Cedric Delsaux

Exposition

Photographie

Cedric Delsaux

Passé : 15 novembre 2010 → 2 janvier 2011

Il y a, pour moi, un vrai plaisir à mêler ces incohérences, à tenir dans un même cadre le proche et le lointain, le rêve et le réel.

L’objectif de départ était de photographier la banlieue, là ou je vis, avec ces parkings à répétition, ces zones mixtes et souvent ternes, qui me touchent pourtant dans leur banalité, voire dans leur laideur. Comme pour le premier volet de ma « vitrine des choses », qui s’occupait du nord rêvé de mon enfance, je n’ai nullement tenté de me greffer sur un discours politique ou sociologique. Ce qui m’importait, c’était de donner une profondeur, de rendre étrange et mystérieux ces lieux hétérogènes et trop souvent stigmatisés.

Grâce aux personnages de Star Wars, la banlieue devient le décors grandiose et affligeant. Comment ne pas se croire parfois en pleine étoile noire ?

D’une histoire dont elle occupe enfin le centre. Ainsi transfigurée, elle offre le spectacle d’une violence cathartique et sans enjeu. Mais pourquoi de simples personnages tirés d’une mythologie hollywoodienne arrivent-ils à en modifier notre perception ? »

La série Dark Lens a été initiée il y a plus de quatre ans et s’est affiné logiquement avec le temps. Au commencement, il était question d’un personnage simple tiré de la saga Star Wars au milieu de la vie quotidienne dans un décors désuet de banlieue ou de paysage délaissé. Dès la deuxième partie, à Lille, le décors à pris plus d’importance et la série à dérivé vers autre chose à la fois réel et fantastique. C’est un autre projet, le livre « Nous resterons sur Terre » qui à mené Cédric Delsaux à Dubaï pour le troisième volet. Une ville idéal pour clore la série qui offre la synthèse des deux premières parties : dans une ville aussi essentiellement superlative ( le plus haut, le plus grand, le plus cher, le plus créatif… ) même les lieux les plus fous finissent par sembler presque banals. Devant tant de gigantisme, on finit par douter : tout cela est il réel ?

Je savais d’avance que les personnages de la galaxie Star Wars ne pouvaient que se sentir chez eux ici. La véritable question que pose cette série est celle de la fiction. Ou commence t-elle ? Quelle place prend t-elle dans notre perception du réel ? « J’ai une vision plus ambivalente, très néomarxiste, je vois bien ce qu’il y a d’aberrant à Dubaï, je suis fasciné par la façon qu’elle a d’étaler ses névroses et ses fantasmes sous forme de chantiers Herculéens.

Entre les deux séries j’ai entrepris un tour du monde pour le projet Nous resterons sur Terre

Ce voyage avait pour but d’explorer le rapport que nous, Occidentaux entretenons avec les paysages que nous avons construits, détruits, abandonnés et le dernier volet de Dark Lens est le fruit de ses recherches. Pour moi, la fiction a tout envahi : les deux premières parties emmenaient le réel dans l’imaginaire, cette fois, c’est le réel lui-même qui devient le produit de notre imaginaire. C’est plus inquiétant et c’est effectivement, un constat plus politique. Le monde nous est désormais vendu comme une fiction, c’est le fameux « storytelling », qui nous permet de tout gober dès lors qu’on nous raconte une belle histoire. Un nouveau rapport de classe s’établit : ceux qui racontent les histoires, et ceux qui les écoutent. Voilà pourquoi la question de la fiction me semble aujourd’hui la plus pertinente pour parler du réel.

  • Vernissage Jeudi 18 novembre 2010 18:30 → 21:30
Galerie Acte 2 Galerie
Plan Plan
08 Paris 8 Zoom in 08 Paris 8 Zoom out

41, rue d’Artois

75008 Paris

T. 01 42 89 50 05 — F. 01 42 89 33 03

www.acte2photo.com

Saint-Philippe-du-Roule

Horaires

Du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 19h
Les samedis de 13h à 18h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Cédric Delsaux