A few things that I know from them

Exposition

Installations, peinture, performance

A few things that I know from them

Passé : 24 octobre → 21 décembre 2013

A few things that I know from them réunit quatre artistes de renommée internationale, chacun tenant un discours contestataire tout en usant de dispositifs mémoriels. Braco Dimitrijevic introduit le spectateur dans l’exposition par la remise en cause de la vérité du discours historique, tandis que Hamish Fulton, Ai Weiwei et Zhao Zhao dialoguent par des œuvres révélant leurs positions singulières face à la politique répressive du régime chinois.

La sélection de photographies de Braco Dimitrijevic — issues de la série This Could be a Place of Historical Interest (1972-1975) — présente des façades d’immeubles des rues de New York et de Londres. Par ces images, l’artiste émet l’hypothèse selon laquelle un lieu ordinaire deviendrait un lieu d’intérêt historique. En affirmant son intention d’ouvrir une ère post-historique, Braco Dimitrijevic crée des monuments transgressant leurs propres règles. Les notions mêmes de commémoration mémorielle et de vérité historique se trouvent ainsi vidées de sens. Le propos de Braco Dimitrijevic entérine une forme de relativisme quant à l’autorité de l’Histoire, cette dernière apparaissant comme un récit fictionnel.

Suivant ce même postulat, nous envisagerons le discours historique comme une fiction ; les œuvres d’Hamish Fulton, Ai Weiwei et Zhao Zhao apparaissant comme les résidus d’un passé chimérique. A la notion établie de monument se substituent celles de trace, de reliquat, ou encore de survivance. L’exposition A few things that I know from them serait ainsi une manière de révéler la fiction historique d’évènements passés.

Au printemps 2011, Hamish Fulton réalisait à l’intérieur du Turbine Hall de la Tate Modern une marche en soutien à Ai Weiwei, alors incarcéré dans une prison chinoise. Par cette performance, l’artiste prenait part à la mobilisation internationale et renouvelait son parti pris critique vis à vis des libertés bafouées par le régime chinois. La peinture murale présentée ici témoigne de ce même engagement, en référence à la participation de Fulton à une manifestation pro-tibétaine dans les rues de Londres. Tibetan Protest (2009-2013) évoque aussi la rencontre de l’artiste avec Palden Gyatso, moine bouddhiste chef de file du soulèvement tibétain, qui fut emprisonné pendant près de trente ans.

Ai Weiwei s’introduit dans l’exposition par la présence de deux des 1001 Wooden Chairs présentées lors de la Documenta 12 en 2007. Le nombre de chaises correspondait aux 1001 citoyens chinois invités pour l’exposition à venir passer 28 jours à Kassel. Ainsi, l’opération Fairytale confrontait de manière subversive la culture chinoise au contexte socio-économique de l’Occident contemporain. Victime de la surveillance qui s’est abattue sur lui ces dernières années, Ai Weiwei peine aujourd’hui à s’exprimer librement dans son propre pays. L’exposition de ces chaises dans la galerie TORRI peut être envisagée comme une commémoration de l’un des gestes fondateurs de sa pratique.

Ayant travaillé durant sept ans en tant qu’assistant d’Ai Weiwei, Zhao Zhao (né en 1982) s’est fait connaître pour sa pratique artistique subversive. A la suite d’un accident de la route en 2005, il choisi de conserver la vitre fracturée du pare-brise de sa voiture. Quelques années plus tard, en 2007, Zhao Zhao fait l’acquisition d’une arme à feu sur un site internet chinois. Inspirée de ces deux expériences, Constellation XVII (2013) est constituée d’une plaque de verre parsemée d’impacts de coups de fusil. L’artiste y enregistre sa propre transgression de la loi par l’acquisition et l’usage d’une arme à feu.

Les traces mémorielles que constituent Tibetan Protest d’Hamish Fulton, les Wooden Chairs d’Ai Weiwei et Constellation XVII de Zhao Zhao dialoguent dans l’espace de la galerie selon la forme d’histoires fictionnelles. Ces œuvres-témoins d’un activisme passé nous sont livrés en tant qu’objets d’art par le détour d’une pensée subversive de l’Histoire, initiée par Braco Dimirijevic au début les années 1970.

Laure Jaumouillé

*Laure Jaumouillé est historienne de l’art et critique pour la revue 02. Elle a publié dernièrement dans les revues Mouvement et Frog. A partir de septembre 2009, elle travaille à la préparation de l’exposition inaugurale du Centre Pompidou-Metz « Chefs- d’œuvres ? », sous la direction de Laurent Le Bon, puis intègre l’équipe du pôle programmation du Centre Pompidou-Metz en tant que chargée de recherche et d’exposition (« Erre, variations labyrinthiques », « Vues d’en haut »). Depuis octobre 2012, tout en suivant le Programme d’expérimentation en art et politique de Sciences Po (Speap), elle assure un enseignement en politique culturelle auprès des étudiants de la filière « culture » du master Affaires publiques de Sciences Po sur la question du dialogue artistique international. *

Torri Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

7, rue Saint-Claude


75003 Paris

T. 01 40 27 00 32

www.galerietorri.com

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

Les artistes