Emmanuel Barcilon

Exposition

Peinture

Emmanuel Barcilon

Passé : 8 décembre 2011 → 14 janvier 2012

La galerie Dukan Hourdequin présente la première exposition personnelle d’Emmanuel Barcilon (1967) dans son nouvel espace à Paris.

Dans chaque œuvre, la réflexivité du support parsemé de légères révélations fait écho à la recherche du peintre qui finit par trouver, dans les strates oubliées, la bonne trouée, la juste fenêtre dans les couleurs. En cherchant la surprise, il trouve sa chance, la beauté fugitive de l’être du tableau. À mesure qu’il creuse son support et sa surface, il fait de la mémoire du tableau sa force, des laques de souvenirs.

Le tableau évoque bien la présence de sa propre histoire dont nous voyons les traces sur les franges du support : coulures de toutes les couleurs utilisées, près de trente couches. Le tableau est le résultat d’un processus d’individuation de l’œuvre, « pas à pas » accumulation, « couche sur couche » stratification, qui a pour but d’ouvrir les sens de celui qui regarde : donner les sensations du toucher, peau âpre, cicatrices, brûlures, et en même temps, peau veloutée, caresses, douceurs des couleurs ; puis produire des sons, des bruits, de la musique. L’œil touche et écoute autant qu’il voit. (…)

L’espace de la surface s’ouvre également aux vanités : désordres, squelettes, crânes, et utilisation de plus en plus fragrante des nouvelles tirées des journaux. Des articles de presse et des photographies d’événements sont imbriqués dans le processus. Messages à répétition de morts, de servitudes, de violences martelées… Le peintre livre un corps à corps avec le support mais aussi avec le déluge des corps en souffrance dans toutes les sociétés. Emmanuel Barcilon s’interroge sur les figurations de la mort, les memento mori de notre temps, les armes, les insultes, les frustrations, les cris en tout genre. Comment, sur ce fond de désastre, faire monter la lumière et la beauté, comment trouver sa respiration, son élan vers l’amour ? Peut-être à travers le regard de l’enfant qui découvre le monde comme un théâtre de jouets et qui finit, à force de jouer, par maîtriser ses angoisses.

Lionel Dax
  • Vernissage Jeudi 8 décembre 2011 à 18:00
Galerie Dukan Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

24, rue Pastourelle


75003 Paris

T. 09 81 34 61 83

www.galeriedukan.com

Arts et Métiers
Filles du Calvaire
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 13h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Emmanuel Barcilon