Gonzalo Lebrija — Unfolded

Exposition

Installations, sculpture, vidéo

Gonzalo Lebrija
Unfolded

Passé : 14 mars → 16 mai 2015

Unfolded, quatrième exposition de Gonzalo Lebrija à la galerie, rassemble un ensemble de travaux inédits, composés d’œuvres sur papier, de peintures et de sculptures.

Gonzalo Lebrija explore dans son œuvre les notions de temps, de liberté, de jeu et leur relation au pouvoir. De ces questionnements naissent des actions et une gestuelle qui confèrent à sa pratique une dimension performative, l’artiste apparaissant souvent dans son propre champ — photographique ou filmique — se mettant en scène dans des situations teintées d’un humour existentiel détournant les représentations convenues de figures héroïques classiques.

Fasciné par la poétique du vol, il organise en 2001 un concours d’avions en papier au sein d’un cabinet d’avocats de Guadalajara documenté ensuite dans la vidéo Éxodo (Aeroplane Competition). Lancés depuis le dernier étage de leur bureau situé dans un immeuble surplombant la ville, la caméra filme en plan fixe la lente descente des avions en papier vers le sol. En 2005, dans la série de photographies Playing High, les avions en papier se retrouvent entre les mains des avocats, à la place des textes de loi, dans une reconstruction de la scène des Régents de l’hôpital St. Elizabeth à Haarlem (1641) de Frans Hals. La délicatesse et le caractère dérisoire de ces avions de papier se confronte ainsi aux instances de pouvoir, soulignant l’absurde rigidité et l’autorité arbitraire de la loi et de ses protagonistes au Mexique.

Les avions en papier de l’exposition Unfolded, ne sont plus en mouvement mais exposés à plat, dépliés et figés dans l’espace du cadre. Apparaissent alors dessinées par les pliures du papier, de grandes formes géométriques et symétriques à l’élégance minimale qui évoque les papiers pliés puis dépliés de Sol LeWitt du début des années 1970. Formellement, le dessin créé par les lignes et les ombres joue avec la matérialité de l’œuvre, à la frontière entre le tangible et le visible. De la même façon que « la caméra a la capacité d’enregistrer l’invisible », le papier garde la trace et la mémoire du geste. En deçà de la géométrie des plis, les formes contiennent une rhétorique plus subversive, leur structure pyramidale ascendante évoque celle des organes symboles de puissance (drapeaux, écus, organigrammes), et place les dessins à la frontière entre pouvoir et vulnérabilité, thèmes sous-jacents dans l’œuvre de Lebrija.

Sont également exposés une série de travaux nouveaux réalisés sur des panneaux de bois d’érable. Chaque panneau se décompose en plusieurs pièces de boiserie façonnées individuellement puis assemblées et recouvertes de feuilles d’or, reprenant en trois dimensions la surface créée par les plis des dessins. La légèreté et subordination du papier plié est ainsi mise à l’épreuve dans un travail artisanal complexe. Avions en papier devenus icones païennes vidées de leur contenu, les panneaux réfléchissent la lumière sur une surface protéiforme.

Enfin, Lebrija présente une nouvelle sculpture intitulée Silver Lamento. Depuis 2008, l’artiste a travaillé plusieurs variations, réalisées auparavant en céramique blanche et céramique émaillée d’or. Représentant un homme en costume debout le bras droit appuyé sur le mur, la tête posée sur son avant bras et sa main gauche dans la poche, cette figure renvoie à la lamentation de l’homme post-moderne et la perte du sacré. Face à lui même, à la manière du Penseur de Rodin, l’homme de Lebrija n’a d’autre choix que de tourner le dos au monde et de trouver appui dans l’architecture qui l’entoure, en l’occurrence celle du white cube impersonnel de la galerie. Pour l’exposition Unfolded, la sculpture a été produite en argent massif, à partir d’objets glanés dans différentes brocantes au Mexique puis fondus. Amalgame littéral d’histoires appartenant au passé et mêlées arbitrairement les unes aux autres, la sculpture reprend ainsi les thèmes qui parcourent l’œuvre de l’artiste en filigrane, tels que le passage du temps et le rapport de l’homme à sa propre condition.

——————————

Gonzalo Lebrija est né en 1972 à Mexico City. Il vit et travaille à Guadalajara, Mexique. Son travail a été montré au cours d’expositions personnelle au Centro de las Artes à Monterrey (2013), au Multimedia Art Museum lors de la biennale de Moscou (2012), au Musée d’Art Moderne de Mexico (2011) et lors d’expositions de groupe au Musée Jumex à Mexico City (2014) au MAC de Lyon (2014), à la Biennale d’Istanbul (2013), au Palais de Tokyo à Paris (2013), au LACMA à Los Angeles (2013), au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2012), au Musée d’Art Moderne de Mexico City (2010) Mexique.

Il est co-fondateur et directeur de OPA — Oficina para Proyectos de Arte, un lieu d’exposition à Guadalajara.

Son travail sera montré en 2015 au cours de 3 expositions personnelles à Marfa Contemporary au Texas, au Museo de Arte de Zapopan au Mexique et à la Casa encendida à Madrid.

Galerie Laurent Godin Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

5, rue du Grenier Saint-Lazare


75003 Paris

T. 01 42 71 10 66 — F. 01 42 71 10 77

www.laurentgodin.com

Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Gonzalo Lebrija