Coraline de Chiara — Des colonnes en moins

Performance

Peinture

Coraline de Chiara
Des colonnes en moins

Passé : 25 avril → 12 mai 2016

Pour sa troisième résidence d’artiste, Progress Gallery accueille Coraline de Chiara. Cette résidence permettra à l’artiste d’explorer l’atelier versus galerie // galerie versus atelier. Coraline de Chiara a proposé la collaboration de Julien Verhaeghe.

——

28 mars 2016
Objet: Préface

Julien,

Il y a des choses qui se meuvent de ma peinture et que je ne peux contenir sur la surface de mon tableau.

J’ai récemment étiré de la peinture afin de la fondre et j’ai réalisé que ce qui était en marge contribuait à la lecture du tableau, comme des contraires qui s’attirent.

J’ai alors pensé au douloureux déménagement que l’artiste opère de l’espace d’atelier à l’espace d’exposition, impossible pour moi de remettre en scène le mur de l’atelier.

Il me fallait alors trouver un espace qui m’offrirait cette double lecture, où je pourrais à la fois y travailler et y exposer.

J’ai trouvé.

J’ai envie de partir de l’idée de colonnes en moins… As-tu vu les images d’explosions de Palmyre ?

Coraline

——

30 mars 2016
Objet: Préface

Coraline,

Oui, j’ai vu ces images. Ce qui m’avait semblé vertigineux était la force symbolique de la perte, la perte non tant des vestiges de notre passé, mais de quelque chose qui allait bien au-delà.

Ce vertige était lié à la fois à son caractère irréversible et à une forme de futilité. C’est-à-dire à des processus de devenirs ou de coupures non plus de l’histoire, celle des hommes, mais à l’autre histoire, celle des atomes et des astres.

C’est très paradoxal je crois, car d’un côté l’irréversible fait que l’on ne retournera jamais plus en arrière ; de l’autre, cet anéantissement est comme un retour à la poussière, au néant d’où toute chose pourtant émerge.

Tu mentionnes le transfert d’un espace à un autre, son caractère douloureux, l’impossibilité de remettre en scène ce qui précède. Mais qu’as-tu trouvé précisément? Penses-tu que l’on pourrait voir dans ton travail le caractère de ce qui est irréversible ?

Julien