Apartés 2013

Exposition

Techniques mixtes

Apartés 2013

Passé : 18 mai → 13 octobre 2013

Trois artistes ont été invités par le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris à choisir des pièces dans les collections afin de les présenter en regard de leurs propres créations et constituer ainsi des dialogues intimes d’œuvres à œuvres. Leurs productions sont la clef de voûte d’accrochages inédits déplaçant les codes, les lectures historiques, proposant une approche renouvelée des œuvres et des espaces.

Web1 leonor antunes medium
Leonor Antunes, The space of the window, 2007 Recueil de photographies sur meuble dessiné par l’artiste © Air de Paris, Paris — Photo : Marc Domage

Leonor Antunes — née en 1972 à Lisbonne, vit et travaille à Berlin.

La démarche de Leonor Antunes s’élabore dans la radicalité de références au minimalisme et au modernisme, dans la recherche d’un équilibre fragile entre œuvres, objets d’art, mobilier et espaces.

Pour Apartés 2013, elle propose une réinterprétation de son installation The Space of the window en l’inscrivant dans un espace des collections permanentes qui offre une diversité de volumes et de lignes architecturales. En 2004, lors d’une résidence effectuée à Paris, l’artiste photographie le paysage urbain observé de la fenêtre de son atelier. Des fragments d’architectures modelés en plastiline1 et convertis en sculptures miniatures apparaissent au premier plan des photographies. Ainsi s’opère, par médiums interposés, une transposition de sens et d’échelle propre aux installations de l’artiste. Un recueil de ces photographies est montré, déplié sur un meuble qu’elle a dessiné. L’ensemble repose sur un dallage bicolore recouvrant un vaste espace. L’installation accueille un choix affiné d’œuvres des collections qui interrogent les notions de duplication et d’échelle et créent des correspondances entre arts plastiques, arts décoratifs, artisanat, tradition et modernité.

Web4julienprevieux medium
Julien Prévieux, D’octobre à février, 2010 Vêtements, installation © Galerie Edouard Manet, Gennevilliers — Photo : Laurent Lecat

Julien Prévieux — né en 1974 à Grenoble, vit et travaille à Paris.

Le monde du travail, l’économie, la politique, les technologies de pointe ou encore l’industrie culturelle sont autant de domaines auxquels s’intéresse Julien Prévieux. Ses œuvres s’approprient souvent le vocabulaire et les mécanismes des secteurs d’activité qu’elles investissent pour mieux en mettre à jour les dogmes, les dérives et, in fine, la vacuité.

Le titre de cette installation constituée de pull-overs est une allusion aux Révolutions russes de 1917. Au-delà de la référence historique, l’œuvre évoque les situations actuelles de révoltes, de rébellion et de ségrégation que des sociologues anglo-saxons tentent de modéliser grâce à des programmes informatiques afin de prévenir les troubles. Les mosaïques abstraites générées par un outil numérique répondent à des codes couleur précis : le jaune identifie les individus calmes, le gris les prisonniers et le rouge les révoltés. Prenant le contrepied technologique, l’artiste a recruté sur Internet des mamies tricoteuses pour confectionner des pulls qui reprennent les motifs colorés créés par le logiciel. Cette œuvre répond à un protocole complexe croisant idéologie, sociologie, système numérique, artisanat et pratique populaire.

Les choix de l’artiste dans les collections se sont orientés vers des compositions abstraites, privilégiant les systèmes préétablis, la permutation de médiums et de couleurs ainsi que les utopies urbaines, déjouant souvent par l’humour les codes artistiques.

Web5 marie voignier medium
Marie Voignier, L’Hypothèse du Mokélé-Mbembé, 2011 Film, Production Capricci films et Espace Croise © Marcelle Alix, Paris — Photo : Marie Voignier

Marie Voignier — née en 1974 à Ris-Orangis, vit et travaille à Paris.

Les films de Marie Voignier, d’apparence documentaire, se situent entre réalité et fiction. En investigatrice, la vidéaste traque ce point de basculement, faisant vaciller les certitudes. Elle explore le hors-champ ainsi que le langage, ses paradoxes et sa capacité à inventer le monde.

Questionnant la croyance, le film montre la quête d’un crypto-zoologue cherchant au Cameroun des preuves tangibles de l’existence d’un animal mythique, que les pygmées nomment le Mokélé-Mbembé. Infatigable, Michel Ballot compulse les témoignages et tente de produire une représentation de l’animal dont l’apparence oscille selon les descriptions entre un grand rhinocéros et un diplodocus au long cou et aux pattes griffues.

L’accrochage proposé par l’artiste instaure un climat d’incertitude et ébranle notre perception, en écho à l’étrangeté du film. Le parcours s’élabore en finesse et en sensibilité. Il célèbre les inventeurs et les précurseurs dont les expérimentations les plus improbables ont préfiguré la conquête de nouvelles formes et tracé une voie de l’imaginaire à la réalité.

Lors de l’inauguration, les artistes ont présenté « L’inventaire des œuvres absentes », une projection inédite narrant une « impossible exposition ». L’indisponibilité de certaines œuvres a amené les artistes à imaginer un inventaire des pièces n’ayant pu figurer dans leurs accrochages. Cette présentation est un moment d’échange sur les coulisses d’une collection, la complexité de sa gestion et le processus d’élaboration du projet avec les artistes.

1 pâte à modeler très fine

16 Trocadéro Zoom in 16 Trocadéro Zoom out

11, avenue du Président Wilson


75016 Paris

T. 01 53 67 40 00 — F. 01 47 23 35 98

www.mam.paris.fr

Iéna

Horaires

Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h
Nocturne les jeudis jusqu’à 22h

Tarifs

Plein tarif 12 € — Tarif réduit 9 €

Accès gratuit pour les collections permanentes

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes