Au-delà de l’architecture — Construction-déconstruction-régénération

Exposition

Architecture, photographie, sculpture

Au-delà de l’architecture
Construction-déconstruction-régénération

Passé : 18 septembre → 25 octobre 2014

L’exposition Au-delà de l’architecture : construction-déconstruction-régénération réunit des artistes internationaux intéressés par l’architecture et les processus de construction, de destruction et de régénération qui s’y manifestent. Elle se tient sous l’égide de l’artiste Gordon Matta-Clark qui, dans les années 1970, s’est rendu célèbre pour ses coupes de bâtiments abandonnés ou voués à la démolition. Une vidéo garde aujourd’hui le souvenir de la coupe en forme de cône qu’il effectua dans un immeuble jouxtant le Centre Pompidou, alors en construction (« Conical Intersect », 1975). À la même époque, Vera Röhm s’avère fascinée par les chantiers de réfection des immeubles anciens du quartier du Marais, notamment par les étaiements, ces imposants contreforts de bois qui en recouvrent les façades sur toute la hauteur. Chaotique en apparence, l’imbrication de ces étaiements obéit à une logique constructive qui a inspiré à l’artiste une importante série de photographique (« Etaiements », 1977, 1992, 2011). La sculptrice Katalin Deér considère l’architecture en mêlant à la pratique photographique celle de la sculpture pour donner naissance à des constructions plastiques qui esquissent des parentés plastiques inattendues (« Present things », 2009). Chez Vincent Ganivet, le dialogue avec l’architecture s’établit à travers l’édification de structures de caténaire de béton dont l’équilibre tient à la reprise audacieuse de principes architecturaux tels que la clef de voûte. Défiant véritablement les lois de construction, ces réalisations qui jouent de forces statiques et dynamiques, menacent à tout moment de s’écrouler, de passer de l’ordre construit à l’ordre chaotique.

Erganzung medium
Vera Rôhm, Ergänzung, 1976 Bois de pin, plexiglas — 350 × 11 × 20 cm Courtesy of the artist

Il en va de même des reliefs de Boris Tellegen qui se confronte à la paroi murale en oscillant entre une volonté de construire et de détruire : résultant de la superposition de plans géométriques en proie à des déchirements et à des lacérations, ces reliefs définissent des territoires abstraits et fragmentés. L’impression de dureté et de fragilité qui en émane renvoie aux espaces chaotiques des villes post-industrielles. Ces territoires délaissés sont précisément ceux qu’arpente Simon Boudvin, dans lesquels il voit les stigmates d’une société en faillite, ceux des catastrophes naturelles et sociales qui la mettent à mal, ou plus simplement les traces d’un temps révolu (« CERCLE 02-Thann », photographie, 2010). Outre des photographies, ces formes abandonnées offrent à l’artiste un répertoire visuel à partir duquel il réalise des œuvres insolites comme les Tectoèdres (2013), sortes de sculptures à l’aspect très minimaliste exécutées avec une poussière issue d’un tamisage de gravats collectés sur un chantier de démolition. Le principe de régénération, terme que l’on emploie ici non pas dans son acception strictement scientifique, mais plutôt pour exprimer l’idée de renaissance organique, est particulièrement mis en lumière par le projet des Structures Productives conduit par Nicolas Floc’h depuis 2011. Ce dernier nous confronte aux architectures de béton aménagées dans les fonds sous-marins afin de revivifier la faune et la flore (« Structures productives, récif Artificiel, -31m, Portugal », 2012). Apparenté au courant de « l’architecture-sculpture » dans les années 1960-1970, Gérard Singer fait ainsi émerger de l’espace urbain des sortes de concrétions plastiques qui, par leur aspect primitif, évoquent pleinement le monde des origines et l’idée de régénération (« Déambulatoire d’Evry », 1976).

99 hinten0884 32a hr medium
Katalin Deér, Napoli e poi, 2014 Photographie C-Print — Dimensions variables Courtesy of the artist

Quant au photographe Jan Kempenaers, qui s’intéresse à la coexistence du naturel et de l’artificiel, il s’interroge avec la série des Spomenik (2007) sur l’héritage des monuments communistes érigés sous le régime de Tito dans l’ex-Yougoslavie. Réduits à des coquilles vides, dépossédés de toute fonction et de force vitale, condamnés à s’écrouler, les Spomeniks se situent désormais davantage du côté de l’entropie que de celui de l’utopie.

Ainsi, les œuvres présentées dans l’exposition Au-delà de l’architecture : construction-déconstruction-régénération abordent l’architecture, ses systèmes constructifs, son rôle fonctionnel ou symbolique pour traiter de questions qui lui sont inhérentes telles que celles de l’ordre et du chaos, du durable et de l’éphémère, de l’abandon et du devenir, de l’oubli et de la mémoire. Qu’il s’agisse de photographies, de vidéos, de sculptures, de constructions ou de reliefs, ces réalisations, relevant parfois d’une forme d’archéologie, proposent des perspectives et des points de vue sur le monde moderne qui nous conduisent à réfléchir sur notre relation à celui-ci.

Vincent ganivet arche bd medium
Vincent Ganivet, Caténaires vrillés, 2012 Sculpture en parpaings, cales, béton, — 3-4 mètres de haut Courtesy of the artist & Galerie Yvon Lambert, Paris

Domitille d’Orgeval, docteur en Histoire de l’art, a été commissaire associée de l’exposition Dynamo un siècle de lumière et de mouvement dans l’art : 1913-2013 qui s’est tenue aux Galeries nationales du Grand Palais en 2013. Spécialiste de l’art abstrait de l’après-guerre, elle a participé comme auteur à de nombreuses expositions parmi lesquelles François Morellet, Réinstallations (Centre Georges Pompidou, mars 2011), Vasarely/Tribute (Musée d’Ixelles, 2013), Robert Delaunay, Rythmes sans fin (Centre Georges Pompidou, octobre 2014) et Sonia Delaunay (Musée d’art moderne de la Ville de Paris, octobre 2014).

Domitille d’Orgeval
  • Vernissage Mercredi 17 septembre 2014 18:00 → 21:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

15, rue de Thorigny


75003 Paris

T. 01 40 29 44 28 — F. 01 40 29 44 71

www.topographiedelart.com

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes