Asako Shimizu — On her Skin

Exposition

Photographie

Asako Shimizu
On her Skin

Passé : 7 novembre → 21 décembre 2013

On ne peut être que d’emblée fasciné, comme happé, par la beauté des photographies d’Asako Shimizu (née en 1969, Tokyo, Japon), par l’harmonie qui se dégage de ces images si pures, où la lumière règne en maître. Ces espaces flottants nous font perdre nos repères habituels, nous entraînent dans un monde qui parait à mi-chemin entre rêve et réalité. Nous assistons au mariage du ciel et de la terre, à la naissance d’un entre-deux plein de promesses. L’homme parait bien petit face à cette nature majestueuse. Il n’apparaît plus que comme un point à l’horizon, se fond dans son environnement, jusqu’à parfois disparaître complètement et retourner à la matrice originelle, à ce grand vide révéré par les religions d’Asie. A moins que les images d’Asako Shimizu ne soient là au contraire pour nous remémorer la naissance de l’humanité à partir de l’eau, de la lumière et de la terre nourricières, et pour exprimer à ces dernières notre reconnaissance.

Le titre de la série, On her Skin, fait d’ailleurs directement référence à la terre, her, cette terre que nous partageons tous, qui est notre bien commun, universel, mais que nous malmenons tant. Ces photographies sont nées d’un souhait d’Asako Shimizu de se reconnecter avec son moi profond tout en retrouvant dans le même temps l’unité, depuis longtemps rompue, de l’homme et de la nature. Entreprise ardue pour laquelle la courageuse artiste japonaise n’a pas hésité à effectuer un voyage jusqu’aux extrêmes du monde, en Bolivie, dans le décor extraordinaire du Salar d’Uyuni, vaste désert de sel des hauts plateaux. Patiemment, Asako Shimizu a attendu un message de la nature, l’émergence d’intervalles magiques, de retrouvailles furtives mais parfaites entre l’homme et la lumière, d’accords fugaces entre les éléments. Ainsi sont nées des images touchantes, intuitives et ne devant rien à la retouche numérique, que la photographe a fixées sur le papier pour notre plus grand bonheur.

Ces pauses hors du temps, ces courtes respirations à peine ressenties qu’elles ont déjà disparu, deviennent éternelles par la magie de la prise de vues, par l’attention portée par Asako Shimizu au moindre souffle de la nature. Fidèle à une conception du monde ancrée dans la pensée asiatique, Asako Shimizu se positionne humblement comme un modeste rouage d’un grand tout, là où les Occidentaux définissent le monde de manière centrifuge, à partir de leur propre personne, de leur propre regard, rendant impossible toute fusion et tout équilibre dans leur relation à la nature. L’artiste avoue d’ailleurs avoir redécouvert lors de sa quête bolivienne ses racines japonaises, celles qui étaient enfouies en elle mais qu’elle peinait à percevoir ; et nul doute que ce travail à la fois ouvert au monde et introspectif est largement imprégné de la conscience, si prégnante chez les Japonais, de l’impermanence des êtres et des choses.

Riche de sens, la série On her Skin dégage cependant également une force visuelle hypnotique, une densité picturale qui confine parfois à l’abstraction. Puissantes mais d’une grande douceur, apaisantes mêmes, ces photographies sont à l’image d’Asako Shimizu, artiste délicate qui n’hésite pourtant pas à braver des conditions parfois extrêmement difficiles afin de nous délivrer des œuvres poétiques, des moments de pur enchantement, de ravissement. L’artiste continue d’ailleurs avec constance sur cette voie exigeante qu’elle s’est tracée et poursuit son dialogue avec le monde. Des neiges de Hokkaidô aux brumes portugaises, Asako Shimizu demeure à l’affût de rencontres impromptues, de ces chances rares où le voile se déchire et la communion redevient possible avec la nature.

L’artiste japonaise nous réapprend ainsi à regarder et respecter la nature, nous rappelle quelle est notre place sur cette planète et, par là même, nous offre des instants précieux qui ont la clarté du cristal et la douceur enveloppante d’une nouvelle aurore.

Valérie Douniaux, Docteur en histoire de l’art, spécialisée en art moderne et contemporain japonais
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

8, rue Charlot

75003 Paris

T. 01 44 54 90 88

www.nextlevelgalerie.com

Filles du Calvaire
Rambuteau
République
Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Asako Shimizu