Gareth Long, Literary Asses

Exposition

Installations

Gareth Long, Literary Asses

Passé : 18 octobre → 24 novembre 2012

Ga­reth Long, ar­tiste ca­na­dien né en 1979, s’in­té­resse aux no­tions de copie, de tra­duc­tion et d’imi­ta­tion ayant ryth­mé l’his­toire de l’art comme de la lit­té­ra­ture. Pour sa pre­mière ex­po­si­tion à la ga­le­rie TORRI, en juin 2011, l’ar­tiste avait ainsi trans­po­sé les cou­ver­tures d’une édi­tion cé­lèbre des ro­mans de J.D. Sa­lin­ger en un autre mé­dium : l’image len­ti­cu­laire.

Cette der­nière pro­po­sait, grâce à la fu­sion de plu­sieurs images ac­ti­vées par le mou­ve­ment du spec­ta­teur, un jeu sur les formes abs­traites re­cou­vrant ori­gi­nel­le­ment les livres. Tout en as­so­ciant les pro­ces­sus de vi­sion et de lec­ture, l’ar­tiste per­met­tait une ré­ap­pro­pria­tion par le mi­lieu ar­tis­tique d’un motif que s’étaient eux-­mêmes ap­pro­priés les mondes de l’édi­tion et du mar­chan­di­sing.

Ga­reth Long puise au­jourd’hui dans ses re­cherches au­tour de la pre­mière œuvre lit­té­raire en latin re­trou­vée dans sa to­ta­li­té, Les Mé­ta­mor­phoses, pour écrire une pièce de théâtre à la ma­nière d’une co­mé­die grecque an­tique.
 Cette œuvre ro­ma­nesque re­late l’his­toire de Lu­cius qui, s’étant trans­for­mé par mé­garde en âne, es­saie par tous les moyens de re­trou­ver sa forme ini­tiale. Ega­le­ment ap­pe­lée L’Ane d’Or et ré­di­gée au IIème siècle après Jésus-­Christ par Apu­lée, cette fable est aussi ra­con­tée au même mo­ment par le Grec Lu­cien de Sa­mo­sate. Les uni­ver­si­taires sup­posent l’exis­tence d’une source com­mune aux deux au­teurs. Pour­tant, des doutes sub­sistent quant aux liens entre les trois his­toires — si troi­sième il y a — et les no­tions d’aut­heu­ri­té et d’ori­gi­na­li­té sont d’au­tant plus mises à mal que la source sup­po­sée a dis­pa­ru. 
La confu­sion en­tou­rant les ori­gines de ce récit forme le cœur de la pièce de Ga­reth Long. Ce der­nier se joue donc du flou exis­tant entre ces dif­fé­rentes ver­sions en trans­for­mant la tra­duc­tion an­glaise du titre d’Apu­lée The Gol­den Ass — L’Ane d’Or — en Li­te­ra­ry Asses — Les Anes Lit­té­raires.

Le choix de l’âne comme pro­ta­go­niste prin­ci­pal n’est pas ano­din. Ce motif est en effet ré­cur­rent dans la lit­té­ra­ture et a été uti­li­sé à toutes époques par des écri­vains aussi dif­fé­rents qu’Esope, Cer­van­tès, Or­well, Ste­ven­son et d’autres en­core. Cet ani­mal, as­so­cié à des va­leurs telles que l’igno­rance, l’imi­ta­tion, le tra­vail ou la pa­resse, n’est d’ailleurs pas sans rap­pe­ler cer­tains lieux com­muns re­la­tifs à la pro­duc­tion ar­tis­tique. C’est du reste ce qu’af­firme Ga­reth Long qui his­to­ri­cise ainsi la pra­tique de la copie en tant que pro­ces­sus créa­tif, tout en va­lo­ri­sant l’er­reur por­teuse de si­gni­fi­ca­tion.

« Li­te­ra­ry Asses » est la trans­po­si­tion par l’ar­tiste de sa propre pièce de théâtre (en cours d’éla­bo­ra­tion) en une ex­po­si­tion. Dans la ga­le­rie se­ront ac­cro­chées six œuvres, cor­res­pon­dant aux cinq actes d’une co­mé­die grecque an­tique pré­cé­dés d’une pré­sen­ta­tion des per­son­nages. Un en­semble de des­sins fi­gu­rant des ânes dorés ou­vri­ra la danse, un mo­bile ma­té­ria­li­se­ra l’agôn — le débat ar­gu­men­té entre les per­son­nages situé ca­no­ni­que­ment au centre d’une co­mé­die grecque an­tique, et un pa­ravent sym­bo­li­se­ra le décor de la scène fi­nale. 
Cette ex­po­si­tion est donc la ma­té­ria­li­sa­tion d’un texte n’ayant pas en­core d’exis­tence propre, à pro­pos de ro­mans ins­pi­rés d’un texte au­jourd’hui perdu ; la mise en abyme d’une ab­sence pour­tant par­lante.

Char­lotte Cos­son

Dans le cadre de « Literary Asses » à la galerie TORRI, Gareth Long donnera une conférence sur ces « ânes littéraires » le 23 octobre à la Fondation d’entreprise Ricard.

Torri Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

7, rue Saint-Claude


75003 Paris

T. 01 40 27 00 32

www.galerietorri.com

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Gareth Long