Armand Jalut — A piece of lace

Exposition

Dessin, peinture

Armand Jalut
A piece of lace

Passé : 1 février → 22 mars 2014

La galerie Michel Rein présente la quatrième exposition personnelle d’Armand Jalut.

Réunies sous le titre de A piece of lace, les peintures produites ces derniers mois par Armand Jalut sont marquées par la présence de machines, des outils de confections qui se télescopent avec des composants organiques et alimentaires : tranche de pamplemousse (CLASS AZ8020SD), œufs au plat (CLASS W664UT ), régime de banane (CLASS VFK2560) ou noix de coco (CLASS FD62DRY). La vision machiniste s’y emboite avec une nourriture chromatiquement flatteuse, mais approximativement entrelacée entre le premier et le second plan. L’ensemble repose dans une perspective flottante sur des plans unis ou zébrés. Une exception iconographique notable voit apparaître deux mouettes (CLASS FW603). Si leurs profils de bouchon de radiateur se disputent par leur angularité avec le biomorphisme de la machine, leurs silhouettes au plumage brossé ne semblent avoir pour seul but que la frontalité de leurs regards, concomitamment voyeurs et autoritaires.

Ces confections de grand format font suite à la série Alain Patrick, vastes agglomérations de cravates de surplus achevées récemment par Armand Jalut.Y dialoguent les différents registres picturaux négociés par ce dernier ces dernières années, mais ceux-ci sont renforcés par une attention particulière portée aux réserves, aux ruptures dans le traitement et à des effets de transparence qui s’apparentent à des problèmes d’affichage. Là comme précédemment, la peinture d’Armand Jalut se singularise par son iconographie et sa manière. Son catalogue d’images et de motifs de traverse se déploie à travers des formes, des traitements et des touches que l’on placerait du côté du surplus et du fleuri, davantage que de l’épure et de la retenue. Pourtant la circonspection est de rigueur, elle découle de l’envie irrémédiable de continuer à faire des images davantage que des bravades picturales.

Sans aucune nostalgie mais avec une jubilation assurée, Armand Jalut peint des images, alors que toutes migrent inexorablement vers des écrans. Le recours au scanner et à l’image numérique dans la réalisation des natures mortes précédentes, qu’il désignait lui-même, comme « des contenus de poubelles renversées, réévalués à travers le filtre de la peinture » est finalement un simple geste domestique. Ici, les découpes arbitraires, séquelles de sélections hasardeuses à la palette graphique s’apprécient comme des malfaçons objectives qu’un coup sur le moniteur ne pourrait abolir.

C’est à Los Angeles, à l’ombre d’écrans bien plus larges qu’il a étalonné ses peintures récentes. Pourtant, aucun effet en « rama » ou de débordement camp n’émane de la fréquentation intime de la capitale californienne — un séjour qui pour cet admirateur avoué de John Waters, aurait pu avoir valeur de grand tour. C’est dans la banlieue de celle-ci, dans la dilution de l’imagerie pornographique à travers l’imaginaire si « next door » que la marque American Apparel déploie dans la ville de son siège, qu’il a d’abord trouvé à assouvir sa collectionnite visuelle. Il est ensuite remonté jusqu’à une usine de la marque. Dans ses ateliers « sans sueur » (sweatshop free) qui font la fierté de la marque, Armand Jalut cherchait peut-être l’incarnation des corps naturels jusqu’au détail qui font le succès des publicités American Apparel. Il en est ressorti avec des modèles mécaniques, et des références industrielles de machines à coudre en attente de rencontre.

— Olivier Michelon (2014)

Armand Jalut (né en 1976, vit et travaille à Paris) a exposé aux Rencontres d’art contemporain de Cahors (2012), au Perm Contemporary Art Museum, Moscou (2012), dans «  Dynasty  », Musée d’art Moderne de la Ville de Paris/Palais de Tokyo (2011), au Creux de l’Enfer, Thiers (2011) et à la Fondation Claudine et Jean-Marc Salomon. Ses œuvres font partie de nombreuses collections : Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris / Fonds National d’Art Contemporain, Paris / Fonds Municipal d’Art Contemporain de Gennevilliers / Musée de l’Abbaye de Sainte Croix, les Sables d’Olonne / Fondation d’entreprise Colas, Paris.

03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

42, rue de Turenne


75003 Paris

T. 01 42 72 68 13 — F. 01 42 72 81 94

www.michelrein.com

Chemin Vert

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste