Christine Maigne — In vitro

Exposition

Techniques mixtes

Christine Maigne
In vitro

Passé : 6 septembre → 31 octobre 2014

Il semble qu’au départ, il n’y ait eu que du blanc. Mais maintenant la couche blanche et moelleuse se perfore, laissant percevoir de petits cratères ou petites cloques qui annoncent parfois l’émergence d’une pousse noire.

Les œuvres de Christine Maigne sont des espaces in vitro qui offrent un milieu à des cultures élémentaires, dont la nature et le devenir nous sont inconnus. Ces développements prennent la forme de séries et familles d’émergences noires, d’étranges pilosités sombres, de diverses taches, trous ou bosses qui semblent envahir l’espace et se nourrir du blanc. Certaines sont aiguës et drues, d’autres plus souples ou fragiles.

La surface blanche, les vides, les gonflements de la surface et les petites pousses révèlent tout un monde organique latent, le vide est potentiellement sujet à d’autres développements possibles. C’est ainsi que certaines séries sont presque blanches, pas d’un blanc d’une monochromie abstraite, mais un blanc fertile. Plutôt qu’une présence figée, c’est un phénomène d’apparition que ces œuvres nous donnent à percevoir.

On est troublé par l’ambivalence de ces formes parfois ténues qui se dérobent dans le flou, laissant l’œil impuissant à en savoir plus, et qui se montrent en même temps terriblement visibles et dures lorsqu’elles atteignent la surface du verre et dévoilent une noirceur impudique qui macule la surface. Ces œuvres feutrées et presque silencieuses semblent nous provoquer par le contraste avec ce qui en éclôt.

L’œil est stimulé, l’esprit est amusé. Il ne s’agit en effet que d’un poil, d’une cloque, d’un petit trou, ou d’un point noir, mais cette élémentarité familière et sans échelle nous ouvre à des constellations, à l’infiniment petit, ou à notre propre corps.

Dans l’œuvre de Christine Maigne, la question de la naturalité est toujours posée, ses formes de croissances universelles et très basiques nous renvoient au naturel, à notre animalité, au végétal, au vivant ; mais cet univers aseptisé in vitro, presque achrome et la matérialité synthétique des éléments noirs, semblent nous rappeler que la nature est aussi un concept de l’homme et qu’il sait en repousser les limites.

  • Vernissage Samedi 6 septembre 2014 18:00 → 21:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

8, rue Charlot

75003 Paris

T. 01 44 54 90 88

www.nextlevelgalerie.com

Filles du Calvaire
Rambuteau
République
Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Christine Maigne