Anna Zemankova — hortus deliciarum

Exposition

Dessin

Anna Zemankova
hortus deliciarum

Passé : 31 mai → 20 juillet 2013

La galerie Christian Berst a choisi de clore sa saison en présentant la Tchèque Anna Zemánková (1908-1986), considérée comme une classique de l’art brut et qui a les honneurs du pavillon international à la biennale de Venise 2013. Le temps de l’exposition, l’œuvre de Jérôme Clermont BigMoserView, réalisée à l’occasion de Parizone@dream, est exposée dans le cabinet de curiosité de la galerie.

Notre époque serait-elle à ce point désenchantée pour que la biennale de Venise investisse l’œuvre d’une petite âme de Moravie du pouvoir de libérer des potentialités nouvelles ? Anna Zemánková (1908-1986), figure déjà consacrée de l’art brut, produisit en effet dès les années 60 une œuvre à laquelle sa condition ne l’avait pas préparée, et, surtout, qui répondait par nature à des injonctions venues des tréfonds, et dont le processus se souciait peu de plaire. Ainsi, à l’heure où les démons de la nuit le disputaient encore aux irisations séminales de l’aube, cette mère de famille — en transe — cueillait en pensée des fleurs étranges que, plus tard, elle ferait saillir du papier, recoudrait, surbroderait, taillerait, en constellerait parfois les ciels de milliers de trous d’aiguilles. Toute une magie blanche au service d’un hortus deliciarum dont elle pensait peut-être tirer des onguents, des baumes et des philtres afin de soigner la dépression et laisser flotter son être. Tandis qu’elle était amputée de ses jambes et condamnée à la silencieuse contemplation du jour qui se lève, cette végétation croissait lentement en elle.

« Je fais pousser des fleurs qui ne poussent nulle part ailleurs »

avait-elle coutume de dire. Mais cette végétation sans racines ni humus, ces floraisons tantôt mentales, tantôt érotiques, de quel herbier des abysses sourdent-elles ? À quel règne appartiennent-elles ? De quelle classification relèvent-elles ? D’ailleurs, à l’instar de la production de Séraphine de Senlis, s’agit-il encore de fleurs ? Ne sont-ce pas déjà des fruits ? Charnus, emplis de sucs entêtants, gorgés de la pulsion d’une femme qui, s’en remettant au mystère non élucidé, dit simplement « je vis ».

03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

3-5, passage des Gravilliers


75003 Paris

T. 01 53 33 01 70

www.christianberst.com

Arts et Métiers
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Anna Zemankova