Giuseppe Penone — Le corps d’un jardin

Exposition

Dessin, sculpture, techniques mixtes

Giuseppe Penone
Le corps d’un jardin

Passé : 25 mai → 22 juin 2013

Vue perspective cr dit tadzio grid Giuseppe Penone Exposé au château de Versailles ainsi qu’à la galerie Marian Goodman, l’artiste italien Giuseppe Penone donne à voir un panorama de sa création aux ramages complexes. Retour sur les racines d’un art riche bien que décrété pauvre.

Le corps d’un jardin regroupe des œuvres réalisées depuis 1984. Laurent Busine, directeur du Musée des Arts contemporains au Grand Hornu, en assure le commissariat et a retenu trois axes de présentation : mariage, étreinte et cortège. Pour lui :

« Les formes sont multiples et variées, qui nous conduisent à sortir de nous-mêmes, à projeter dans l’espace des faisceaux invisibles (des vues, des traces, des odeurs) à rencontrer des formes et des propos, qui se heurtent aux formes et aux propos tenus par le sculpteur qui les a construits et installés ; et c’est sur eux que l’esprit émerveillé se pose. »

Laurent Busine, Le corps d’un jardin, 2013

Comme toujours dans le travail de l’artiste, il est question du geste et de l’empreinte, d’ombre et de lumière, de la surface et du regard.

Giuseppe Penone raconte qu’il a commencé à privilégier la sculpture en négatif alors qu’il était encore étudiant à l’Académie des beaux-arts de Turin. En observant un jour un professeur modelant un buste, il n’a été sensible qu’aux empreintes des mains dans l’argile. Penone attache également une très grande importance à la connaissance des matériaux organiques, qu’il a développée au fil des années au contact de la nature. La sélection d’œuvres de l’exposition rend compte de toutes ses recherches et de la poésie de sa pratique.

Dans la première salle, Albero e gesto (1985-1991) et Gesto Vegetale (1984) allient deux gestes, le geste végétal à celui du sculpteur. Gesto Vegetale associe une posture du corps humain figé en bronze à un élément vivant (un ficus) en constante mutation.

« Mais l’arbre, quand il se déplace dans l’espace change de forme. Il conserve la mémoire du geste qu’il fait. On peut dire qu’il y a une similitude entre le geste du sculpteur et ce geste végétal, figé dans la matière. C’est ce qui explique le titre que j’ai donné à ces œuvres. »

Giuseppe Penone, Entretien p. 276, in Catherine Grenier, Giuseppe Penone, 2004

En extérieur avec des arbres en terre ou en intérieur avec des arbustes en pot, la série des Gesti Vegetali évoque aussi le mythe ovidien de la métamorphose de Daphné, ou la transformation de l’humain en végétal.

Dans la grande salle du rez-de-chaussée deux grandes sculptures constituées de plusieurs parties complémentaires produisent des effets de clair-obscur. Tra… (2008) représente un tronc d’arbre non équarri et brisé en deux parties reposant sur des branches comme deux animaux sur leurs pattes. La dorure à la feuille éclaire la zone de rupture du tronc et recolle visuellement les morceaux. A l’image de l’_Arbre des voyelles_ du Jardin des Tuileries, Penone a ici détourné la verticalité, vitalité de l’arbre et utilisé le bronze comme pour le fossiliser. Réalisée avec la technique du moulage à la cire perdue, la sculpture en bronze, suite à son oxydation, a pris la couleur même du végétal.

A partir des lignes d’une empreinte digitale, des sillons en terre-cuite forment un cône découpé en trois parties, soutenues par des branchages en bronze. Ombra di terra (2000) est une tentative de matérialiser l’ombre portée d’une empreinte ajourée.

Au sous-sol de la galerie, Spine d’acacia-palmo (2004) est un exemple parfait des œuvres que Penone a réalisées avec des épines, avec lesquelles il dessine des détails agrandis de différentes parties du corps — ici la paume d’une main. Les épines qui évoquent la douleur ou la blessure suscitent une légère tension.

« Les épines ont constitué un travail autonome, que j’ai relié aux recherches sur l’empreinte. J’ai en effet dessiné une empreinte avec les épines, signifiant que les points de contact de la peau, les endroits où l’empreinte se dépose, sont les terminaisons nerveuses de la peau. Le dessin de l’empreinte était réalisé sur une toile recouverte de soie, dont la transparence me permettait de coller les épines en suivant précisément le dessin. La soie étant une matière animale, l’œuvre joue donc sur trois éléments: l’animal, le végétal et le minéral. »

Giuseppe Penone, Entretien p. 276, in Catherine Grenier, Giuseppe Penone, 2004

Pour la série Peaux de feuilles, Penone est parti du principe que la structure de la peau était semblable à la surface d’une feuille. Pelle di Foglie-2° volto-mano (2007) construite à partir de branchages en bronze dressés vers le ciel, n’est autre que l’empreinte d’un corps dans un feuillage comme lorsque celui-ci pénètre dans un buisson et y dépose sa forme.

L’exposition inclut également un corpus d’œuvres sur papier. 16 pagine (2008) sont des compositions d’empreintes de feuilles et de végétaux à l’aide de pigments de différentes couleurs.

Né en 1947 à Garessio dans le Piémont, Giuseppe Penone vit et travaille à Turin. Il a été considéré comme l’une des figures de l’Arte povera par Germano Celant en 1969. Depuis sa première exposition personnelle en 1968, son travail a fait l’objet de nombreuses expositions monographiques dans de nombreux pays. Il a représenté l’Italie à la 52e Biennale de Venise et a participé à la dernière Documenta à Cassel.

Pour son rendez-vous annuel avec la création contemporaine, le Château de Versailles a invité Giuseppe Penone. Ses sculptures monumentales dialoguent avec le célèbre jardin conçu par André Le Nôtre.

  • Vernissage Samedi 25 mai 2013 18:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

79, rue du Temple

75003 Paris

T. 01 48 01 70 52 — F. 01 40 27 81 37

www.mariangoodman.com

Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Giuseppe Penone