Avant l’aube

Exposition

Techniques mixtes

Avant l’aube

Passé : 10 → 26 janvier 2014

Il existe un moment, juste avant l’aurore, où la fin de fête dépasse la sensation d’un écroulement : celle d’un point du jour, et du bonheur éméché de l’avoir atteint.

C’est cette sensation que, première exposition de Plateforme après le Nouvel an 2014, Avant l’aube veut évoquer. Convoquant les énergies vitales de l’art optique et du punk, elle réunit quatre artistes qui travaillent les résonances lumineuses ou sonores : Hervé Ic (peinture), Olivier Alibert (installation), Maxime Touratier (photographie) et Marc Lathuillière (installation).

Avant l’aube se veut une expérience hybride autour du solstice d’hiver, point de l’année où la nuit recule devant le jour. Par sa proposition, Marc Lathuillière invite les trois autres artistes à montrer leurs pièces dans le bain immersif d’une de ses installations de lumières fluorescentes roses. Au fil de l’après-midi, leur perception évolue, à mesure que la clarté du jour s’éteint pour laisser place, comme unique source d’éclairage, à la radiance des tubes fluorescents. Ponctuellement, des surgissements de guitare punk viennent sonner, dans cette aura, l’éventualité d’un réveil. Un contexte immersif qui, recontextualisant les œuvres exposées, intensifie leur appréhension.

Savant travail de couleurs et de lueurs concentriques, à la fois sourdes et éblouissantes, les toiles de la série Seconde lumière de Hervé Ic ont ainsi été peintes pour être montrées dans l’obscurité. Il s’agit, d’après Nicolas Audureau, de donner à percevoir « une lueur qui sortirait des ténèbres ». Dans Avant l’aube, cette tentative de « transsubstantiation en peinture » se relit dans la vibration dans un entre-deux de lumières charnelles.

Avec les deux images de la série Contre jour de Maxime Touratier, il est au premier regard question de cartographies célestes surgissant dans la nuit. Avant de réaliser que ce noir est celui de cibles collectées dans des stands de tir, puis photographiées en faisant surgir des constellations à travers les trous d’impact. L’action directe est ici médiatisée par un jeu spéculaire qui ne laisse entrevoir la lumière qu’à travers une violence ambiguë.

Investissant le sol de Plateforme, Olivier Ailbert déstructure l’espace par des volumes qui, en opposition à la lumière ambiante, sont pris, comme en une fin de soirée, « dans leur enveloppe noire de rêve éveillé » (Alain Bouaziz). Se répondant en installation, ces sculptures sombres semblent sceller un sens retenu au bord d’une révélation. Il y est question de sons qui, au travers de grilles et de porte-voix muets, tardent à se diffuser.

Une question, sous-jacente, unit les travaux ainsi présentés : celle du seuil. Comment lumières, formes et sons peuvent être perçus juste avant leur (re)naissance. Une poétique de l’apparition, opposée aux esthétiques, et politiques, de la ruine.

  • Vernissage Samedi 11 janvier 2014 16:00 → 22:00
Plateforme Centre d’Art
Plan Plan
20 Paris 20 Zoom in 20 Paris 20 Zoom out

73, rue des Haies


75020 Paris

T. 09 54 92 23 35

www.plateforme.tk

Avron
Buzenval
Maraîchers

Horaires

Du mercredi au dimanche de 14h30 à 19h30

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

Les artistes

  • Hervé Ic
  • Marc Lathuillière
  • Olivier Alibert
  • Maxime Touratier