Carte blanche à Pierre Buraglio

Exposition

Dessin, peinture, techniques mixtes

Carte blanche à Pierre Buraglio

Passé : 25 juin → 31 juillet 2015

Marie-Claude Bugeaud, Bertrand Canard, Dominique De Beir, Emmanuel, Jean Laube

La galerie Jean Fournier est heureuse de confier sa programmation d’été à Pierre Buraglio, artiste emblématique qui expose à la galerie depuis 1966. Pierre Buraglio a reçu cette invitation avec humilité : « L’offre d’une “Carte blanche” que me fait la galerie Jean Fournier, où j’exposais pour la première fois en 1966, me ravit. Question : qui donc inviter, dix, cinquante amis, estimés … de …A … à Z … En pratique, mon choix s’est porté sur cinq peintres, plasticiens de styles, d’écoles, et d’âges différents; des femmes; des hommes. Mon intention première étant, qu’avec eux et par leurs œuvres nous n’apparaissions pas comme “contemporain” au sens limitatif et désastreux d’un genre. Mais comme des individus présents, vivants. » 1

Alteration 070 srgbr medium
Dominique De Beir, 12 août (70), 2014 Peinture et impacts sur polystyrène — 2 × 32 × 23 cm Courtesy Galerie Jean Fournier

Cette exposition présente les œuvres de cinq artistes : Marie-Claude Bugeaud, Bertrand Canard, Dominique De Beir, Emmanuel et Jean Laube en dialogue avec des œuvres récentes de Pierre Buraglio.

Pierre Buraglio entretient avec chacun de ces artistes une relation privilégiée : amis de longue date comme avec Bertrand Canard ou Marie-Claude Bugeaud, ancienne élève de Pierre Buraglio à l’école des Beaux-arts telle Dominique De Beir ou simple amateur du travail de Jean Laube et Emmanuel. Il est possible de déceler une vision commune du quotidien, une relation à l’objet en ayant recours à des matériaux rudimentaires ou basiques : le verre, le carton, le polystyrène … La fragilité et même une forme de « pauvreté » émane des œuvres de ces artistes, comme dans l’ensemble du travail artistique de Pierre Buraglio.

Pour annoncer et rendre compte de cette exposition, une petit opuscule a été édité, pour lequel Pierre Buraglio a choisi de confier la rédaction des textes à l’historien d’art Romain Mathieu, l’un des spécialistes actuels de l’abstraction. Car s’il il y a un point commun indéniable, c’est bien l’abstraction au travers de la couleur, du dessin et de la découpe.

D coupages n 13 medium
Jean Laube, Découpage n°13, 2015 Gouache sur carton — 40 × 48 × 5 cm Courtesy Galerie Jean Fournier

« Marie-Claude Bugeaud est un peintre de l’oscillation. Entre ligne et couleur, entre abstraction et allusion à quelques motifs — chevelure, bouche, … — son travail avance. (…). La légèreté des arabesques combat la noirceur des points. La concentration, la pesanteur des points viennent, contre cette légèreté-là, rappeler à l’ordre tragique du monde. »2 écrit Pierre Wat, l’un des défenseurs de son travail.

Bertrand Canard travaille la couleur sous forme de polyptyques. Les surfaces colorées sont étalées avec franchise, s’articulant dans le blanc de l’espace pictural où elles semblent flotter. Le travail de Bertrand Canard frappe par sa radicalité et son minimalisme. Les formes coexistent, s’attirant ou se repoussant à la limite des bords du tableau. Le blanc de la toile, actif, se joue alors des écarts et des tensions produites entre les formes et les couleurs dans leur relation à l’espace.

Perforer, frapper, griffer, éplucher, brûler, retourner, tels sont les gestes que Dominique De Beir expérimente pour meurtrir ses supports. Dominique De Beir, par des gestes mécaniques et répétitifs, perfore de multiples surfaces (papiers, cartons, polystyrène…) à l’aide d’instruments et d’outils — poinçons, stylets, scalpels, échelles à pointes, chaussures cloutées… — empruntés à différents secteurs d’activité, mais aujourd’hui conçus par l’artiste en collaboration avec des artisans. La matière transformée et triturée flirte avec les effets de la céramique, et se joue de ses propriétés (dureté, mollesse…).

Le travail d’Emmanuel est associé à l’abstraction géométrique. Par découpe, décalage et superposition, il recourt à des plaques de verre noir, dans un travail sériel. L’utilisation du verre, minimaliste, fait écho à ce que mène Emmanuel avec le papier, sous forme de carnets et de livres conçus uniquement par pliage selon un complexe système de découpe. Cet univers géométrique, d’apparence assez austère et minimal est finalement proche de celui poétique et sensible de Josef Albers.

Jean Laube crée des reliefs en carton, des peintures sur bois ou sur papier. Il y est toujours question d’espaces représentés ou construits, de forme et de couleur. Par découpe et assemblage, il crée des petites « structures — architectures » qui abordent les questions d’échelle. Ces pièces peuvent être simplement posées et manipulées, ou comme dans les séries récentes, accrochées au mur. La troisième dimension, réelle ou fictive, est toujours présente dans ses œuvres.

Cette exposition se veut ludique et légère en présentant des artistes singuliers et proches à leur façon, de l’univers artistique de la galerie Jean Fournier.

1 Pierre Buraglio, mai 2015

2 Pierre Wat, catalogue de l’exposition de la Maison des Arts de Malakoff, page 4.

  • Marie-Claude Bugeaud, Bertrand Canard, Dominique De Beir, Emmanuel, Jean Laube — Carte blanche à Pierre Buraglio Vernissage Jeudi 25 juin 2015 17:00 → 20:00
07 Paris 7 Zoom in 07 Paris 7 Zoom out

22, rue du Bac

75007 Paris

T. 01 42 97 44 00

www.galerie-jeanfournier.com

Rue du Bac
Tuileries

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes

  • Pierre Buraglio
  • Dominique De Beir
  • Jean Laube
  • Marie-Claude Bugeaud
  • Emmanuel
  • Bertand Canard