Gilles Barbier — There is no Moon whitout a Rocket

Exposition

Peinture, sculpture, techniques mixtes

Gilles Barbier
There is no Moon whitout a Rocket

Passé : 28 mai → 31 juillet 2010

L’exposition « There is no Moon without a Rocket » est une fenêtre ouverte sur la pluralité.
Chaque œuvre, absolument inédite, découle d’une « possibilité de monde » imaginée par Gilles Barbier (le Monde en forme de Tong, le Monde Motte de terre, le Monde comme une Maison sur un arbre, le Monde en forme d’Histoires tissées, le Monde « Peanut »…).

Comme pour les grands mythes fondateurs (judéo-chrétien, Big-Bang, monde quantique, légendes indiennes…), chacune des histoires inventées par l’artiste donne une forme et une cohérence à un monde potentiel. Toutes ont été construites selon une procédure logique.

1 — Un postulat, toujours arbitraire, indéfendable, et totalement subjectif (ex : la terre est plate / le monde a été créé en sept jours / le monde a une forme de tong).
Ce postulat donne sa forme au monde.

2 — Une batterie d’axiomes, de théorèmes ou d’apparentes évidences permettent à leur tour de donner une articulation, un squelette, un « organigramme » au monde. Outils logiques quand le monde a décidé d’être logique (par deux points ne peut passer qu’une droite), ils deviennent tout aussi bien théologiques, magiques, insensés, délirants ou névrotiques comme c’est souvent le cas (ex : la femme est née de la côte d’Adam, la lune est la sœur du soleil, le Grand Créateur s’est fait manger la jambe par le Grand Requin).

3 — Une fois le monde créé, il faut vérifier son « bon fonctionnement », s’assurer la cohérence interne de l’ensemble de la construction. S’il y a un « trou », une chose inexpliquée et inexplicable, il faut inventer un nouvel axiome pour permettre de le combler ; c’est ainsi qu’est constituée par exemple toute la Géométrie.

Dans la pratique, lorsque le nombre de « trous » ou de « bogues » atteint une taille critique, il faut remettre en cause le mythe créateur et créer un nouveau système… Et cela n’est pas sans danger ; Galilée quand il déclare que la Terre tourne autour du Soleil et non l’inverse, Darwin lorsqu’il affirme que l’homme descend du singe et non d’Adam, Einstein lorsqu’il invente la théorie de la Relativité ou les premiers artistes de l’abstraction ou du monochrome… Tous peuvent en témoigner !

Toutefois, grâce à la science-fiction et à l’avènement des mondes virtuels, à la théorie de l’information, aux techniques de modélisation ou encore aux travaux philosophiques sur la pluralité des mondes, nous avons désormais les outils conceptuels et théoriques, mais surtout l’aise de faire de la forme du monde un espace poétique et parfaitement libre, indifférent à toute vérité définitive.

Profitant de ces outils, Gilles Barbier (d)écrit dans cette exposition une série de mondes construits autour de ses motifs d’élection : des trous, des soupes, du langage, des trames, des clones, des socles instables… Chacun de ses mondes — et aucun n’échappe au sourire grinçant adressé à l’ « Univers de l’Artiste » — trouve sa place en tant que bulle au sein d’une structure générique : la Mousse. Rendus ainsi à leur fragilité, à leur caractère éphémère mais aussi expansif, les mondes qu’il nous fait découvrir au travers de grands dessins et sculptures n’en constituent pas moins un statement de sa propre pratique. Une série d’articulations à l’intérieur de son œuvre proliférante et un clin d’œil à ce qu’il nomme ses « machines de production ». Une façon nouvelle et réjouissante de « faire le point » avant la nouvelle étape que l’artiste compte faire passer au corps tentaculaire de son œuvre…*

Ce texte a été très largement inspiré par une lettre écrite par l’artiste à Boris Achour et parue dans le n°5 de la revue « trouble » en 2005.

06 St Germain Zoom in 06 St Germain Zoom out

36, rue de Seine


75006 Paris

T. 01 46 34 61 07 — F. 01 43 25 18 80

www.galerie-vallois.com

Mabillon
Odéon
Saint-Germain-des-Prés

Horaires

Tous les jours sauf le dimanche de 10h30 à 13h et de 14h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste