Blow-Up

Exposition

Dessin, installations, photographie

Blow-Up

Passé : 30 octobre → 20 décembre 2010

La galerie Alberta Pane présente « Blow-Up » une exposition collective qui réunit les artistes internationaux Eleonora Aguiari, Igor Eškinja et João Vilhena autour du thème de l’illusion perceptive. Le titre de l’exposition, qui signifie « agrandissement », est une référence au film du réalisateur italien Michelangelo Antonioni, qui raconte la perte de repères d’un photographe, confronté à une confusion entre réalité et illusion. Ici, les œuvres présentées — photographies, installations et dessins — invitent les observateurs à stimuler leur perception en jouant avec les frontières du visible et de l’invisible.

Les photographies d’Igor Eškinja évoquent les installations en trois dimensions de la série made in:side. L’illusion du volume est créée par les lignes tracées grâce à de l’adhésif marron — le fameux « scotch » de déménageur — qui forment des cartons en piles ou juxtaposés. Le vide apparaît comme un espace actif de perception qui invite le spectateur à participer à la construction d’un volume imaginaire dans un espace libre. En utilisant les paramètres spatiaux avec une extrême précision, Eškinja crée des « ambiances réduites » de nature provisoire et éphémère qui dépassent les aspects physiques de l’œuvre et ouvrent les registres de l’imaginaire et de l’imperceptible.

Contrairement aux perceptions architectoniques d’Eškinja, les dessins en trompe-l’œil de João Vilhena n’ont aucun relief, ou presque. L’artiste s’applique à reproduire minutieusement toutes sortes de feuilles de papier (ordonnance médicale, addition de restaurant, post-it…), qui sont des motifs plats par excellence. Sur ces reproductions immaculées, exécutées avec un soin presque « mono maniaque », des motifs barbares (gribouillages, décalquages, tâches) apparaissent, laissant entrevoir l’empreinte d’un ticket de jeu à gratter ou d’une paire de trombones enlacés, tandis que les post-it roses collés sur “Anche l’occhio vela la sua parte” attendent leurs notes. À travers ces dessins curieux et absurdes, Vilhena cherche à interpeller l’observateur, par l’utilisation du genre même du trompe-l’œil et par le choix de titres en dialogue avec ses œuvres.

Les récentes photographies en noir et blanc et installations d’Eleonora Aguiari représentent des objets en « lévitation ». Des lignes formées par de l’adhésif noir, rouge ou argenté traversent de part en part les œuvres, pour se rejoindre en chacun des sujets principaux, qui semblent ainsi suspendus dans le temps et dans l’espace. Selon Merleau-Ponty, l’invisible n’est pas l’opposé du visible, mais plutôt sa continuation, sa profondeur. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les œuvres d’Eleonora, qui évoquent « l’invisible que nous accompagne », ainsi que « la perception qui va au-delà des choses que l’on connaît, ou que l’on contrôle… ».

Trois artistes à l’univers singulier nous donnent trois niveaux d’interprétation de ce qu’est la perception. Illusion tridimensionnelle, trompe-l’œil et perception de l’invisible dévoilent les différentes facettes d’une notion complexe d’appréhension de la réalité. D’après Georges Perec, si l’illusion perceptive fonctionne, c’est que nous voulons bien être dupes même si « parfois la force de l’illusion est telle que nous continuons à feindre de l’éprouver encore sous la réalité qui la nie ».

Galerie Alberta Pane — KernotArt
  • Vernissage Samedi 30 octobre 2010 à 16:00
Galerie Alberta Pane Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

47 rue de Montmorency


75003 Paris

T. 01 43 06 58 72

www.galeriealbertapane.com

Arts et Métiers
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Les artistes

  • Igor Eskinja
  • Eleonora Aguiari
  • João Vilhena