Audience Works — Samuel Bianchini

Exposition

Installations, nouveaux médias, photographie

Audience Works
Samuel Bianchini

Passé : 25 janvier → 16 mars 2013

Audience Works, voici un livre d’artiste, toute nouvelle publication de mfc-michèle didier, qui s’intéresse avant toute chose à l’audience de l’œuvre, autrement dit à son public.

Dix-sept installations interactives produites par Samuel Bianchini entre 1999 et 2012 y sont étudiées avec cette précision rigoureuse caractéristique du scientifique. Les 17 œuvres disséquées sont les suivantes: Sniper, Ta garde, D’autant qu’à plusieurs, seul à seul, Jeux pOlymiques, Temps libre, Contretemps, Training Center, Rappel, REANIMATION, Sirène, Tous ensemble, niform, Valeurs croisées, Discontrol Party, À Distances et Qui-vive. L’étude initiée se concentre exclusivement sur le public, regardeur mais également activateur de l’œuvre. L’artiste, enseignant-chercheur par ailleurs, a donc mené un travail parallèle à celui de la création de ses dispositifs, celui de la documentation par la photographie du public agissant sur ses œuvres et cela dans l’objectif de la formulation d’Audience Works, une œuvre à considérer à part entière.

Audience Works propose un ensemble de photographies réalisées par Samuel Bianchini qui s’est livré à de très nombreuses prises de vue pour réaliser plus de 30000 photographies du public agissant dans ses installations. Une sélection de près de 1000 photographies est ici publiée. L’observation analytique de ces images permet d’entrer dans l’intimité de la découverte puis de la compréhension de l’œuvre: tâtonnement, surprise, joie, émerveillement, peur, frustration sont au rendez-vous. L’artiste se fait ainsi ergonome voire ethnologue et utilise comme terrain de recherche celui de son propre travail. Ce volume mesure 198 × 297 mm.

Un volume annexe, intitulé Notices, est consacré au texte, les notices des 17 œuvres publiées en 8 langues: anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais, portugais et russe. La forme éditoriale choisie ici n’est pas sans rappeler la mise en page communément appliquée dans les manuels d’utilisation pour appareillage électronique. Ce volume mesure 139,7 × 209,5 mm.

Audience Works est composé de ces deux volumes enchâssées dans un boîtier édité à 100 exemplaires.

Avec Audience Works, Samuel Bianchini prolonge l’aspect réactif propre à ses œuvres et s’attache à la dimension participative de son public en réalisant un ouvrage à la couverture thermosensible, l’encre réagit à la chaleur de la main. Le titre de la publication apparaît visible à la seule condition que le lecteur puisse manipuler l’objet imprimé et ceci nécessairement sans gants.

Afin de développer ce parti pris en contexte d’exposition et compte tenu du questionnement permanent que pose l’exposition du livre d’artiste et sa manipulation par le public, Samuel Bianchini conçoit spécifiquement pour le projet une « vitrine pour toucher », sur le modèle des vitrines à éprouvettes, « boîte à gants » de certains laboratoires. Trois vitrines recueilleront chacune pour l’exposition un exemplaire d’Audience Works. Valorisant le toucher tout en le mettant à distance, ces vitrines permettent d’inciter à la manipulation. Samuel Bianchini attache en effet une extrême importance à l’expérience: il faut vivre l’exposition, la pratiquer et non seulement la contempler.

Le spectateur est indissociable du processus de création chez Samuel Bianchini. L’œuvre n’a pas lieu sans l’autre.

« Et si la création artistique pouvait aujourd’hui se comparer à un sport collectif, loin de la mythologie classique de l’effort solitaire ? « Ce sont les regardeurs qui font les tableaux », disait Marcel Duchamp: c’est là une phrase incompréhensible si l’on ne la rapporte pas à l’intuition duchampienne de l’émergence d’une culture de l’usage, pour laquelle le sens naît d’une collaboration, d’une négociation entre l’artiste et celui qui vient la regarder. »1 

Nicolas Bourriaud

Une des installations interactives de Samuel Bianchini s’attache indirectement à renouveler la formulation de Marcel Duchamp. Le spectateur, sur le point de quitter la salle d’exposition, se voit soudain acclamé par un public sonore : _Rappel_  — le titre de l’œuvre — à la fin d’un concert ou acclamation de supporters. Le spectateur est le centre de toute l’attention.

Samuel Bianchini, Audience Works, publié par mfc-michèle didier, 2013. Avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche et du CNRS (Maison européenne des sciences humaines et sociales, Lille) dans le cadre du programme de recherche Praticables. Dispositifs artistiques: les mises en œuvre du spectateur (DALMES — ANR-08- CREA-063 — 2009-2012) et de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques.

1 Nicolas Bourriaud, Postproduction — La culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Les presses du réel — domaine Critique, théorie & documents, Hors série, p.13

  • Vernissage Jeudi 24 janvier 2013 18:00 → 21:00
  • Conférence Jeudi 7 février 2013 à 19:00

    Samuel Bianchini présente la publication Audience Works et son exposition à l’occasion d’une soirée d’études. Cet événement permet à l’artiste d’associer à l’échange des chercheurs et des étudiants-chercheurs.

03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

66, rue Notre-Dame de Nazareth


75003 Paris

T. 01 71 27 34 41

www.micheledidier.com

Arts et Métiers
République
Strasbourg Saint-Denis

Horaires

Du mardi au samedi de midi à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Samuel Bianchini