Dépaysement systématique

Exposition

Dessin, installations, sculpture, techniques mixtes...

Dépaysement systématique

Passé : 22 juin → 27 juillet 2013

Proposant une réflexion originale sur les formats de l’exposition, il est ici question, à travers les œuvres de six artistes, de présenter le cheminement de construction de l’œuvre plutôt que le but à atteindre.

Dépaysement systématique: l’expression d’André Breton fait allusion au procédé consistant à assembler et déplacer les formes pour créer un espace autre. « Accouplement de deux réalités a priori inaccouplables sur un plan qui en apparence ne leur convient pas » précise Max Ernst dans Au-delà de la peinture1. Pensé comme un immense collage à l’échelle d’une exposition, ce projet questionne les processus de création chez six artistes. Par des mécaniques de répétition ou l’utilisation d’algorithmes, chacun crée des systèmes dynamiques donnant naissance à de nouveaux espaces. Une autre appréhension du réel est en jeu dans ces œuvres qui, assemblées, provoquent le dépaysement, conçu ici comme une transformation radicale des lieux investis. Exposant son cheminement, chaque artiste est invité à montrer ce qui constitue le hors-champ de son travail, présentant à travers notes, dessins, photographies, en regard d’une réalisation, un paysage en construction.

« Chercher une structure ou des moyens de notations qui se comportent de la manière la plus vivante possible » écrit Jorinde Voigt (née en 1977, vit et travaille à Berlin) définissant sa démarche. À l’aide d’algorithmes, elle conçoit des partitions au sens d’une écriture processuelle. Ses œuvres figurent des modèles dynamiques d’espaces. De leur côté, les interventions de Marion Robin (née en 1981, vit et travaille à Clermont-Ferrand) se font in situ. Nul programme préconçu: l’idée s’invente au contact du lieu. Entre espaces mentaux et physiques, ses projets, portant l’attention sur des détails infimes du réel, en proposent des perceptions décalées.

Avec ses espaces-maquettes filmés, Aurélie Sement (née en 1981, vit et travaille à Rouen) propose une vision singulière de l’architecture à travers jeux d’échelles et modifications de points de vue. Vidéaste, elle filme la rythmique des gestes, envisageant son travail comme un espace en construction. Olivier Soulerin (né en 1973, vit et travaille en région parisienne) développe une approche singulière du registre quotidien. Volumes sériels s’échafaudant plan par plan et photographies s’associent dans un travail qui mêle aux œuvres leur hors-champ.

Comme un architecte dont le matériau serait la peinture, Nicolas Guiet (né en 1976, vit et travaille à Paris) agence les éléments de son vocabulaire, déplaçant progressivement par le dessin formes et couleurs, qu’il replante ensuite dans l’espace. Il essaie plusieurs positionnements de ses œuvres, formant un tableau à partir de projections de formes dans l’espace. Enfin, Elsa Tomkowiak (née en 1981, vit et travaille à Nantes) transforme fondamentalement l’espace par l’énergie pure de sa peinture, qu’elle agence de façon musicale par strates de matières colorées. Viscéralement liées à l’espace, ses structures produisent une vaste partition spatiale, pensée comme une improvisation.

Le commissariat de cette exposition a été confié à Marion Daniel. La manifestation s’inscrit dans la programmation du projet Nouvelles Vagues présenté au Palais de Tokyo.

1 Max Ernst, Au-delà de la peinture (1936), dans Écritures, collection “Le Point du jour”, Gallimard, 1970, p. 253-256.

Marion Daniel
  • Vernissage Samedi 22 juin 2013 14:00 → 20:30
07 Paris 7 Zoom in 07 Paris 7 Zoom out

22, rue du Bac

75007 Paris

T. 01 42 97 44 00

www.galerie-jeanfournier.com

Rue du Bac
Tuileries

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes

  • Jorinde Voigt
  • Nicolas Guiet
  • Aurélie Sement
  • Olivier Soulerin
  • Marion Robin
  • Elsa Tomkowiak

Actualité liée aux artistes