Bruno Perramant — Les couleurs, la guerre

Exposition

Peinture

Bruno Perramant
Les couleurs, la guerre

Passé : 9 septembre → 16 octobre 2010

« Un homme heureux est aujourd’hui si solitaire qu’il faut bien expliquer son sentiment: il parle de couleurs aux aveugles »

Jean Paul Sartre 1940

« Il y a un an j’ai été parachuté à l’arrière des lignes ennemies, j’y ai vécu plusieurs vies. C’est un monde d’une banalité troublante et édifiante, où des isolats de nature persistent, en dehors desquels, tout, sous couvert des apparences, est dirigé vers le front. Cet ennemi est la mort »

Pour sa cinquième exposition personnelle à la galerie, Bruno Perramant, propose, sous le titre Les couleurs, la guerre, une sélection d’une vingtaine de tableaux réalisés ces deux dernières années. Il s’agit toujours d’une véritable expérience et cette fois-ci, peut-être plus encore tant le travail semble prémonitoire et éclairant d’une vie qui rejoint par ses aléas les motifs même de la peinture.

Sans rien dévoiler d’une autobiographie qu’il n’y a pas lieu de connaître, chaque tableau est pourtant lié à l’expérience de l’artiste à la fois plongé dans son travail et le prolongement de ses recherches sur la couleur et la représentation et dans la traversée de sa propre existence.

Une remarquable continuité est visible dans le cycle des transformations et dans le temps, et il est facile de suivre l’évolution des formes fantomatiques ou la reprise depuis l’exposition Re : Noir, du motif du peintre qui devient une figure centrale de cette nouvelle exposition à travers différents portraits ( Re : noir, bleu ,vert, jaune — Portrait de l’artiste au sac de riz — Portrait de l’artiste au sac fleuri … ).

De même les couleurs et la lumière ont encore évolué vers des accords parfois classiques ou plus surprenants. Par ces propositions sans cesse renouvelées et contaminées on peut suivre le parcours de l’artiste à travers ce qu’il confie aimer immodérément, la peinture. La guerre telle qu’on peut alors la comprendre relève d’une position stratégique face « au négatif, à la mort, au désenchantement des parasites cocaïnés, à la grisaille lugubre, à l’obscurité voulue, aux poulpes rouges, à l’application bornée, à la bonne conscience mère de tous les vices, à l’innommable hypocrisie, à ce qu’il ne faut pas faire, à l’aveuglement volontaire, aux sophismes, à l’effacement de la nature… »

Une forêt illuminée, impénétrable sauf par la lumière, nel mezzo del camin, vous invite et vous arrête, un escalier dont on ne sait s’il faut le descendre ou le monter, quatre chevaux colorés sous le titre de Paradis, sont autant de figures du passage, « motif » essentiel pour l’artiste comme la transformation incessante que chaque étape implique. Le dernier rêve, Pasolini, Monrœ est un dernier exemple de ce passage effarant du désastre au miracle, de la vie à la mort et une réponse ironique de l’artiste à ceux qui le qualifie de Pop.

03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

17-19 rue Michel Le Comte


75003 Paris

T. 01 53 79 06 12 — F. 01 53 79 06 19

www.insituparis.fr

Arts et Métiers
Hôtel de Ville
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste