Alexandra Bachzetsis — A Piece Danced Alone

Exposition

Performance

Alexandra Bachzetsis
A Piece Danced Alone

Passé : 8 novembre → 10 décembre 2011

« A Piece Danced Alone », créé par la danseuse et chorégraphe Alexandra Bachzetsis et conçue en collaboration avec la danseuse Anne Pajunen exploite les attributs du plateau de théâtre en les réduisant au strict minimum. La perspective offerte au spectateur dont le sentiment est de se sentir progressivement installé voire rangé dans un gradin qui fait face à la scène impose à son regard un espace purifié par le noir. Le traitement sombre de la scène, de ses surfaces planes au sol, dans les cintres et au niveau latéral des pendrillons renforce en englobant tout l’espace dans l’obscurité le caractère confiné, secret et domiciliaire du théâtre. Le terme domiciliaire emprunté à Roland Barthes dans ses écrits sur le théâtre est un adjectif invariant en genre, il souligne l’adhésion du dispositif théâtral à une neutralité qui s’impose au spectateur non pas pour mélanger la collectivité mais au contraire dans le but de former une collection de voyeur.

Le premier volet pour la scène de la dernière œuvre d’Alexandra Bachzetsis qui fait suite à de nombreuses investigations utilisant les standards du spectacle (Secret Instructions (en collaboration avec Julia Born, Amsterdam, 2004) ou questionnant un corps féminin normé (Handwerk Amsterdam, 2005), nous invite à une perquisition à domicile. Une perquisition non seulement effectuée sur un site, en l’occurrence la scène de théâtre qui est le lieu d’apprentissage de la chorégraphe, mais aussi une fouille élaborée sur une personne : la danseuse, qui est aussi sa carte d’identité. La pièce pour le théâtre « A Piece Danced Alone » devient alors pour le spectateur inclut dans son jeu de regard, le cadre d’une enquête de flagrance au cours de laquelle les atteintes au droit à l’inviolabilité du domicile et de l’intimité de la personne sont étroitement réglementées par les lois du spectacle. L’outil théâtral s’exprime par le jeu d’illusion produit par les passages derrière les pendrillons et par la ligne qui vient barrer le faisceau optique du spectateur pour régler sa distance au corps en action.

Avec « A Piece Danced Alone », Alexandra Bachzetsis présente un dispositif coercitif dont elle excède chaque signe pour lui faire rendre sa face cachée. En commençant avec un exercice biographique propre à l’audition des professionnels dans le cadre de leur recrutement montré comme la proposition d’une forme achevée de face à face théâtral avec le public. Suivra une chaîne de duplication du corps opérée avec la danseuse Anne Pajunen qui nous rappelle que la naissance du corps de ballet est contemporaine de celle de l’industrialisation.

Si les deux danseuses s’autorisent à percer d’un regard racoleur le quatrième mur qui les sépare du public, c’est peut-être pour rappeler au spectateur qu’il a payé sa place et que cette relation est commerciale. C’est aussi surtout pour défier une architecture qui impose au corps de ceux qui la pratiquent, artiste comme spectateur une fonction et une position fixe dans des espaces affectés. « A Piece Danced Alone » a l’avantage de présenter d’une façon simple et épurée un sujet soumis aux règles transcendantales de l’architecture de l’espace théâtral et un corps gouverné par la loi morale du genre.

Le second volet de « A Piece Danced Alone » (version exposition) a été suscité par l’invitation faite par le CAC Brétigny à la chorégraphe de poursuivre le développement du potentiel que cette œuvre recèle sur le statut du corps dans la société en l’invitant à convertir son projet au bénéfice d’une nouvelle version pour un espace d’exposition qui permettrait de mesurer les clivages et les correspondances qu’entretiennent ces deux espaces contigües de la création. Une expérience à l’image des œuvres incluses au CAC Brétigny dans le dispositif d’exposition de « A Piece Danced Alone », comme la dernière œuvre vidéo de l’artiste sur double écran « Rehearsal » qui examine des manipulations réversibles et irréversibles ou bien encore son œuvre séminale « This Side Up » qui traduit un emploi de la captation video non pas à l’usage de la documentation d’un exercice en trois dimensions mais comme un processus de conversion dans une autre dimension, le film qui répond à une autre gravité du corps dans l’espace et qui se manifeste par l’inclinaison à 90 degré de la camera qui capte la séquence.

L’hypothèse qui pourrait être faite pour « A Piece Danced Alone » (version exposition) est que ce sont la contingence et l’éthique qui caractérisent et distinguent le fonctionnement de l’exposition par rapport à celui du théâtre plus ancré dans une histoire de la transcendance et une gestion avec la morale. Il n’en reste pas moins que pour conclure avec les mots de Roland Barthes :

« il restera toujours de la « représentation », tant qu’un sujet (auteur, lecteur, spectateur ou voyeur) portera son regard vers un horizon et y découpera la base d’un triangle dont son œil (ou son esprit) sera le sommet. »

Pierre Bal-Blanc
  • Performance Mardi 8 novembre 2011 à 20:00
  • Performance Mercredi 9 novembre 2011 à 20:00
91 Essonne Zoom in 91 Essonne Zoom out

Espace Jules Verne
rue Henri Douard


91220 Brétigny s/Orge

T. 33 (0)1 60 85 20 78

www.cacbretigny.com

Horaires

Du mardi au vendredi de 14h à 18h
Les samedis de 14h à 19h

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes

  • Alexandra Bachzetsis
  • Anne Pajunen