Frédéric Moser et Philippe Schwinger — Ce dont on sera dans l’avenir capable

Exposition

Film, installations, performance, vidéo

Frédéric Moser et Philippe Schwinger
Ce dont on sera dans l’avenir capable

Passé : 8 février → 26 mars 2011

L’exposition en bref

Première exposition personnelle du duo d’artistes suisses dans une institution parisienne, Ce dont on sera dans l’avenir capable accompagne le développement du projet France, détours initié par Moser et Schwinger en 2009. Les deux artistes « interrogent la France » par étapes, pour proposer une réflexion à partir de la question du «vivre ensemble ». L’exposition présente l’épisode 1 réalisé à Toulouse en 2009 et sert de base à la création d’un plateau de formulation autour du tournage simultané de l’épisode 2 à Pierrefitte, coproduit par la Fondation Kadist et la société de production L’âge d’or. Une performance sera filmée en amont de l’exposition et plusieurs rendez-vous chorégraphiques seront donnés avec cinq performeurs interprêtant différents scenarii possibles pour des objets,
des personnes et des situations rencontrées à Pierrefitte. D’autres rendez-vous avec des acteurs impliqués dans la réalisation de la série France, détours constitueront une tribune métaphorique imaginée par les artistes pour l’exposition.

Pour aller plus loin…

Les films de Frédéric Moser et Philippe Schwinger interrogent le présent à partir de faits politiques et sociaux issus de l’histoire récente. Ils remettent alors en scène les sources de la réalité contemporaine, pour les placer dans le lieu de discussion d’un conflit. Pour eux, la construction de la réalité est liée à la constitution d’un espace de prise de parole.

En 1978, Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville réalisent pour la télévision : France/tour/détour/deux/enfants. Proposant de recenser le mode de vie des Français, durant 12 épisodes de 26 minutes, un petit garçon et une petite fille sont d’abord interrogés à tour de rôle sur leur quotidien. Élargissant le champ de l’entretien, les interrogations de Godard et Miéville formulent progressivement un questionnement amenant les protagonistes à se penser en tant que sujet dans l’histoire du monde, à « se vivre et se voir à la télévision » avec un point de vue critique.

Quelque trente ans après Godard et Miéville, Moser et Schwinger initient le projet d’une série de quatre épisodes intitulée France, détours et partent là où ils sont invités « interroger la France » et capturer des situations emblématiques de la société d’aujourd’hui. Le 1er épisode (montré au Printemps de Septembre en 2009) a été réalisé à la Cité du Mirail, un grand ensemble conçu par l’architecte Candilis et son équipe dans les années 1960 aux abords de Toulouse. Le 2nd épisode (coproduit par la Fondation Kadist et la société de production L’âge d’or) est en cours de réalisation et se déroule en banlieue parisienne, à Pierrefitte, avec des collégiens décrocheurs et les responsables de l’AFPAD (Association pour la formation, la prévention et l’accès au droit). Le 3ème épisode (à l’initiative du FRAC PACA) aura lieu à Marseille avec des adolescents issus de milieux aisés, à l’aube de leur rentrée dans des formations et écoles supérieures.

La jeunesse qu’ils présentent avec ses origines sociales diverses ne confirme pas tout à fait les clichés que les médias et les politiques essaient de créer. Moser et Schwinger suivent l’hypothèse de Jacques Rancière selon laquelle « le réel doit être fictionné pour être pensé. » Chaque situation permet le questionnement d’éléments fictifs associés à une réalité spécifique et à chaque fois, à l’aide de nouveaux médiateurs, cette réalité est approchée d’une manière nouvelle. Les deux artistes réalisent un travail d’enquête de terrain et sollicitent architectes, sociologues, journalistes ou historiens, afin de croiser les discours et méthodologies pour réaliser leurs films.

L’exposition Ce dont on sera dans l’avenir capable se déroulera simultanément au tournage de l’épisode 2 de la série France, détours. Les deux artistes ont alors imaginé leur exposition comme un outil pour penser la construction de l’épisode 2. Pour ce faire, ils ont souhaité s’aventurer dans le champ chorégraphique en initiant une collaboration avec cinq performeurs issus de la formation Essai du CNDC d’Angers (Centre national de la danse contemporaine). L’exposition déplie ce travail performatif en trois temporalités entremêlées interrogeant le potentiel du passé, du présent et de l’avenir contenu dans le titre Ce dont on sera dans l’avenir capable. La surface d’exposition sera en grande partie recouverte d’un plateau de formulation qui servira à articuler ces trois temporalités. Il sera le lieu du tournage d’une performance filmée en amont de l’exposition, où les cinq performeurs interprètant textes et gestes, proposeront différents scenarii possibles pour agencer des objets, des personnes et des situations rencontrées à Pierrefitte. Le film issu de cette performance sera projeté dans l’exposition, accompagné des accessoires manipulés par les performeurs (mobilier d’école, pancartes, affiches, etc.) et d’un tableau portant des inscriptions écrites à la craie. Ces traces de la performance entreront en dialogue avec une vidéo documentant la recherche et les repérages effectués pour le tournage de l’épisode 2. Le plateau sera aussi le lieu du récit en direct lors de deux soirées de performances. Quatre performeurs viendront rendre compte de moments vécus autour de l’expérience de Pierrefitte. D’autres rencontres en extérieur viendront s’ajouter à ces rendez-vous chorégraphiques, l’ensemble ayant été imaginé par les artistes comme une tribune métaphorique à l’exposition. Différents acteurs impliqués dans l’élaboration de la série (responsables de l’AFPAD et de la Fondation Kadist, collégiens, critiques, philosophes et sociologues), seront invités à échanger sur leurs propres pratiques et à aborder des questions d’éducation et de fabrication d’outils, proposant ainsi des perspectives pour le futur.

L’exposition imaginée par Moser et Schwinger met l’accent sur le travail chorégraphique comme un mode de traduction possible d’un processus de conception parmi d’autres. Le premier épisode de la série France, détours, et un schéma élaboré par les artistes complèteront l’exposition, qui sera également accompagnée d’une publication rendant compte de la génèse de l’invitation faite à Moser et Schwinger.

13 Bibliothèque Zoom in 13 Bibliothèque Zoom out

9, esplanade Pierre Vidal-Naquet
Rdc de la Halle aux Farines
Face aux Grands Moulins de Paris sur le campus de l’Université Paris 7 – Denis Diderot


75013 Paris

T. 01 45 84 17 56

www.betonsalon.net

Bibliothèque François Mitterrand

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes

  • Frédéric Moser
  • Philippe Schwinger