Benjamin Lignel — Guest : Kiko Gianocca — How do you like me now?

Exposition

Bijoux

Benjamin Lignel — Guest : Kiko Gianocca
How do you like me now?

Passé : 1 février → 20 avril 2013

How do you like me now? prolonge mes recherches sur la manière dont notre perception du corps a changé, tandis que de nouvelles pratiques médicales et ornementales (ou encore : techniques et esthétiques) influencent et parfois contredisent notre définition de ce corps, et la manière dont nous interagissons avec lui. Je suis curieux en particulier du résultat paradoxal de certaines modifications corporelles : bien que la chirurgie esthétique (et ses alternatives injectables, gonflables ou comestibles) présuppose un type corporel idéal qu’elle prend en modèle, elle fonde en réalité un genre esthétique nouveau. Cet effet n’est jamais aussi fort que quand la chirurgie réussit à rater « l’effet naturel » (un oxymore, diraient certains) et nous livre un effet sur-naturel : des formes à la fois excessives et idiosyncratiques, communes et étranges.

De même, les « suppléments » corporels présentés ici se préoccupent moins de beauté que d’embellissement sous toutes ses formes, idiotes, velléitaires et héroïques : ils ont pour but de vous fournir à vous, le porteur augmenté, le moyen de briller en société et de réveiller votre aigle royal intérieur (piles vendues séparément).

La transformation à laquelle le titre de l’exposition fait référence désigne aussi les diverses stratégies de médiation utilisées par des praticiens contemporains — tel que moi — pour désengager le bijou d’un système de valeur traditionnellement indexé sur son caratage, la virtuosité de sa facture ou — pire encore — sa beauté. Comme les modifications corporelles citées plus haut, ces médiations — protocoles artistiques aisément reconnaissables et censés donner au « vieux métier » de bijoutier un coup de jeune — menacent aussi de le rendre méconnaissable.

Ceci, et les dommages fait à ma réputation d’honnête bijoutier qui en découlent, est le sujet de cette exposition.

Guest: Kiko Gianocca

Les séries récentes de Kiko Gianocca — With the other eyes, to Hold, et Who am I  —  se proposent de susciter notre attachement avec des objets — faits d’images anonymes, d’outillage d’occasions, de visages abrégés — n’offrant qu’une minuscule « prise » émotionnelle.

Paradoxalement, que le lien entre ces objets et moi soit si ténu joue en leur faveur: ils sont suspendus hors du temps et en quelque sorte ‘libres de droit’, mais clairement destinés à être touchés et adoptés. Ce sont des objets en attente. Cette stratégie est d’autant plus efficace qu’elle est insidieuse : tandis que je m’arrête devant la broche, le pendentif ou l’anneau, quelques secondes avant de m’en saisir enfin, mon corps sait déjà ce que mon esprit refuse de reconnaître : je viens de mettre la main — et mon nom — sur ces histoires inachevées.

Le travail de Gianocca illustre l’élasticité de ce qui sert à se documenter soi-même. La représentation (de soi) échappe au régime de la preuve: elle est le fait d’une décision, mais certainement pas d’un test ADN. Ce qui nous renvoie au télégramme iconoclaste de Robert Rauschenberg, envoyé en 1961 à sa galeriste, dans lequel il écrivait : « Ceci est un portrait d’Iris Clert si je le dit. »

Benjamin Lignel
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

8, rue Charlot

75003 Paris

T. 01 44 54 90 88

www.nextlevelgalerie.com

Filles du Calvaire
Rambuteau
République
Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes

  • Benjamin Lignel
  • Kiko Gianocca