Allegro Barbaro — Béla Bartók et la modernité hongroise, 1905-1920

Exposition

Film, peinture, photographie, son - musique

Allegro Barbaro
Béla Bartók et la modernité hongroise, 1905-1920

Passé : 15 octobre 2013 → 5 janvier 2014

Dans la lignée des manifestations que le musée d’Orsay a consacrées aux grands noms de la musique (Mahler, Debussy et les arts), cette exposition, intitulée Allegro Barbaro en hommage à la composition éponyme réalisée par le jeune Bartók en 1911, a pour ambition de faire revivre, cent ans plus tard, la richesse du dialogue entre les arts dans la Hongrie du début du siècle.

Transdisciplinaire, elle propose au spectateur, en convoquant la musique de Béla Bartók au sein même des espaces d’exposition, un parcours historique sensible parmi ces œuvres « allègrement barbares » en lesquelles s’exprime la liberté conquise par une nouvelle génération d’artistes. Ödon Marffy, l’un des peintres du groupe des Huit (Nyolcak) qui a marqué la peinture hongroise à l’orée du XXe siècle, soulignait déjà les liens qui unissent ces acteurs de l’entrée de la Hongrie dans la modernité :

« C’était l’âge des révolutionnaires de l’art hongrois — Ady pour la poésie, Bartók pour la musique et nous, les Huit, pour la peinture ».

En musique comme en peinture, la Hongrie du début du XXe siècle vibre d’un même esprit de rupture et de renouveau, au moment où la première symphonie de Béla Bartók, Kossuth, est jouée pour la première fois à Budapest en 1904, de jeunes peintres hongrois apparaissent sur la scène nationale. Pionniers au sein de l’avant-garde européenne, le premier comme les seconds inventent en quelques années un langage autonome et original, une modernité teintée de tradition nationale

Au tournant du siècle, nombreux sont les artistes qui se tournent vers la capitale française. Béla Bartók fait un premier séjour à Paris en 1905, à l’occasion du concours Rubinstein, alors que ses compatriotes viennent y étudier dans les académies « libres ». Le jeune Béla Bartók se confronte à la tradition française (Rameau, Couperin), et regarde vers les créations de Debussy; quand les jeunes peintres hongrois découvrent Cézanne, Gauguin et bientôt, Matisse, dont ils adoptent très vite le fauvisme. La plupart d’entre eux reviennent cependant régulièrement à Budapest ou dans les colonies d’artistes et autres foyers de création et de rencontre qui se forment chaque été, et retournent dans leur patrie après leurs années de formation, car c’est de leur pays qu’ils entendent renouveler les traditions.

Ainsi, paradoxalement, de même que l’on ne peut dissocier la musique résolument moderne de Bartók de ses recherches en ethnomusicologie sur les chants populaires d’Europe centrale, le vif intérêt pour l’imagerie folklorique et l’ornementation populaire de ses homologues peintres allait de pair avec leur exigence de modernité. Au tournant des années 1910, le dialogue entre les arts sera particulièrement fécond. Les manifestations organisées en marge des expositions du groupe des Huit, puis de la revue Ma (Aujourd’hui), fondée en 1916 par Lajos Kassák, sont fréquentées et animées par les principaux représentants des milieux littéraires, philosophiques et musicaux d’avant garde, et Béla Bartók s’y produit.

En une centaine de tableaux issus des collections publiques hongroises comme de nombreuses collections privées, mais aussi à travers de nombreux documents — partitions, photographies, films, enregistrements sonores… — relatifs au jeune Bartók et aux peintres, musiciens, compositeurs, écrivains, poètes, de son entourage, cette exposition se propose de faire découvrir au visiteur un pan encore trop méconnu de l’histoire des arts en Europe.

Commissariat : Claire Bernardi, Gergely Barki, Zoltan Rockenbauer. Cette exposition est organisée avec la participation exceptionnelle du Szépmővészeti Múzeum de Budapest.

07 Paris 7 Zoom in 07 Paris 7 Zoom out

1, rue de la Légion d’Honneur


75007 Paris

T. 01 40 49 48 14

Site officiel

Solférino

Horaires

Tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 18h
Nocturne les jeudis jusqu’à 21h30

Tarifs

Plein tarif 11 € — Tarif réduit 8,50 €

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes

  • Béla Bartók
  • Ödon Marffy
  • Leoš Janáček
  • Bedřich Smetana
  • Zoltán Kodály
  • György Ligeti
  • János Mattis Teutsch
  • Sándor Ziffer
  • Béla Czóbel
  • József Rippl Rónai