Imi Knoebel — Liaison astéroïde

Exposition

Peinture

Imi Knoebel
Liaison astéroïde

Passé : 27 mai → 2 juillet 2016

L’exposition Liaison astéroïde de l’artiste minimaliste allemand Imi Knoebel fait suite à la réalisation par l’artiste de six vitraux monumentaux, commandés à l’occasion des huit cents ans de la cathédrale Notre-Dame de Reims en 2011. Installés de manière pérenne, ils représentent la première création de l’artiste dans le domaine du vitrail mais également sa première création dans un édifice religieux.

Liaison astéroïde se compose de 20 peintures abstraites acryliques sur aluminium qui se présentent par groupes de panneaux géométriques. Elles se distinguent par une construction extrêmement précise et sensuelle ainsi que par l‘élaboration des teintes et la qualité picturale de la matière.

Le titre de l’exposition, qui peut paraître étonnant de prime abord, s’inspire d’un fait réel, décrit dans un article paru dans la presse scientifique en 2014, à l’occasion de la découverte de la composition de la planète Itokawa qui s’est formée à la suite de la collision de deux astéroïdes de taille plus petite et de compositions différentes. Ceux-ci auraient fusionné et formé un seul astéroïde difforme « ressemblant à une cacahuète » dont la partie la plus développée consiste en une pierre sableuse et poreuse tandis que sa tête est composée d’une pierre granitaire et dense.

Fasciné par le côté difforme de cet astéroïde, Imi Knoebel considère que le manque de cohérence et l’irrégularité de la composition font partie intégrante de son identité. Les grands formats de sa nouvelle série, présentés dans l’espace principal de la galerie, reprennent ainsi l’idée de l’identité propre d’un corps amorphe, fondé sur la liaison de deux éléments distincts. Il en va comme si ces peintures possédaient une double ou même une multiple personnalité où des formes claires et rectangulaires se mélangent à des formes rondes et circulaires, presque organiques. Là où ces différentes formes se retrouvent, Knoebel a choisi de les laisser s’imbriquer et non pas de les superposer. En raison des différences de couleur et de formes, l’observateur garde d’abord une impression de strates, chères à l’artiste, mais en réalité celles-ci se sont effacées et laissent place à une surface lisse et unitaire.

D’autres œuvres — six Bastards et deux Flags ainsi que cinq combinaisons de carrés — sont présentées dans l’atrium de la grande salle et au premier étage de la galerie. L’ensemble évoque une géométrie chaotique de formes mono- et dichrome à tendance rectangulaire. Leur point commun est que chacune possède un côté parfaitement droit et linéaire qui nous rappelle la dichotomie de ce nouvel ensemble de configurations.

Max Wechsler parle en 2002 de « La poésie de l’exactitude de Knoebel » un terme qui décrit « cette présence de rationalité et irrationalité, de calcul et intuition, de raison et émotion qui traversent toute l’œuvre de l’artiste » (Die Poesie der Genauigkeit, dans Imi Knoebel, Pure Freude, Kestner Gesellschaft Hanovre, 2002).

Avec sa nouvelle série, Imi Knoebel explore encore une variété remarquable de démarches possibles dans le domaine de la réduction et de l’abstraction tout en gardant un subtil équilibre intemporel. Comme Malevitch, son maître incontestable, Imi Knoebel, confirme ici son goût pour une manipulation émotionnelle de la géométrie, aspirant à la création presque métaphysique d’une œuvre qui se situe entre spiritualité et matérialité.

——————————

Imi Knoebel est né à Dessau en Allemagne en 1940. À partir de 1962-64, il étudie les arts appliqués à la Darmstadt School of Arts and Crafts. Les recherches de Knoebel poursuivent les théories de Johannes Itten et de Lászlo Moholy-Nagy qui furent enseignées au Bauhaus à Weimar et Dessau. Entre 1964 et 1971, il étudie à la Staatliche Kunstakademie à Düsseldorf, dans l’atelier de Joseph Beuys. Après avoir pratiqué le dessin au trait, les projections lumineuses puis les peintures blanches (1972-75), il utilise pour la première fois la couleur en 1974. En 1975, il commence ses séries de peintures rectangulaires en couches superposées de peinture Menninge (peinture industrielle anti-rouille). C’est par la suite qu’il commence à juxtaposer les plans de couleurs vives et expressives sur différents supports en bois et en métal.

Des expositions monographiques ont eu lieu dès 1975 à Düsseldorf, Winterthur et Bonn 1983 et Hamburg 1992. En 1996 le Haus der Kunst de Munich montre une grande retrospective. En 2002 la Kestner Gesellschaft de Hanovre célèbre ses 75 ans avec une exposition de Knoebel. En 2008 la Dia Art Foundation Beacon (NY) présente sa série 24 Farben — für Blinky (1977) et en 2009 la Neue Nationalgalerie de Berlin montre les plus importantes œuvres de l’artiste. En parallèle la Deutsche Guggenheim Berlin expose les œuvres de Knoebel de la Collection Deutsche Bank. Sous le titre Ich Nicht (Pas Moi) Knoebel y donne une réponse à la question de Barnett Newman Who is afraid of blue, yellow and red ? Des exposition majeures ont suivi au Museum der Bildenden Künste Leipzig (2011), au Kunstmuseum de Wolfsburg (2014) et à la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen et au Museum Haus Esters de Krefeld (2015). Knoebel a participé à la documenta 5, 6 et 7.

Ses œuvres se trouvent aujourd’hui dans les plus grandes collections publiques telles que le Musée national d’art moderne, Paris; Dia:Beacon and Dia Art Foundation, New York; Bonnefantenmuseum, Maastricht; MMK, Frankfurt; Berardo Museum, Lisbonne; Broad Contemporary Art Museum, Santa Monica; MOMA, New York; MOCA, Los Angeles; Museo Reina Sofia, Madrid; Hamburger Bahnhof, Berlin; Norton Museum, West Palm Beach; Sammlung Goetz, Munich etc.

Sept peintures de la série Liaison astéroïde ont été montrées pour la première fois dans la grande exposition Imi Knoebel — works 1966-2014 au Musée de Wolfsburg en 2014.

Du 22 octobre 2016 au 23 janvier 2017 une grande exposition sera consacrée à l’œuvre d’Imi Knoebel au Musée Fernand Léger de Biot.

  • Vernissage Vendredi 27 mai 18:30 → 20:30
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

7, rue Debelleyme

75003 Paris

T. 01 42 72 99 00 — F. 01 42 72 61 66

www.ropac.net

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Imi Knoebel