David Smith — Drawing and Scupture : Acting in space

Exposition

Dessin, sculpture, techniques mixtes

David Smith
Drawing and Scupture : Acting in space

Passé : 25 avril → 27 juin 2015

Fragments liminaires estefania penafiel loaiza cpif original grid Les vernissages d’avril 2015 Découvrez notre sélection de vernissages d’expositions du mois d'avril 2015.

Présentant des œuvres réalisées entre 1950 et 1960, la galerie rend hommage à cet artiste précurseur qui fait appel aux méthodes et matériaux industriels afin de reconcevoir la sculpture en tant que dessin dans l’espace. L’œuvre qu’a produite Smith au cours de cette décennie a transformé et étendu la percée du Modernisme européen, et a inspiré la génération suivante d’artistes dont le travail a contribué à définir la sculpture de la fin du XXème siècle.

Le matériau de prédilection de David Smith était l’acier. Comme il l’a écrit, « le métal en lui-même n’est que peu lié à l’histoire de l’art. Il est principalement associé à des éléments de ce siècle, à savoir la puissance, la structure, le mouvement, le progrès, la suspension, la destruction, la brutalité ». Parmi les sculpteurs les plus importants du dernier siècle, David Smith est celui qui a su traiter ces forces conflictuelles, affirmant toujours que le sujet ultime de l’art réside dans l’identité de l’artiste. L’œuvre en résultant est à la fois brute et raffinée, lyrique et iconique. L’imagination fertile de Smith a assimilé les influences de l’art classique et de l’art tribal, du Constructivisme, du Cubisme et du Surréalisme pour générer une effusion d’inspiration créative exprimée à travers le recours à une large gamme de média dont la sculpture, la peinture, le dessin et la photographie.

Petit fils d’un forgeron, David Smith est né en 1906 dans un environnement en pleine mutation, entre vie agraire et industrielle. La fusion de la nature et de l’industrie lui était connue ; lorsqu’il était enfant, il jouait dans les champs et les gares de triages à proximité de sa maison de Decatur dans l’Indiana. À dix-neuf-ans il a brièvement travaillé dans une usine automobile, où il apprit à souder, une technique qu’il s’appropria par la suite pour la réalisation d’une large partie de ses sculptures.

La première sculpture soudée de David Smith date de 1933, une année seulement après que Julio Gonzàlez n’invente le terme de « drawing in space » pour décrire le travail de Pablo Picasso. Rejetant l’environnement traditionnel du studio de l’artiste, de l’atelier, de la fonderie, Smith, lui, accolait sa pratique au monde industriel, installant son local sur le front de mer de Brooklyn dans un local emprunté dans le Terminal Iron Works, un petit magasin spécialisé dans la soudure. Smith a passé les trente-deux années suivantes à explorer et à étendre le champ de l’innovation esthétique ainsi que des ambitions rendues possibles par ce nouveau medium sculptural.

Le dessin, tout comme la soudure ont joué un rôle central dans le développement de l’art de David Smith. Ils ont influencé sa vision de la sculpture et lui ont ouvert de nouvelles perspectives afin de créer de l’art de manière instinctive, en se détachant des contingences physiques et du travail imposé par la sculpture. En 1955, Smith a écrit que « le dessin est la célébration de l’humain la plus directe, la plus proche de la réalité elle-même et la plus naturelle — et je dirais même qu’à l’époque des premiers Hommes, il se peut que c’eut été la première célébration de leur nature intime — bien avant le chant … le dessin est la clé qui permet de conserver l’harmonie du travail manuel ».

Pour ses dessins, Smith a utilisé une grande variété de média tels que la tempera, la gouache, l’huile, l’émail industriel en spray, et de plus en plus après 1951, l’encre à l’œuf, une de ses inventions propres fabriquée à partir d’un mélange de jaunes d’œufs et d’encre de Chine. L’exposition David Smith — Drawing and Sculpture: Acting in Space présente trente de ces dessins accompagnés d’une sculpture non-titrée de 1951 qui souligne la fusion innovatrice des deux média par David Smith.

David Roland Smith naît le 9 mars 1906 à Decatur, dans l’Indiana, aux Etats Unis. Après ses études secondaires Smith étudie durant un an à l’Université de l’Ohio puis passe l’été de 1925 à travailler dans une usine automobile. En 1926, il déménage à New York, où il rejoint l’Art Students League. C’est alors qu’il commence à se familiariser avec l’œuvre de Pablo Picasso, Mondrian, Kandinsky, et des constructivistes russes. Les premières tentatives de soudure par Julio Gonzàlez et Pablo Picasso ont inspiré Smith et l’ont conduit à appliquer ses compétences techniques au domaine artistique. Ses constructions de 1933 sont certainement les premières sculptures soudées faites aux Etats-Unis. En tant que membre d’un cercle restreint de jeunes artistes avant-gardistes qui incluait Willem de Kooning, Arshile Gorky et Jackson Pollock, Smith est à l’origine d’une œuvre qui dans les années trente l’a érigé au rang de seul sculpteur de la génération de l’Expressionnisme Abstrait. Smith a reçu le Guggenheim Fellowships en 1950 et 1951. Il a représenté les Etats-Unis à la Biennale International de Sao Paulo en 1951 ainsi qu’aux biennales de Venise de 1954 et 1958 Ses œuvres ont été incluses à l’exposition Douze peintres et sculpteurs américains contemporains organisée en 1953-1954 par le MOMA de New York, présentée par la suite en France, Allemagne, Suisse, Finlande et Norvège, et en 1957, le MOMA lui consacra une rétrospective majeure. Certaines de ses œuvres furent aussi incluses à la « documenta II : Skulptur » de 1959 ainsi qu’à la « documenta III » de 1964, à Kassel en Allemagne. Le numéro de février 1960 d’Arts Magazine a été consacré au travail de Smith. En 1961, le MOMA a organisé une exposition des sculptures de Smith qui voyagea à travers les Etats Unis pendant presque deux ans. En 1962, le Gouvernement italien invita Smith au festival des Deux Mondes de Spoleto. En lui donnant accès à une aciérie abandonnée et en lui fournissant un groupe d’assistants, il a produit un ensemble de 27 pièces en trente jours. En 1964, Smith a reçu un Creative Art Award de l’Université Brandeis et en février 1965, le Président Lyndon B. Johnson l’a nommé au Conseil des Arts. David Smith est mort dans un accident de voiture le 23 mai 1965 à l’âge de 59 ans. Depuis sa mort, des rétrospectives de David Smith se sont tenues dans de nombreux musées à travers le monde et plus récemment en 2006, au Guggenheim Museum de New York ainsi qu’au Centre Georges Pompidou à Paris.

  • Vernissage Samedi 25 avril 2015 17:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

5, rue Debelleyme

75003 Paris

T. 01 42 77 19 37 — F. 01 42 77 05 58

Site officiel

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • David Smith