Julien Salaud — Armée de l’air, armée de terre, tout le monde dehors !

Exposition

Installations

Julien Salaud
Armée de l’air, armée de terre, tout le monde dehors !

Passé : 13 septembre → 10 novembre 2012

Gary hill cutting corners creates more sides 1 grid La rentrée des galeries — 13 vernissages à ne pas manquer Après la désertion du mois d’août, les galeries font leur rentrée en fanfare et, comme chaque année, entament cette nouvelle saison avec un programme aussi chargé qu’excitant. Emanuel rossetti original grid Biennale de Belleville — La belle histoire Du 15 septembre au 20 octobre, la biennale de Belleville organise sa seconde édition. Expositions, projets in situ, ateliers d’artistes, tour d’horizon d’un événement ancré dans l’histoire.

Une galerie peut-elle être le terrain d’un conflit, le champ d’une bataille, un territoire d’affrontements entre la terre et le ciel ? Peut-on s’y trouver projeté comme au cœur d’une collision entre quelques créatures tombant de l’azur et d’autres surgissant des forêts ?

Avant tout récit, la force de l’œuvre de Julien Salaud tient justement à ce qu’il ne pose jamais une pièce dans un espace, comme on le ferait d’une marchandise dans une boutique. Il se place au contraire sous le régime de l’occupation, de la colonisation du lieu qui l’accueille, retournant les murs comme des gants, pour qu’ils fassent corps avec ce qu’il faudrait envisager comme le théâtre des opérations, avec la galerie pour frontière, de ces armées supposées qui, pour cet épisode, se jaugent et se combattent.

Au-delà de cette lutte qui serait probablement ici la scène de l’exposition, Julien Salaud travaille sur la transformation, il sonde, il explore, il éprouve cette transformation. Toujours, ses œuvres parlent d’un saisissement entre deux états, comme un mi-chemin, comme s’il ne nous était donné, à nous, que le droit d’accéder à ce moment entre l’avant et l’après. Beaucoup des figures animales hybrides qu’il élabore semblent n’avoir pas encore atteint leur état final, mais ont déjà quitté leur apparence originelle. Comme suspendues entre deux existences. On retrouve aussi souvent cet état « indéterminé » dans les dessins de l’artiste, qui mêlent des motifs abstraits oniriques à des figures humaines ou animales.

Assurément, on ne peut s’empêcher de penser, devant ses œuvres, à ces deux concepts qui sont fondamentaux au chamanisme : la perméabilité et la fluidité. Fluidité entre la nature et la culture, et non pas « opposition », telle qu’on nous l’enseigne. Et perméabilité entre le monde réel et celui des esprits, de l’au-delà, qui tous les deux s’entremêlent.

Pour bien regarder les pièces de Julien Salaud, il faut donc accepter de lâcher quelque chose de notre rationalité hygiénique, abandonner nos réflexes trop cultivés de formes, bousculer les cloisons de ce que l’on s’est inventé comme « bon goût ». Il nous faut, nous aussi, nous jeter dans la lutte et muer nos jugements.

Gaël Charbau

Né en 1977, Julien Salaud vit et travaille à Orléans. Ses études en biochimie, histoire et ethnologie guident aujourd’hui sa pratique artistique. Il a obtenu le prix du 55eme Salon de Montrouge en 2010 et a participé à de nombreuses expositions telles que Rituels en 2011 à la Fondation Ricard et Les Maîtres du désordre au Quai Branly en 2012.

Emmanuelle Lequeux (Journaliste en art contemporain), Gaël Charbau (Critique d’art et commissaire d’exposition) et Manuela de Barros (Maître de conférences au département d’arts plastiques) ont rédigés les textes intégrés au catalogue qui accompagnera cette exposition.

  • Vernissage Jeudi 13 septembre 2012 18:00 → 21:00
Suzanne Tarasieve, Loft 19 Galerie
Plan Plan
19 Paris 19 Zoom in 19 Paris 19 Zoom out

Passage de l’Atlas
5, villa Marcel Lods

75019 Paris

T. 01 45 86 02 02

Site officiel

Belleville

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste