Antoine Poncet — Pour les chômeurs intellectuels — Scénario d’été

Exposition

Dessin, graphisme, sérigraphie

Antoine Poncet
Pour les chômeurs intellectuels — Scénario d’été

Passé : 1 mars → 2 juin 2013

Antoine Poncet présente deux études sur une série de timbres édités dans les années 1930 pour soutenir les « chômeurs intellectuels ». La première prend la forme de planches philatéliques avec ces timbres mêmes. La deuxième est constituée d’agrandissements numériques de douze de ces timbres, retravaillés manuellement.

Un homme, attablé, jeune, mèches rebelles, pas vraiment hirsute ; mais quand même. Il est un peu négligé et n’a pas l’air bien à son affaire, il semblerait même accablé. Il est face à une page blanche, probablement depuis des mois; la plume dans l’encrier, les coudes sur la table il n’arrive pas à travailler, on dirait un artiste en panne d’inspiration. Heureusement, une femme souriante, vêtue d’une ample tunique légère, coiffée d’un bonnet phrygien, se penche vers lui, souriante, une bourse à la main, probablement une authentique manne d’antan, genre aide à la création. Cette allégorie sociale d’un écrivain désargenté assisté par la République figure sur le premier timbre à 50 centimes + 10 centimes « pour les chômeurs intellectuels », édité en 1935 à plus de 1,5 millions exemplaires.

La série se développe jusqu’en 1940, avec des timbres peut-être moins inspirés représentant les portraits de grands artistes, musiciens, écrivains et scientifiques. Seront représentés par ordre chronologique : Jacques Callot, Hector Berlioz, Victor Hugo, Louis Pasteur, Anatole France, Auguste Rodin, Pierre Puvis de Chavannes, Claude Debussy, Claude Bernard et Honoré de Balzac et une autre allégorie d’une muse jouant de la lyre « pour l’art et la pensée ». Ce qui représente au total — chacun étant édité avec deux valeurs nominales — plus de 35 millions de timbres surtaxés au profit des chômeurs intellectuels ! Mais au fait qu’est-ce qu’un chômeur intellectuel ?

Ce terme est apparu avec la crise des années trente, et le chômage de masse, qui pour la première fois dans l’histoire touchait également les jeunes diplômés. Denis de Rougemont le définit ainsi dans son Journal d’un Intellectuel en chômage, paru en 1937 :

« Un intellectuel chômeur n’est pas un homme démoralisé par la privation de travail. Au contraire, il peut travailler davantage. Il ne se distingue donc d’un intellectuel rentier que par le manque de revenu assuré. Mais le seul fait que la « matérielle » soit déficiente change sa conscience d’intellectuel et l’oblige a se poser des questions nouvelles. »

Antoine Poncet, février 2013.

Il conclut, quasi prophétique :

« Il se pourrait que l’intellectuel puisse connaître une forme très particulière de chômage pur : certaines circonstances extérieures sont capables de tuer en certains hommes jusqu’à l’activité de pensée… ».

Antoine Poncet (né en 1964, vit et travaille à Paris) s’intéresse au début des années 1990 aux statistiques et à l’informatique appliquée à la traduction et publie « Web’s self noise » poèmes en ligne. Depuis 2003, il travaille à une anthologie du charabia, cycle de lectures, de performances, d’essais qui recensent et interrogent les différents types de charabias. En parallèle, en tant que plasticien il développe une collection d’œuvres d’art contrefactuel.

1 Il présente L’Anthologie du Charabia, Faunes & Satyres le vendredi 1er mars à 19:00 au Centre Pompidou dans le cadre du Nouveau festival, Nénette & Rintintin au Centre Mondial de la Paix de Verdun à partir de juin 2013 et l’exposition, Hazards Pictures à l’ INALCO en décembre 2013.

78 Yvelines Zoom in 78 Yvelines Zoom out

Ile des impressionnistes
2, rue du bac

78400 Chatou

T. 01 39 52 45 35

www.cneai.com

Horaires

Du mercredi au dimanche de 13h à 18h
Et sur rendez-vous

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Antoine Poncet