D’autres gestes : usages des patrimoines #2 — Autour du fonds Marc Vaux, et autres enquêtes à la Villa Vassilieff

Evénement

Installations, photographie, techniques mixtes

D’autres gestes : usages des patrimoines #2
Autour du fonds Marc Vaux, et autres enquêtes à la Villa Vassilieff

Passé : 13 → 14 mai 2016

Le séminaire D’autres gestes : usages des patrimoines #2 (Autour du fonds Marc Vaux et autres enquêtes) poursuit une réflexion entamée à Bétonsalon — Centre d’art et de recherche en 2014, lors d’un premier séminaire qui interrogeait les modalités de constitution, de conservation, de circulation et d’interprétation des archives et des patrimoines, notamment via la numérisation. Il invite conservateurs/trices, commissaires d’exposition, artistes, chercheurs/ses et personnes concernées à se pencher sur le fonds Marc Vaux et les enjeux qu’il soulève afin de partager des méthodologies, des usages, des recherches mais aussi des questions et des doutes rencontrés dans nos pratiques, lorsque nous nous attachons à remettre en mouvements l’histoire de l’art, à repenser les relations entre patrimoines et enjeux du présent — dans et au-delà des institutions. Le rôle de la photographie, comme objet patrimonial, comme document, comme témoin, comme œuvre, mais aussi comme indice, sera au cœur de ces journées, qui seront ponctuées de différents récits d’enquêtes. Pensé comme une école buissonnière, le séminaire se déplacera d’un lieu à un autre (réserves du musée, espace d’exposition, cinéma…), d’une image à une autre, d’une histoire à une autre, pour imaginer D’autres gestes, d’autres usages inséparables du présent.

Programme public

Vendredi 13 mai
  • 14h — 15h : Visite de l’exposition Groupe Mobile à la Villa Vassilieff Avec Virginie Bobin et Mélanie Bouteloup (co-commissaires de l’exposition) et Ellie Armon Azoulay (chercheuse associée à l’exposition)

La visite reviendra sur certaines des enquêtes réalisées à partir et autour du fonds Marc Vaux (J.D. Kirszenbaum, Esther Carp…) et sur la manière dont le fonds a pu être investi et actualisé par les chercheurs et les artistes participants.

Langues : français / anglais

  • 15h — 16h : Etudes d’images
  • 15h — 15h20 : Ellie Armon Azoulay (chercheuse associée à l’exposition Groupe Mobile) : « Naviguer dans les archives : gestes, matérialité et intuition ».

En s’appuyant sur des images prises dans le fonds Marc Vaux en lien avec les recherches de certains participant-e-s, Ellie Armon Azoulay s’interrogera sur l’accessibilité aux archives non pas comme un droit d’accès, mais comme un défi lancé à la démesure. Comment trouver des points d’entrée, comment subvertir les hiérarchies et les canons, comment conférer une présence à une mémoire oubliée ou à l’anonymat ?

Langue : français / anglais

  • 15h20 — 15h40 : Des étudiant-e-s en Master Photographie et Art contemporain à l’Université Paris 8, proposeront une réflexion autour de la photographie d’exposition à partir de l’œuvre de Suki Seokyeong Kang, Jeong (2014-2015), présentée dans Groupe Mobile.

Langue : français

  • 15h40 — 16h : Florian Kleinefenn (photographe) : « La photographie comme transport, un leurre d’objectivité ? ».

A ses observations concernant les rapports entre œuvres d’art, artistes et photographes durant sa carrière professionnelle de photographe dans le monde de l’art, Florian Kleinefenn ajoutera des réflexions sur l’objectivité, les normes attendues, la volonté de l’artiste de posséder son œuvre à part entière, la notion de photogénie, la désinvolture par rapport à l’œuvre et la subjectivité la plus totale.

Langue : français

  • 16h — 16h20 : Discussion
  • 16h20 — 16h30 : Pause
  • 16h30 — 17h30 : Présentation de l’enquête menée autour de l’artiste fictive Sophie La Rosière Par Iris Häussler (artiste), Catherine Sicot (commissaire), Michel Menu (chef du département recherche, C2RMF) (à confirmer) et Philip Monk (directeur, Art Gallery de la York University), avec la participation des étudiant-e-s de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne Brest-Lorient-Quimper-Rennes.

