L’art du contour — Le dessin dans l’Egypte ancienne

Exposition

Dessin

L’art du contour
Le dessin dans l’Egypte ancienne

Passé : 19 avril → 22 juillet 2013

Le thème du dessin, tel qu’on peut l’observer dans l’art égyptien au temps des Pharaons, n’a jamais fait l’objet d’une exposition. Devant la difficulté pour les égyptologues et les historiens d’art occidentaux à attribuer l’œuvre à une main reconnue, les créateurs de cette production plus de trois fois millénaire, admirée de tous, n’ont pas nécessairement acquis le rang d’artistes. Grâce à des prêts exceptionnels — 80 œuvres environ — la définition du dessin donnée par Giorgio Vasari comme étant le « père de nos trois arts, l’architecture, la sculpture et la peinture » s’illustre parfaitement dans ces témoignages archéologiques.

Le dessin est en effet une composante essentielle de l’art dans l’Égypte ancienne. Point de départ dans l’élaboration des autres techniques artistiques comme la peinture, le relief, la ronde-bosse, les arts décoratifs et l’architecture, le dessin est ici considéré comme l’art du contour : dessinateurs et peintres sont usuellement désignés comme les « scribes des contours » ou « ceux qui tracent les formes ».

Cette exposition, riche de 200 œuvres, s’attache à explorer toute la complexité de l’art égyptien bi-dimensionnel, avec ses conventions, ses techniques, ses pratiques, ses fonctions et ses usages. Explorant les liens étroits qu’entretiennent l’écriture et le dessin dans l’Egypte ancienne, elle permet d’analyser la nature complexe de la création égyptienne et les spécificités de la civilisation qui a engendré ces œuvres et ainsi de lui rendre une place majeure dans l’Histoire de l’art universel.

Les Egyptiens accordent toujours une place prépondérante aux formes et aux figures, remplies ou non d’aplats de couleurs. Le rapprochement dans L’art du contour de cet art formel et de l’écriture hiéroglyphique, composée de figures juxtaposées et interconnectées permet de souligner et d’analyser les liens et les différences entre l’écriture et le dessin égyptiens, entre les hommes de lettres et les artistes. Preuve de l’interpénétration de l’écrit et du dessin, les Egyptiens ne possèdent alors qu’un seul terme le verbe « sesh », soit « tracer », « dessiner » pour signifier « écrire », « dessiner » et « peindre », preuve supplémentaire de cette articulation entre écriture et dessin, symptomatique de l’art du contour en Egypte ancienne.

Commissaire de l’exposition : Guillemette Andreu-Lanoë, directeur du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

01 Paris 1 Zoom in 01 Paris 1 Zoom out

Palais royal, musée du Louvre


75001 Paris

www.louvre.fr

Palais Royal – Musée du Louvre

Horaires

Tous les jours sauf le mardi de 9h à 18h
Nocturne les mercredis, les vendredis jusqu’à 21h30
Lundi, jeudi, samedi, dimanche : fermeture des salles à partir de 17h30

Tarifs

Plein tarif 15 €

D’octobre à mars : le premier dimanche de chaque mois, l’accès aux collections permanentes est gratuit pour tous.

302x284 hands on design original