Hospitalités — 31 lieux d’art contemporain

Exposition

Techniques mixtes

Hospitalités
31 lieux d’art contemporain

Passé : 25 mai → 6 juillet 2013

Un événement d’art contemporain biennal, organisé par le réseau Tram à travers l’Île-de-France.

La quatrième édition de cette importante manifestation explorera notamment les questions liées au déplacement, aux territoires et aux réseaux. Elle esquissera aussi une nouvelle cartographie de l’Île-de-France, affirmant ainsi sa dimension métropolitaine.

Sept « archipels » associant quatre ou cinq lieux, seront créés afin de construire des programmes d’événements artistiques et culturels inédits, qui se succèderont sur une journée ou un week-end. Sur ces territoires singuliers et provisoires ainsi rendu visibles, chaque « archipel » déclinera le principe d’Hospitalités (qui lie les hôtes accueillants aux hôtes accueillis) dans ce qui relève d’une histoire commune, une histoire à parcourir.

Img 4909 medium
Performance de Dector & Dupuy, gare du Nord avant le trajet en direction de l’abbaye de Maubuisson, dimanche 2 juin © Aurélie Cenno

Une importante spécificité en 2013 sera l’intervention des « narrateurs » (artiste, auteur, conteur…).

À chaque fois différents, ces narrateurs accompagneront le public et telle une « voix off » élaboreront un récit de l’expérience partagée, aux confins des espaces découverts (qu’ils soient espaces publics, lieux d’expositions, de performances …).

Ainsi, interviendront Lætitia Paviani avec Anne Steffens et Matthieu Botrel (Archipel 1), Dector & Dupuy (Archipel 2), Gil Yefman, Olivier Nottellet et Mathieu Godefroy, Kenneth Goldsmith et Mathieu Copeland (Archipel 3), Dominique Gilliot (Archipel 4), Céline Ahond, Lætitia Badaut Haussmann et Laurent Isnard (Archipel 5), Fabrice Reymond (Archipel 6) et Thierry Payet, Antoine Dufeu, Patrick Corillon (Archipel 7).

Le déplacement — sa durée, son espace et ses modalités — sera une partie fondamentale du projet.

Différents axes et modalités de transport (pistes cyclables, axes historiques ou fluviaux, métro, tram, marche,…) seront utilisés. Au gré des traversées, de la visite d’une exposition à une performance, d’un temps de rencontre avec un artiste à une marche urbaine, le public s’appropriera les transports et les chemins, qui mèneront vers les lieux de Tram.

5 medium
Marche en forêt de Vélizy-Villacoublay à Versailles en direction de La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’énsa-v. Performance de Michel Dector © Tram

Aude Cartier et Éric Degoutte, co-présidents de Tram, expliquent :

« Avec Hospitalités, pendant 7 week-ends, l’Île-de-France devient un archipel d’archipels. Là où nulle île n’est une île en soi.

Le territoire ainsi repensé, il s’agit de jouer de cette nouvelle et provisoire cartographie du proche, du quotidien, bien à l’opposé de quelques grandes croisières alambiquées et éloignées. »

Hospitalités, qui s’ajoute à la programmation en cours de chaque lieu, met en lumière l’actualité riche et variée des arts plastiques en Île-de-France.

1 medium
Visite de l’exposition de Vincent Mauger « des abscisses désordonnées » à Micro Onde, centre d’art de l’Onde. Introduction par Laureline Deloingce, assistante de la directrice © Tram

Tram est une association fédérant des lieux engagés dans la production et la diffusion de l’art contemporain en Île-de-France. Actif depuis plus de 30 ans, Tram fédère 31 lieux, témoignant de la vitalité et de la richesse de la création artistique sur le territoire francilien. L’ensemble du réseau Tram a pour objectif d’assurer la promotion de l’art contemporain et d’en favoriser l’accès au plus grand nombre.

Archipel 07 — Samedi 6 juillet

Nulle île n’est une île

Accrochage conçu par Leonor Antunes, Julien Prévieux et Marie Voignier. Pièce sonore de Julien Prévieux. Intervention contée de Thierry Payet. Performances d’Antoine Dufeu et Patrick Corillon.

Carte8nb medium

L’archipel est cette année le maître-mot d’Hospitalités. Si cette notion évoque un territoire fragmenté, elle traduit aussi la proximité des divers îlots qui le composent, les connexions qui les relient, qu’il s’agisse de moyens de transport, de circulation des artistes et des publics, ou encore, d’une histoire et d’une culture commune.

Ce parcours polymorphe permet de naviguer d’un lieu institutionnel, représentant le continent, vers des lieux expérimentaux, faisant figure d’îles.

Cette déambulation offre la possibilité d’appréhender l’art contemporain sous la diversité de ses formes et de ses démarches : passer d’une approche expérimentale de la collection du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, à l’exposition d’un jeune artiste à la galerie Édouard Manet, puis, grâce à l’extension du Tram T1, de découvrir une galerie éphémère ouverte par Synesthésie au cœur de l’urbain pour terminer avec une soirée de lectures et performances, autour de Manifestes contemporains, aux Laboratoires d’Aubervilliers.

À 10h, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, présentation d’Apartés, un accrochage dans les collections permanentes conçu par Leonor Antunes, Julien Prévieux et Marie Voignier. Les artistes proposent une visite de leurs accrochages croisant les lectures des œuvres sélectionnées et commentent L’inventaire des œuvres absentes, une projection inédite narrant une « impossible exposition » qui fera l’objet d’un manifeste en lien avec les recherches en cours aux Laboratoires d’Aubervilliers. Cette présentation est un moment d’échange sur les coulisses d’une collection, la complexité de sa gestion et le processus d’exposition.

En lien avec le Musée, la galerie Édouard Manet accueille le public avec L’huissier, 2011, pièce sonore, drôle et déroutante, de Julien Prévieux.

Est aussi présentée Téphra, première exposition personnelle en Île-de-France, d’Adrien Missika qui, en 2011, a reçu le prix pour l’art contemporain de la Fondation d’entreprise Ricard. Elle regroupe une vidéo inédite tournée sur l’île de La Réunion et un ensemble de pièces récentes.

Ensuite Synesthésie et sa galerie éphémère invitent à une escale insolite à Saint-Denis-Basilique en compagnie de Thierry Payet. Une série de cartographies mémorielles et contées permettent de se projeter dans le quartier de Franc Moisin / Bel Air situé sur le trajet du bus 170 qui emporte le groupe vers Les Laboratoires d’Aubervilliers pour une soirée de performances avec Antoine Dufeu, écrivain et Patrick Corillon, plasticien.

Cette soirée est proposée dans le cadre du projet Degré 48 autour du Manifeste contemporain initié par l’écrivain Daniel Foucard en résidence aux Laboratoires. Parallèlement, le collectif de graphistes G.U.I édite lors de chaque soirée Degré 48 une publication reprenant en direct les matériaux manifestes proposés par les intervenants. Ces éditions sont distribuées le soir même au public et plus tard dans l’espace public à la manière des tracts manifestes.

Le programme de ce week-end :

4 lieux pour cet événement
77 Seine-et-Marne

Lieux

302x284 hands on design original