Cécile Le Talec — Le silence des angles morts

Exposition

Son - musique, techniques mixtes

Cécile Le Talec
Le silence des angles morts

Passé : 28 septembre → 10 décembre 2016

Singulière expérimentatrice, Cécile Le Talec met en œuvre une plasticité « phonomorphique »1 par laquelle elle sculpte la musique, cisèle les vibrations et façonne la matière sonore. Dans son travail, le visuel, l’haptique2 et l’auditif sont nivelés sur un même plan de sensibilité, là où leur résonance commune redistribue la carte du perceptible. Pour Le silence des angles morts, l’artiste travaille au point de coïncidence de l’invisible et de l’inécoutable, mettant en place les moyens de les contrarier, de rendre sensible ce qu’ils occultent. Les angles morts, points aveugles du regard qui ne se découvrent qu’à la faveur d’un déplacement, constituent pour Cécile Le Talec des modèles d’illusion optique pour l’élaboration de ses dispositifs, au sein desquels le dynamisme se fait précisément condition d’une révélation plastique. Chacune des pièces présente en effet une dimension kinésique3 (durée de la vidéo, transcription graphique de mouvements, invitation à la marche, capture de forces physiques…) qui permet la genèse de formes tangibles au cœur de matériaux à première vue insaisissables.

Bien que sec et minimaliste, le style de Cécile Le Talec n’en est pas moins empreint d’un sensualisme onirique qui manifeste l’intérêt de l’artiste pour la poésie, pour le verbe porté par sa forme prosodique4 — sa musicalité — au seuil de sa signification. Réalisée pour la toute première fois, l’exceptionnelle pièce cyanotypique se présente ainsi comme une architecture expérimentale — réalisant la performance de saisir l’empreinte d’une musique jouée en live — propice à une plongée dans une picturalité déréalisante, en-deçà du dicible. Reposant sur un même principe d’immersion fantasmatique, l’installation Whirlwindsong dessine une dramaturgie insensée où la sensation physique conduit à une dérive contemplative. Placé entre le délicat flottement d’un rideau tacheté à l’encre soufflée et la force dévastatrice d’un maelstrom, le public, pieds au plancher, improvise dans sa déambulation le dialogue musical entre deux souffles, placé au cœur d’une tension entre réel et imaginaire.

Celle qui partage son prénom avec la sainte patronne des musiciens travaille le son sous toutes ses formes, unifiées dans un univers aux allures d’utopie. Ainsi convoque-t-elle autant la biophonie animale et naturelle (grondements telluriques, remous aquatiques, sifflements du vent et des oiseaux…) que la musique instrumentale, vocale et électronique, jouant de leurs interactions, entre empiètements et parasitages. Ce principe de transversalité des sons s’applique également aux motifs plastiques, articulés les uns aux autres par un jeu de résonance symbolique. La couleur bleue qualifie aussi bien un fond vidéo qu’un paysage abyssal ou céleste, quand la forme pavillonnaire réalise la synthèse du biologique (la structure auriculaire), du physique (le tourbillon marin) et du technique (le disque vinyle, le phonographe), conférant à l’ensemble une cohérence conceptuelle d’une admirable justesse.

A son image, Cécile Le Talec propose enfin un art résolument généreux et sincère. Invités à s’emparer de ses œuvres, en les touchant ou en les activant, les spectateurs deviennent dans Le silence des angles morts de véritables « corps conducteurs », au même titre que les Siffleurs qu’elle a rencontrés à travers le monde, engagés de concert dans l’écriture d’une partition esthétique en mouvement, aux multiples nuances tonales.

Florian Gaité, 2016

———

Florian Gaité est l’auteur invité du dispositif d’aide à la production de textes du Centre d’art contemporain La Traverse.
Chercheur en philosophie et critique d’art, membre de l’AICA, il est docteur en philosophie, diplômé du SOPHIAPOL de
l’université Paris Ouest Nanterre, et chercheur rattaché à l’Institut ACTE (Sorbonne Paris 1-CNRS).

1  phonomorphique : mot composé du préfixe « phono » — qui concerne le son — et du radical «  morphique » —  relatif à la
forme.

2 haptique : désigne les sensations liées au toucher.

3 kinésique : la kinésie se rapporte à la communication par le corps en mouvement.

4 prosodique : la prosodie est l’ensemble des règles relatives à la composition des vers

  • Finissage Samedi 10 décembre 2016 18:00 → 19:00

    À 18h30, David Drouard, danseur et chorégraphe, présente une performance dansée « Vortex » sur le « plancher chantant » de l’installation Whirlwindsong. Durée approximative 20 minutes.

94 Val-de-Marne Zoom in 94 Val-de-Marne Zoom out

9, rue traversière

94140 Alfortville

T. +33.(0)1.56.29.37.21

www.cac-latraverse.com

École vétérinaire de Maisons-Alfort

Horaires

Du mercredi au samedi de 11h à 19h
Visite commentée tous les samedis à 15h30, durée approx. 1h

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Cécile le Talec