Ida Ekblad — Step Motherfucker

Exposition

Peinture, poésie, sculpture

Ida Ekblad
Step Motherfucker

Encore 18 jours : 2 septembre → 7 octobre 2017

Ida ekblad galerie max hetzler paris exposition 1 grid Ida Ekblad — Galerie Max Hetzler Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie Max Hetzler, Ida Ekblad prolonge l’exploration du monde brut qui l’entoure, in... 2 - Bien Critique

She WORKED

She worked in a small art institution in Paris, she maybe fifty but you can tell she takes care of herself, her skin is tanned and I think she freckled and her hair so like dem Spaniels and I fantasize about her
STEP MOTHERFUCKER

Her Close Up, she be oiled, shaved, black scorpion latex
In uniform, she stand up and chant, she a sprocket
by the pool, wrestling, she like licking
She a traitor with two daughters, she a coldy
She a tuffy and I like
Icy, icy, and me say the road is so
Foggy, foggy

My Life will be Sweeter
So sweet some day

Ida Ekblad

———

La Galerie Max Hetzler annonce la seconde exposition personnelle d’Ida Ekblad en France présentant de nouvelles œuvres.

Ida Ekblad réalise des peintures et des sculptures, mais aussi de la poésie, des films et des performances. L’artiste norvégienne collabore avec de nombreux artistes et musiciens. Son travail s’inspire d’œuvres d’artistes tels qu’Odilon Redon, Joy Orbison, Lina Bo Bardi, des performances de Gena Rowlands ou encore des écrits de Haldis Moren Vesaas et Inger Hagerup.

Ses peintures débordantes d’énergie sont exubérantes, rétiniennes et corporelles. L’artiste se réapproprie des techniques et des tendances souvent perçues comme dépassées voire kitsch, telles que la peinture thermo-expansible ou l’aérographe. Elle peint sur des toiles cirées aux motifs fleuris, dessine des graffitis quelconques, s’inspire du steampunk ou de l’esthétique hip-hop des année 80-90. Les couleurs prononcées de ses tableaux sont à la fois décoratives et agressives, elles sont appliquées avec force sur la toile et entrent en résonnance avec la poésie mystérieuse et psychédélique des titres.

Un sentiment de liberté se dégage du travail d’Ida Ekblad qui rejette toute planification, rationalisation ou aplanissement. Ida Ekblad recherche de préfèrence ces « moments intuitifs » que seuls peuvent saisir des yeux alertes et des oreilles attentives.

Ida Ekblad présente actuellement son travail à la Biennale de Venise pour l’exposition University of Disaster au pavillon national de la Bosnie Herzegovine.
Ekblad présentera également une sculpture pendant la FIAC dans le cadre du programme On Site. Elle est l’initiatrice et la directrice de l’espace SCHLOSS à Oslo.

———

Ida Ekblad (1980, Oslo) vit et travaille à Oslo. Elle a étudié au Central St. Martin College of Arts, Londres ainsi qu’à la National Academy of Arts, Oslo. Le travail d’Ida Ekblad a été présenté dans le cadre d’expositions personnelles comme Kunsthaus Hamburg (2017); BALTIC Centre for Contemporary Art, Gateshead (2015); National Museum of Norway — Museum of Contemporary Art, Oslo (2013); Bonniers Konsthall, Stockholm; Bergen Konsthall (tous deux 2010). Son œuvre a également été présentée dans des expositions de groupe telles que FRAC Normandie, Les Bains-Douches, Alençon (2016); Astrup Fearnley Museet for Moderne Kunst, Oslo (2015 et 2012); Kunsthalle Bern (2015); Kunstmuseum Luzern; Lucerne; Palais de Tokyo, Paris (tous deux 2013); 54e Biennale de Venise (2011); New Museum, New York (2009).