Candice Lin : Un corps blanc exquis / A Hard White Body

Exposition

Céramique, peinture, porcelaine, sculpture...

Candice Lin : Un corps blanc exquis / A Hard White Body

Encore 3 mois : 6 septembre → 23 décembre 2017

Avec “Un corps blanc exquis” (A Hard White Body), les espa­ces de Bétonsalon sont infes­tés par Candice Lin. Elle y déploie une ins­tal­la­tion pro­li­fé­rante, vivante, liquide et odo­rante, formée d’une cham­bre fra­gile faite de terre non-cuite, main­te­nue humide. L’expo­si­tion exa­mine les dépla­ce­ments des corps — humains ou non — sur­gis­sant à tra­vers les his­toi­res de la por­ce­laine, des plan­tes et des per­son­nes. Candice Lin y met en rela­tion les tra­jec­toi­res de l’auteur afri­cain-amé­ri­cain James Baldwin durant son séjour à Paris dans les années 1950 avec celle de Jeanne Baret, la pre­mière femme à avoir réa­lisé le tour du monde au cours de l’expé­di­tion de Bougainville entre 1766 et 1769.

Candice%20lin,%20porcelain%20boxers%20for%20a%20hard%20white%20body,%202017.%20courtesy%20the%20artist medium
Candice Lin, Calçon en porcelaine pour Un corps blanc exquis, 2017 Courtesy of the artist.

“Un corps blanc exquis” pose la ques­tion de la fixité des iden­ti­tés et inter­roge la poro­sité des inter­sec­tions entre race, genre, classe et sexua­lité en ce qu’ils façon­nent la survie, le secret et la honte. L’expo­si­tion met en place des pro­ces­sus de conta­mi­na­tion entre maté­riaux orga­ni­ques et inor­ga­ni­ques, créant des sculp­tu­res et des écosystèmes ins­ta­bles qui deman­dent un entre­tien cons­tant. Candice Lin choi­sit la por­ce­laine comme maté­riau, met­tant en lumière l’his­toire de l’exo­tisme et du com­merce global, celle de la science et de la viro­lo­gie, et sou­le­vant la ques­tion d’un lan­gage racia­lisé : la por­ce­laine évoque la pureté, la blan­cheur et la résis­tance à la souillure. Se basant sur l’affect et le désir, sur l’attrac­tion ou la répul­sion cau­sées par cer­tai­nes odeurs et tex­tu­res, Candice Lin cher­che à dés­ta­bi­li­ser les hié­rar­chies établies entre les corps, les matiè­res et les savoirs.

Candice%20lin,%20graphite%20drawing%20of%20james%20baldwin%20sleeping%20in%20istanbul%20based%20on%20a%20photo%20by%20sedat%20pakay,%202017.%20courtesy%20the%20artist medium
Candice Lin, Dessin au graphite de James Baldwin endormi à Istanbul, d’après une photo prise par Sedat Pakay, 2017 Courtesy of the artist.

“Un corps blanc exquis” est pro­duit en col­la­bo­ra­tion avec Portikus, à Francfort-sur-le-Main. L’expo­si­tion est accom­pa­gnée d’une série de jour­nées d’études conçues par Lotte Arndt, en col­la­bo­ra­tion avec Temporary Gallery, Cologne, et reçoit le sou­tien du fonds franco-alle­mand pour l’art contem­po­rain et l’archi­tec­ture Perspektive. L’expo­si­tion et ses pro­gram­mes publics sont conçus en conjonc­tion avec la célé­bra­tion des trente ans de la dis­pa­ri­tion de James Baldwin (1924-1987).

———

À propos de Candice Lin : Candice Lin est titu­laire d’un MFA en Nouveaux Genres du San Francisco Art Institute et d’un double BA en Arts visuels et Sémiotiques de l’art de la Brown University. Son tra­vail inter­roge les notions de genre, race et sexua­lité, se fon­dant sur les théo­ries scien­ti­fi­ques, l’anthro­po­lo­gie et les théo­ries queer. Le tra­vail de Candice Lin a récem­ment été exposé à Los Angeles Contemporary Exhibitions, LAXART, Kadist Art Foundation à Paris, la Delfina Foundation à Londres, et Akuna Zentroa/Alhondiga Bilbao, Espagne ainsi qu’à Gasworks (Londres) et au Commonwealth and Council (Los Angeles). Elle est repré­sen­tée par la Ghebaly Gallery à Los Angeles et Quadrado Azul à Porto. Elle vit et tra­vaille à Los Angeles.

Commissariat : Lotte Arndt et Lucas Morin

  • Baigner dans des liqui­des conta­gieux (Bathing in Contagious Liquids) Rencontre Samedi 21 octobre à 15:00

    Avec Élisabeth Lebovici et Petra Van Brabandt, pro­jec­tion de « Maldito sea tu nombre liber­tad » (1994) de Vladimir Ceballos.

    Les événements publics liés à l’expo­si­tion « Un corps blanc exquis » ont été conçus par Lotte Arndt en par­te­na­riat avec Temporary Gallery, Cologne. Ils for­ment un cycle inti­tulé « Objets trou­blants, objets inquiets. Au-delà des cer­ti­tu­des clas­si­fi­ca­toi­res » (« Disturbing Objects, Disquiet Objects. Going Beyond Classificatory Certainties »).

  • Passagers clandestins (Stowaways) Rencontre Samedi 2 décembre à 14:00

    Avec Teresa Castro.

    Les événements publics liés à l’expo­si­tion « Un corps blanc exquis » ont été conçus par Lotte Arndt en par­te­na­riat avec Temporary Gallery, Cologne. Ils for­ment un cycle inti­tulé « Objets trou­blants, objets inquiets. Au-delà des cer­ti­tu­des clas­si­fi­ca­toi­res » (« Disturbing Objects, Disquiet Objects. Going Beyond Classificatory Certainties »).

13 Bibliothèque Zoom in 13 Bibliothèque Zoom out

9, esplanade Pierre Vidal-Naquet
Rdc de la Halle aux Farines
Face aux Grands Moulins de Paris sur le campus de l’Université Paris 7 – Denis Diderot

75013 Paris

T. 01 45 84 17 56

www.betonsalon.net

Bibliothèque François Mitterrand

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Tarifs

Accès libre

L’artiste

  • Candice Lin