A Period of Juvenile Prosperity

Exposition

Photographie

A Period of Juvenile Prosperity

Passé : 31 octobre → 30 novembre 2014

Né en Arizona, Mike Brodie arpente le territoire américain, nous livrant des images brutes — choquantes parfois, surprenantes toujours — de ces quatre années de voyages, de trains en trains, de rencontres en découvertes. Travaillant masqué, sous couvert de pseudonyme, l’amateur est tout d’abord le « Polaroid Kidd », le minuscule polaroïd, l’enfant du petit format. Enfant car c’est à dix-sept ans seulement qu’il se lance sur les routes et les rails, en 2002, avec quelques effets personnels pour un simple petit voyage… Qui s’avéra durer quelques jours à la suite desquels il partit cette fois discrètement pour un plus long voyage… La pudeur de ce surnom ne dit pourtant pas l’effet saisissant que ces photographies dessinant l’Amérique ont encore sur un monde photographique en mal de représentations novatrices de ce territoire déjà tant visité et si bien décrit. Pour la première exposition personnelle en France, ce Denis Hopper photographique présente un ensemble de photographies, issues de l’ouvrage A Period of Juvenile Prosperity, publié par Twin Palms l’année dernière et déjà épuisé. Face au succès de ses expositions américaines ces deux dernières années, la galerie Les filles du calvaire s’est alliée à la galerie Yossi Milo de New York afin de présenter une sélection conséquente de ces images déjà rares.

Il ne s’agira pas des Polaroids avec lesquels Mike Brodie a débuté son trajet photographique, en 2004, lorsqu’il trouve sur un siège arrière de voiture un vieil appareil oublié. Ce format, qui lui valut son surnom, est celui avec lequel il signa les tags laissés sur son passage, au gré des errances ferroviaires et des rencontres. Il recourt cependant au standard du négatif 35 mm dès 2006, se heurtant aux 46 états américains et aux 50 000 miles qui les sillonnent. Sorte de road movie compulsif, cette série suit de près les « train hoppers », ces jeunes de banlieues américaines qui ont pour habitude de hacker les trains, sautant de l’un à l’autre, voyageant couchés dans les wagons ou le nez au vent, assis sur des piles de papier, bercés par le soleil âpre des plaines et steppes états-uniennes.

De ces images, on garde en mémoire les regards d’amis, d’inconnus devenus des proches, de la violence de la sub-culture américaine, presque punk par sa dureté, souvent grunge, encore poussiéreuse des émanations de l’air soulevé par les trains qui la véhicule. Voyeurs, nous sommes assis parmi cette jeunesse, avec un regard presque trop proche, le nez collé à la sueur, au sang, aux visages de ces vagabonds qui nous rappellent la pauvreté des hobos qui, lors de la Grande Dépression, utilisaient ces moyens de transports pour des raisons économiques. On regarde aussi leur folie sauvage, quelque chose d’extrêmement libre, qui ne connaît pas de frontières et qui est précisément ce que Mike Brodie traduit en images.

Valentine Umansky
  • Vernissage Jeudi 30 octobre 2014 18:00 → 21:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

17, rue des Filles-du-calvaire


75003 Paris

T. 01 42 74 47 05 — F. 01 42 74 47 06

www.fillesducalvaire.com

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 18h30

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Mike Brodie