc de trois hectares.

Un peu d’histoire

Construit entre 1728 et 1730 par Jean Aubert, le futur architecte des fastueuses écuries du château de Chantilly, l’hôtel fut commandé par Abraham Peyrenc de Moras, perruquier enrichi dans la spéculation sur le papier monnaie. Bien que Peyrenc de Moras fût un véritable « nouveau riche », il fit preuve d’une infaillible sûreté de goût, faisant appel à Aubert qui réalisa là l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture rocaille.

La beauté des façades, du fronton sud et des masques surplombant les fenêtres ne cède en rien au raffinement du décor intérieur et notamment des boiseries, savamment ciselées, des cinq salles en enfilade ouvrant au sud sur le parc. De nombreux éléments du décor d’origine ont pu heureusement être rachetés par le musée après la Seconde Guerre mondiale, notamment les boiseries des salons ovales est et ouest. Quant au décor peint, seize médaillons ou dessus-de-porte, il fut demandé à François Lemoyne, premier peintre du Roi, qui devait entreprendre peu de temps après la décoration du plafond du salon d’Hercule au château de Versailles. Deux dessus-de-porte, Vénus montrant à l’Amour l’ardeur de ses flèches et les Travaux de Pénélope ont pu être achetés récemment par le musée et remis à leur place d’origine; un troisième se trouve actuellement au musée de Nancy.

On le voit, en 1730, l’hôtel se signalait par son faste et son raffinement. Peyrenc de Moras cependant n’en profita guère, puisqu’il mourut en 1732. Sa veuve le loua ensuite à la duchesse du Maine, belle-fille de Louis XIV, jusqu’à la mort de celle-ci en 1753. Le domaine fut alors vendu au maréchal de Biron, le héros de la bataille de Fontenoy ; il en portera désormais le nom. Biron changea peu l’ordonnancement du bâtiment, mais remodela complètement le parc; il en fit l’un des plus beaux de Paris ce que notèrent tous les guides de l’époque. En 1782, le comte et la comtesse du Nord, en réalité le futur tsar Paul Ier qui voyageait incognito sous ce pseudonyme, visita l’hôtel Biron : « Leurs Altesses Impériales examinèrent le jardin qui est une merveille à Paris, admirèrent la beauté des fleurs, la variété des plates-bandes. Ils se promenèrent dans les parterres et les bosquets, s’étonnèrent de la hardiesse et de l’élégance des treillages formant des portiques, des arcades, des grottes, des dômes, des pavillons chinois… »

Promis à la démolition, l’hôtel put abriter de nombreux artistes

Bien que promis à la démolition, l’hôtel put abriter provisoirement un nombre impressionnant d’artistes : Jean Cocteau, Henri Matisse, l’acteur de Max, Isadora Duncan qui avait son école de danse dans un bâtiment aujourd’hui détruit, situé dans la cour d’honneur, et Rodin qui, sur les conseils de Rainer-Maria Rilke, s’installa en 1908 dans l’enfilade des salons sud. Bien que continuant d’habiter et de travailler à la villa des Brillants de Meudon, Rodin fut séduit par la beauté de l’hôtel et le charme sauvage du parc; il y amassa ses œuvres, couvrit les murs de ses dessins, peupla le parc de ses antiques gréco-romains ; il y reçut nombre de personnalités, surveillé par la terrible duchesse de Choiseul.

En 1911, l’Etat acquit le domaine, amputé de sa partie sud, attribuée au lycée Victor Duruy. Quant à Rodin, il forma le projet de remettre à l’Etat l’intégralité de ses collections pour peu qu’un musée lui fût consacré à l’hôtel Biron. Soutenu, entre autres, par Claude Monet, Octave Mirbeau, Raymond Poincaré, Georges Clemenceau, Etienne Clémentel… le projet eut du mal à aboutir tant, encore à cette époque, l’art du sculpteur restait incompris, voire considéré comme sulfureux.

Votées par le Parlement, les trois donations furent officialisées le 24 décembre 1916, Rodin donnant à l’Etat la totalité de ses collections, de ses photographies, de ses archives, ainsi que l’ensemble de son œuvre, sculptures et dessins, assorti des droits patrimoniaux qui y sont attachés. Mort le 17 novembre 1917, Rodin ne put voir la matérialisation de son ultime rêve, l’ouverture de son propre musée qui intervint en 1919.

Musée Rodin Museum
Map Map
07 Paris 7 Zoom in 07 Paris 7 Zoom out

77, rue de Varenne

75007 Paris

T. 01 44 18 61 10 — F. 01 44 18 61 30

www.musee-rodin.fr

Rue du Bac
Varenne

Opening hours

Every day except Monday, 10 AM – 5:30 PM
Nocturne le mercredi jusqu’à 20h45

Admission fee

Full rate €10.00 — Concessions €7.00

Gratuit pour tous le 1er dimanche du mois — Gratuit pour les moins de 18 ans

302x284 hands on design original

Venues nearby