Kirill Ukolov — Mandala

Exposition

Architecture, photographie, sculpture, techniques mixtes

Kirill Ukolov
Mandala

Passé : 19 septembre → 31 octobre 2014

« Accidents contrôlés », « poésie de l’ordinaire », autant d’expressions qui appartiennent au vocabulaire de Kirill Ukolov. Chez Kirill Ukolov, le contexte (l’espace physique ou symbolique) définit la nature de l’intervention. Quel que soit le lieu de l’intervention : en galerie, dans un cloître, dans la rue, il construit sa proposition par rapport à l’environnement pour que celle-ci rentre en résonance avec la vie réelle dans le but, dit-il, de prendre le spectateur au dépourvu. Kirill Ukolov cherche à faire de la poésie avec des matériaux banals en suivant un protocole simple. Sa démarche n’est pas éloignée de celle d’un Robert Morris ou d’un Joseph Kosuth mais avec une dimension supplémentaire, celle de son propre romantisme.

Si sa première intention est souvent formelle, il est très attentif au sens que la forme crée et aux formes nouvelles nées de l’application du protocole initial. Pour l’exposition Mandala, Kirill Ukolov a habillé les vitres de la galerie donnant sur la rue de plaques de verres brisées dont les éclats sont reliés entre eux par la technique du vitrail. D’emblée cette installation transforme l’espace de la galerie qui se ré-invente en chapelle. La référence au sacré est pleinement assumée puisqu’à l’intérieur de la galerie, Kirill Ukolov a créé un kaléidoscope dont l’architecture est proche de celles d’édifices religieux. Ce kaléidoscope joue le rôle d’une rosace qui, dans une église, concentre la couleur. Dans ce kaléidoscope, à hauteur d’homme, l’artiste nous donne à voir des images colorées qui rappellent les mandalas bouddhistes ; images complètes de l’univers et à la fois traces éphémères que l’on efface. Ces mandalas colorés naissent de l’accumulation de divers objets de notre quotidien et complètent le dispositif du kaléidoscope. Ainsi, canettes usagées, stylos, brosses à dents, etc., produisent des images séduisantes qui se renouvellent sans cesse et contrastent avec leur nature ordinaire et quotidienne. Pour l’artiste, c’est cette accumulation de choses du quotidien, ces petits riens qui créent notre univers, avec l’idée qu’il n’y a pas de choses moins importantes que d’autres, tout importe. À ce dispositif, l’artiste a rajouté un livre ouvert, un de ses carnets de notes dont les pages ont été, une fois celui-ci terminé, entièrement recouvertes du blanc qui sert à effacer une erreur. Les pages deviennent pages blanches à écrire, à réécrire. Dans l’exposition Mandala, il est question de l’ordinaire et du spirituel, de l’éphémère et du pérenne, mais aussi de l’aléatoire et du renouveau, autant de notions sur lesquelles l’artiste invite à nous interroger.

Céline Berchiche
Baraudou Schriqui Galerie Galerie
Plan Plan
11 Bastille Zoom in 11 Bastille Zoom out

62, rue Saint-Sabin


75011 Paris

T. 09 53 47 41 62

www.galeriebaraudou.com

Richard-Lenoir
Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Kirill Ukolov