Fondling

Exposition

Peinture, photographie, techniques mixtes

Fondling

Passé : 3 février → 8 avril 2017

Gerald Petit s’est longtemps dit peintre et photographe, menant de front les deux pratiques, les étayant l’une par l’autre. Confronté à la remise en cause de son activité de photographe par le développement de la photo sous ses formes mobiles, qui restreignent sa prétention à l’autorité artistique à mesure qu’elle est plus universellement répandue, et le partage immédiat de l’intime impliqué par ce développement, il a récemment recentré son travail sur une pratique de la peinture dont il se sert comme contrepoint à l’image photographique.

Gp untitled50x40 2 2017news medium
Gerald Petit, Sans titre (Black Bird #4), 2017 Huile sur bois. 50 x 40 cm Courtest Triple V, Paris

De même que la photographie, au moins à son origine, transformait une réalité colorée tridimensionnelle en une image noir et blanc, les nouvelles peintures de Gerald Petit prennent le contrepied de ce processus, en superposant les couleurs jusqu’à ce qu’elles s’annulent pour rendre une impression de noir. Dans l’exposition, les grands formats évoquent le noir et blanc de la photographie, et donc sa nature indicielle, mais pourtant ces peintures ne sont composées qu’avec des couches de couleurs successives, formant au terme des paysages imaginaires qui ressemblent à des ciels. Dans ce processus, la peinture « absorbe » la photographie, non pas dans sa qualité de référent, mais dans sa chimie. Elle fabrique du noir et du blanc avec la couleur, là où la photographie fabriquait du noir et du blanc avec le prisme coloré.

Gp color02 medium
Gerald Petit, Sans titre, 2017 Huile sur bois. 50 x 40 cm Courtesy Gerald Petit

La peinture devient l’inversion du processus chimique de la photographie. L’une et l’autre révèlent, au sens chimique, des formes et des figures ; chaque couche de peinture agit comme un révélateur de la précédente, de façon analogue au processus photosensible. Le résultat, ce sont des ciels ou des paysages imaginaires qui sont entièrement composés, et non copiés, et des scènes peintes mais recadrées et incomplètes, où le sujet vient à manquer.

Geraldpetit darksky 6 medium
Gerald Petit, Sans titre (Dark Sky#6), 2017 Huile sur toile. 200 x 165 Courtesy Triple V, Paris

Chaque tableau semble ne pas s’adresser directement à celui ou à celle qui le regarde. Les scènes intimes, juste esquissées, résistent au partage. Ce sont des situations énigmatiques, du fait du fond obscur et indéterminé sur lequel elles apparaissent, mais aussi du fait des ellipses produites par le recadrage : membres sans corps, préhensions d’objets absents ou juste esquissés. La fragmentation de l’image la rend abstraite, mutique, désagrégeant l’écheveau narratif. Les peintures exigent un effort d’imagination du regardeur pour en reconstituer la signification ; elles l’invitent à une expérience spécifique, visuelle et tactile. Les tableaux se livrent sans clef de compréhension. « Fouiller », « caresser de l’œil des sensations », devient un préalable nécessaire à leur appréhension.

————

Gerald Petit est né en 1973 à Dijon, il vit et travaille à Paris. Parmi ses expositions personnelles, on peut mentionner « L’entremise » à la Fondation d’entreprise Ricard en 2013, « A conversation piece » avec Shawn Lee à la MLIS à Villeurbanne, « Every Sad Song will have a Brighter Day » à Lmak Projects gallery à New York et « Sexy Dancer » à la Salle de Bains à Lyon. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques dont le CNAP et FNAC à Paris ; le Musée Nicéphore Niepce à Châlon-sur-Saône ; l’Artothèque de Villeurbanne ; et le FRAC Alsace.

02 Paris 2 Zoom in 02 Paris 2 Zoom out

5, rue du Mail

75002 Paris

T. 07 69 14 66 63

www.triple-v.fr

Bourse
Sentier

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

L’artiste