Impasse — Stéphane Thidet et Elika Hedayat

Exposition

Dessin, installations, sculpture

Impasse
Stéphane Thidet et Elika Hedayat

Passé : 8 avril → 29 mai 2010

Stéphane Thidet

Stéphane Thidet se sert des paradoxes tels que le jeu et le rite, le manque et le doute, l’inquiétante familiarité, le renversement des données temporelles. La deuxième exposition personnelle à la galerie de Stéphane Thidet articule ses dernières pièces en explorant la mise en péril comme champs des possibles.

Les œuvres conçues pour l’exposition proposent de penser le déclin non comme une amorce de la fin, mais comme une alternative d’existence de ce qui nous entoure : figer, fragiliser, éplucher, forcer les choses à se tourner vers une nouvelle origine, supposer leur condition d’existence. Objets auto-piégés, situations de coma infligées aux objets : cette mise en perspective propose un monde altéré, et crée une lecture fictionnelle de notre quotidien.

Chacune des œuvres de Stéphane Thidet, au — delà de leur beauté formelle, est un carrefour qui force au fantasme, au doute, à la commotion. A la séduction immédiate d’un étincelant miroir aux alouettes se superpose la mécanique du piége. Mythes modernes, ses pièces capturent le spectateur dans des émotions contradictoires, identiques à celles que pourrait éprouver l’homme face au loup, son meilleur ennemi : fascination, ensorcellement, menace.

Il était une fois un homme poursuivi par le vent
Un squelette de ballerine sur le bord d’une route
Une maison de bois qui pleuvait à verse
Un terril de charbon plus léger qu’un oiseau
Une balançoire sous verre interdite aux enfants
Des montagnes qui poussaient au centre d’un billard
Un carrousel orphelin qui rêvait de hauteur
Un dance-floor fantôme traversé de souvenirs.

Georgina Tacou, 2009

Au 2eme étage : Elika Hedayat

Profondément marquée par le quotidien de la vie en Iran, l’artiste aborde dans son œuvre des thématiques engagées : poids de la censure, crainte face à la répression, dureté de la vie de la femme — « C’est l’ambiance dans laquelle j’ai vécu », précise Elika.
Sa démarche artistique découle d’une nécessité de se réinventer, de recomposer une nouvelle identité qui se souvient du passé. Elika Hedayat explore pour cela différentes manières de confronter le réel avec son imagination. Elle installe le spectateur dans un univers parallèle, dont les échos nous parviennent comme familiers.

« Pour mettre en forme mes idées, je commence toujours par m’inspirer d’interviews documentaires, de rencontres et d’observations du monde qui m’entoure. Mon travail consiste en une interprétation libre, qui nous ouvre la porte d’un univers imaginatif ou fantastique à travers ces documents authentiques, abordant les relations sociales et humaines, ainsi que la question de l’identité. J’emploie différents moyens d’expression tels que l’animation, l’installation, le dessin et la vidéo dont je compose la bande-son. »

Elika Hedayat nous emporte parfois dans l’univers de l’enfance, qu’elle propose, sous la forme d’un petit théâtre fait d’accessoires chargés d’histoires secrètes et imaginaires. Le jeu est alors l’antidote de la perte, d’où émane une nostalgie mêlant tristesse et joie. Parfois, elle traduit son désir de fuir ses angoisses et sa quête d’identité nouvelle par de véritables métaphores : une construction de bric et de broc, sorte de bricolage de pièces détachables et recomposables à l’infini, ou encore une métamorphose ratée dans une tentative pour échapper à la censure, à l’inexistence et à la mort.

Galerie Aline Vidal Galerie
Plan Plan
Paris Intramuros Zoom in Paris Intramuros Zoom out

GALERIE NOMADE
5, rue de Médicis

75006 PARIS

T. 01 43 26 08 68

www.alinevidal.com

Odéon

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Les artistes