David Goldblatt — Structures of Dominion and Democracy

Exposition

Photographie

David Goldblatt
Structures of Dominion and Democracy

Passé : 6 septembre → 18 octobre 2014

David goldblatt monuments to the republic of south africa 1982 grid David Goldblatt — Galerie Marian Goodman Après une large rétrospective à la fondation Henri-Cartier Bresson consacrée en 2011 à David Goldblatt (né à Randfontain, près de J... 3 - Bravo Critique

L’exposition est dédiée à la série Structures considérée comme l’un des travaux majeurs de l’artiste et qualifiée par l’écrivain Nadine Gordimer « d’extraordinaire histoire visuelle d’un pays et de ses habitants ».1

Depuis les années 1980, David Goldblatt parcourt les provinces de l’Afrique du Sud à la recherche de monuments et édifices, publics ou privés, séculiers ou religieux, construits depuis l’époque coloniale, avec l’idée que toute architecture révèle quelque chose des hommes l’ayant construite.

« Beaucoup de nos édifices en disent long, avec une transparence et une clairvoyance extraordinaire, non seulement sur la qualité de l’existence et les besoins, les prétentions, les désirs, les peurs de ceux qui ont construit et qui utilisent ces édifices, mais aussi, bien souvent, sur les croyances vitales et les idéologies auxquelles les vies sont subordonnées ici. »2

David goldblatt monuments to the republic of south africa 1982 medium
David Goldblatt, Monuments to the Republic of South Africa (left), the late prime minister, JG Strijdom (right), and the headquarters of Volkskas Bank, Pretoria. 25 April 1982 Courtesy of the artist and Marian Goodman Gallery, Paris

Ses photographies en noir et blanc prises dans les années 1980 et 1990 ont fait l’objet d’une exposition marquante présentée au MoMA en 1998 intitulée South Africa : The Structure of Things Then. Depuis, la série a été enrichie de nouvelles images de monuments érigés après la fin de l’Apartheid, pour la plupart des édifices mémoriaux.

« Durant les décénnies 1980 et 1990, j’ai photographié les structures que nous, Sud-africains, avions bâties pendant l’ère du Baaskap3, en vigueur entre 1660 et 1990 environ, et au cours de laquelle, les blancs ont progressivement assis leur domination sur toute l’Afrique du Sud et sa population. Ce sont les valeurs exprimées au travers de ces structures que j’ai recherchées et tenté de faire apparaître dans ces photographies et textes.

A partir de 1999, cinq ans après les premières élections démocratiques instaurées par le Congrès national africain porté au pouvoir par Nelson Mandela, et jusqu’à présent, je me suis engagé dans un travail photographique similaire.

Je me suis intéressé aux structures qui ont émergé avec notre démocratie et qui, selon moi, sont l’expression des valeurs de cette nouvelle façon d’être dans notre société, à la fois neuve et pourtant toujours vieille à bien des égards.

Les photographies exposées à la Galerie Marian Goodman proviennent de ces deux ensembles de travaux distincts mais intimement liés, Domination et Démocratie. »

David Goldblatt, juillet 2014

Galerie marian goodman david goldblatt structures of dominion and democracy street traders medium
David Goldblatt, Street traders and the collonade of the Walter Sisulu Square of Dedication, Kliptown, Soweto, 7 February 2014 Courtesy of the artist and Marian Goodman Gallery, Paris

Parmi les séries photographiques qui ont fait connaître David Goldblatt sur la scène internationale, on peut citer On the Mines (sur les mines d’or de Witwatersrand), The Transported of KwaNdebele, Particulars ou encore TJ (sur la ville de Johannesburg).

David Goldblatt est né en 1930 à Randfontain, près de Johannesburg. Il a été récompensé par de nombreux prix internationaux, tels que le ICP Infinity Lifetime Achievement award en 2013, le prix Henri Cartier-Bresson en 2009 et le prix Hasselblad en 2006. Son œuvre a été exposée dans les plus grands musées et il a participé à de très nombreuses expositions de photographies. Entre 2001 et 2003, une grande rétrospective « David Goldblatt fifty-one years », rassemblant plus de deux cents photographies, a voyagé aux Etats-Unis et en Europe (l’AXA Gallery de New York, Museu d’Art Contemporani de Barcelona (MACBA), Witte de With — Center for Contemporary Art de Rotterdam, Centro Cultural de Belem de Lisbonne, Museum of Modern Art d’Oxford, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et au Lenbachhaus de Munich ). A Paris, la Fondation Henri Cartier-Bresson a présenté en 2011 une exposition consacrée à son projet « TJ ».

A l’occasion du vernissage de l’exposition, la galerie a le plaisir d’organiser le lancement de « Photographers’ References : David Goldblatt », un livre d’entretien entre David Goldblatt et Baptiste Lignel.

1 Nadine Gordimer, « Sudden Life, Never Seen or Suspected Before: David Goldblatt’s photographs », in Fifty-on years. David Goldblatt, Macba, Barcelone, 2001

2 David Goldblatt, « Structures», texte publié à l’occasion de l’exposition «Home Land », The Market Theatre Gallery, Johannesburg, 1987

3 Afrikaans pour la « Domination du Maître » ou « domination blanche »

  • Vernissage Samedi 6 septembre 2014 18:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

79, rue du Temple


75003 Paris

T. 01 48 01 70 52 — F. 01 40 27 81 37

www.mariangoodman.com

Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • David Goldblatt