Le projet Sophie La Rosière, initié par l’artiste Iris Häussler, s’ancre dans l’histoire de la modernité parisienne : cette artiste fictive aurait vécu à Paris au début du XXème siècle et fréquenté les sœurs Jeanne et Madeleine Smith, à l’origine de la bibliothèque de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (qui conserve notamment un fonds photographique). Pour ce nouveau projet, Iris Häussler convoque différents « experts » (historiens de l’art, conservateurs, restaurateurs…), à qui elle soumet les productions de Sophie La Rosière et les « preuves » de son existence pour analyse : l’utilisation de méthodologies réelles et effectives permet alors de dessiner les contours d’une figure pourtant fictive. Les discussions avec ces professionnels de l’art, ces « enquêteurs » font ainsi émerger le personnage de Sophie La Rosière : la fiction se fait méthodologie.

Langue : français (à confirmer)

  • 17h30 — 18h : “60 Pieces of a Lost Body”, Autour de Bahman Mohassess Par Morad Montazami (historien de l’art, commissaire-chercheur pour le Moyen-Orient et le Maghreb à la Tate Modern)

“Bahman Mohassess (1931-2010), peintre, sculpteur et metteur en scène, figure mythique de l’art moderne en Iran, fut quasiment le seul de sa génération à attaquer l’image du corps humain, dans la critique du progrès et le fétichisme de la destruction. Comment dès lors cet esprit iconoclaste nous a-t-il plongé dans une quête éperdument archéologique ? Celle de réassembler un semblant de corpus sur lequel lui-même revendiquait droit de vie et de mort. Nous avons tenté, sinon d’y répondre, du moins de nous mettre à l’épreuve, lors d’une anti-rétrospective organisée à Téhéran en mai 2015, intitulée Bahman Mohassess : 60 Pieces of a Lost Body.”

Langue : français / anglais

  • 18h — 18h30 : Discussion
  • 18h30 — 19h30 : Apéro dinatoire

Déplacement vers le cinéma (10 minutes à pieds)

  • 20h — 22h : Projection de Fifi Hurle de Joie, de Mitra Farahani, suivie d’une discussion avec Mitra Farahani (artiste) et Morad Montazami (historien de l’art, commissaire-chercheur pour le Moyen-Orient et le Maghreb à la Tate Modern).

Hors-les-Murs : au cinéma Les 7 Parnassiens (98, bd du Montparnasse)

Fifi hurle de joie témoigne des deux derniers mois de la vie de Bahman Mohassess, légende de l’art moderne iranien. Ce curieux Diogène contemporain s’apprête à réaliser sa dernière œuvre après un exil volontaire d’une trentaine d’années. Celle-ci lui est commandée par deux admirateurs, Rokni et Ramin Haerizadeh — eux-mêmes artistes contemporains de renom. L’intrigue se dirige progressivement vers l’histoire de ce « chef-d’œuvre inconnu ».

Plein tarif : 9.80 et 8.80 € — Tarif réduit : 7.20 €

Langue : Farsi (sous-titré français)

———

Samedi 14 mai
  • 14h30 — 17h30 : Droit, accès et usages des patrimoines
  • 14h30 — 15h30 : Elaine Lin (collection manager, Asia Art Archive) (dont 10 minutes de questions) : Une contemporanéité kaléidoscopique : le cas de la collection Asia Art Archive En 2012, Asia Art Archive (AAA) a publié la seconde édition de son e-journal Fieldnotes, proposant d’envisager l’archive comme une méthode dans le but d’illustrer la façon dont les différentes initiatives l’envisagent, pour contrer, compliquer, et ré-imaginer les systèmes par et dans lesquels les récits de l’art moderne et contemporain sont produits, circulent et sont reçus. Si l’archive est une méthode, quelles méthodologies peut-on adopter pour tirer les fils de ces multiples récits parmi la masse des données et des souvenirs ? Comment l’archive peut-elle générer ? Cette présentation soulèvera ces questions à partir de cas d’études de la collection de l’AAA.

Langue : anglais (une traduction vers le français sera proposée)

  • 15h30 — 16h30 : Sumesh Sharma (commissaire, Clark House Initiative) (dont 10 minutes de questions). “Décoder les archives visuelles en forgeant des mythes »: comment lisons-nous des archives inanimées sans la présence de ceux qu’elles portent pour nous les raconter ?

Langue : anglais (une traduction vers le français sera proposée).

  • 16h30 — 17h30 : Conclusion du séminaire par Arno Gisinger (photographe) et Virginie Bobin (responsable des programmes, Villa Vassilieff) — puis Discussion

Langue : français (une traduction vers l’anglais sera proposée)

  • 17h30 — 19h : Verre
13 Bibliothèque Zoom in 13 Bibliothèque Zoom out

9, esplanade Pierre Vidal-Naquet
Rdc de la Halle aux Farines
Face aux Grands Moulins de Paris sur le campus de l’Université Paris 7 – Denis Diderot

75013 Paris

T. 01 45 84 17 56

www.betonsalon.net

Bibliothèque François Mitterrand

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu