Frédérique Lucien — Introspectives

Exposition

Céramique, dessin

Frédérique Lucien
Introspectives

Passé : 31 mars → 4 septembre 2011

Fondée sur une observation aigue du réel, l’œuvre de Frédérique Lucien ne cesse, par un travail de variations et d’échelles différentes d’interroger la ligne, le contour, la courbe, les oppositions entre plein et vide, opacité et transparence. Entretenant un rapport spécifi que du dessin à l’espace, l’artiste en étend et développe la pratique à une large variété de médiums.

Son exposition au musée Zadkine réunit un nombre important d’œuvres créées de 2003 à 2011. Bas reliefs sur plaque d’aluminium Ex-votos, 2011, porcelaines réalisées à la Manufacture nationale de Sèvres Sans-titre, Ligne muette, 2010 céramiques, Céramiques dégourdies, Oreilles 2003, dessins Anonyme, 2010-2011, Dessin, 2004… se déploient par ensembles, en un parcours que Frédérique Lucien a conçu dès le seuil du jardin, Moncontour, 2011 en résonance avec le lieu et en dialogue avec les œuvres de Zadkine. L’atelier, dédié à une présentation spécifique de son travail autour du corps et du végétal, invitera à un regard plus introspectif.

Le mystère et l’étrangeté subtiles des œuvres, que Frédérique Lucien choisit d’accrocher en vis à vis avec les sculptures de Zadkine, occasionnent de surprenants points de rencontres. Deux bouches de porcelaine réalisées à grande échelle à la Manufacture nationale de Sèvres, l’une à l’émail platine, l’autre doré, Sans titre, 2010 et une Ligne muette, 2010 présentées pour la première fois, introduisent un dialogue avec les têtes sculptées de Zadkine, en particulier avec celle intitulée, Tête de femme, 1924, en pierre et à la bouche peinte.

Tandis qu’un ensemble de Céramiques dégourdies, 2003, volumes aux formes plus ou moins longilignes dotés d’oreilles, est présenté face aux corps sculptés par Zadkine dans le bois. Le dialogue entre l’œuvre des deux artistes met à jour certaines résonances : le rapport du dessin à la sculpture, l’évidence du lien corps/végétal, le traitement fragmenté du corps. Dans l’atelier, ces aspects de l’œuvre de Frédérique Lucien sont mis en relief et perspective avec la présentation du fruit de longues années de travail. Deux ensembles inédits, Anonyme, 2010, 25 dessins au fusain et Ex-voto, 2011, suite de bas-relief d’aluminium et laiton, figurent des fragments de corps. Leurs formes se révélant à force de renfort du tracé de leurs lignes et contours. Tandis qu’un Simple Temps, 2008, issu de la série éponyme, grand lé de toile peint à l’acrylique rouge, dont les incises révèlent la forme d’un chrysanthème, rappelle que ce sujet lié à la question du temps, a longuement habité son œuvre. En écho, des carnets de dessins et de recherches plus anciens dévoilent les premières apparitions du corps dans son travail en liaison déjà avec le végétal.

Dans l’atelier, ces aspects de l’œuvre de Frédérique Lucien sont mis en relief et perspective avec la présentation du fruit de longues années de travail. Deux ensembles inédits, Anonyme, 2010, 25 dessins au fusain et Ex-voto, 2011, suite de bas-relief d’aluminium et laiton, figurent des fragments de corps. Leurs formes se révélant à force de renfort du tracé de leurs lignes et contours. Tandis qu’un Simple Temps, 2008, issu de la série éponyme, grand lé de toile peint à l’acrylique rouge, dont les incises révèlent la forme d’un chrysanthème, rappelle que ce sujet lié à la question du temps, a longuement habité son œuvre. En écho, des carnets de dessins et de recherches plus anciens dévoilent les premières apparitions du corps dans son travail en liaison déjà avec le végétal.

Introspectives, met en lumière au musée Zadkine, l’évolution sensible du vocabulaire des formes de l’artiste vers d’infinies ouvertures. Le dessin de la ligne — dans ses va-et-vient vers la forme et le volume — conduit en permanence sa démarche, tout comme son rapport à l’espace et au temps, fait partie intégrante de son processus de création.

Publication : A l’occasion des cinq expositions qui consacrent une présentation rétrospective de l’œuvre de Frédérique Lucien, paraît une monographie de 192 pages représentative de ses œuvres de 1990 à 2011. Ed. Liénart. En co-édition avec le musée Zadkine de Paris; les musées des Beaux-Arts de Caen, de Brest, de Vannes — La Cohue et la Galerie Jean Fournier, Paris. Avec les textes de Marion Daniel, Karim Ghaddab et Olivier Kaeppelin.

Musée Zadkine Musée
Plan Plan
06 St Germain Zoom in 06 St Germain Zoom out

100 bis, rue d’Assas

75006 Paris

T. 01 55 42 77 20 — F. 01 40 46 84 27

Notre-Dame-des-Champs
Vavin

Horaires

Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h

Tarifs

Plein tarif 4 € — Tarif réduit 2 €

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Frédérique Lucien