Bertrand Lavier

Exposition

Installations

Bertrand Lavier

Passé : 26 septembre 2012 → 7 janvier 2013

Bertrand lavier giuletta grid Bertrand Lavier au centre Georges Pompidou Rétrospective qui ne dit pas son nom, _Bertrand Lavier, depuis 1969_, présentée au centre Georges Pompidou jusqu'au 7 janvier, joue... 3 - Bravo Critique

Après les monographies consacrées à Jean-Michel Othoniel et à François Morellet en 2011, c’est l’œuvre de Bertrand Lavier que le Centre Pompidou met à l’honneur à travers une rétrospective sans précédent conçue en complicité avec l’artiste. Le Centre Pompidou poursuit ainsi son engagement auprès des grandes figures de la scène française contemporaine.

L’exposition se construit autour d’une cinquantaine de pièces majeures, dont plusieurs créations récentes, retraçant l’ensemble de l’œuvre de l’artiste, depuis 1969.

Bertrand Lavier s’est affirmé depuis plusieurs décennies comme l’une des figures incontournables de la scène européenne de l’après-modernisme. Tous ses « chantiers », comme il désigne ses séries de travaux qu’une grande variété de matériaux et de techniques caractérise, émettent sur la même « longueur d’onde » : esprit, humour, goût du paradoxe, virtuosité.

Husqvarna medium
Bertrand Lavier, Husqvarna/art déco, 2012, 2012 Souffleur de feuilles, meuble Art déco Collection de l’artiste © Bruno Voidey

Pour cet artiste, bâtir une œuvre contemporaine, c’est poser un regard singulier sur la réalité puis par des gestes minimes, presque banals, c’est la détourner, la démontrer par l’absurde, par des rapprochements inattendus et ainsi, en faire surgir des instants poétiques.

Peintures industrielles, objets peints, objets superposés, objets soclés, Alfa Roméo accidentée, Walt Disney Productions, néons d’après Stella, vitrines au blanc d’Espagne, tissus d’ameublement ou statuettes africaines… : l’exposition éclaire l’incomparable aptitude de Lavier à remettre en cause nos certitudes sur l’identité de la peinture, de la sculpture, de la photographie ou de la représentation.

À ses débuts, dans les années 1970, l’artiste engage une critique de l’art conceptuel alors triomphant. La recherche de l’émotion brute est l’un des fils directeurs de la production de Bertrand Lavier qu’il mène par l’utilisation d’objets phares de l’imaginaire collectif.

Sa principale préoccupation est de remettre en cause les identités. L’artiste emprunte ainsi, en 1987, les motifs de l’univers du sport, en faisant construire un court de tennis pour la Documenta 8. Il veut retenir la beauté du geste sportif et même son panache.

Les « objets soclés » deviennent, par la nature même de leur présentation, les cousins des artefacts livrés au regard du public dans les musées ethnographiques. Il imagine le musée d’un lointain futur où seraient exposés les objets triviaux du quotidien : porte de réfrigérateur, parpaing, skate-board… Un petit ours en peluche soclé comme un objet d’art primitif regardant une voiture accidentée ou les lèvres rouges qui ont donné leur forme à un canapé posé sur un congélateur, voici l’une des scènes auxquelles peut nous convier l’art de Lavier.

Aucun de ces « chantiers » n’est à ce jour fermé : « Quand j’ai mis un frigidaire sur un coffre-fort, ce n’était pas une raison pour arrêter de peindre des frigidaires ».

Les éditions du Centre Pompidou publient un catalogue Bertrand Lavier, depuis 1969 sous la direction de Michel Gauthier, commissaire de l’exposition et conservateur au musée national d’art moderne.

04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

Place Georges Pompidou


75004 Paris

T. 01 44 78 12 33 — F. 01 44 78 16 73

www.centrepompidou.fr

Châtelet
Hôtel de Ville
Rambuteau

Horaires

Tous les jours sauf le mardi de 11h à 21h
Nocturne les jeudis jusqu’à 23h

Tarifs

Plein tarif 14 € — Tarif réduit 11 €

Gratuit pour les moins de 18 ans, billet exonéré pour les moins de 26 ans. Et pour tout le monde, les premiers dimanches du mois.

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu