Lawrence Carroll — That Was Comes

Exposition

Dessin, peinture, sculpture

Lawrence Carroll
That Was Comes

Encore environ un mois : 9 septembre → 28 octobre 2017

La Galerie Karsten Greve présente That What Comes, exposition consacrée au travail de Lawrence Carroll. Depuis 1999, la Galerie Karsten Greve expose l’œuvre intime et mélancolique de cet artiste, où les matières les moins nobles deviennent de puissantes métaphores de la fragilité et de la volonté de résistance propres à la nature humaine. En 2017 deux musées européens lui dédient leur programmation : le Museo Vincenzo Vela de Lugano (Suisse), et le Kunstmuseum Kloster de Magdebourg (Allemagne), qui ouvrira son exposition en novembre prochain.

La recherche constante du potentiel poétique des éléments les plus ordinaires de la vie, de leur structure et de leur présence physique dans l’espace, ainsi que l’attention portée aux effets subtils de la lumière du jour, rapproche l’œuvre de Lawrence Carroll de l’univers de Giorgio Morandi. Les créations de l’artiste australien pourront alors dialoguer avec celles du maître italien grâce à l’exposition Giorgio Morandi, qui s’ouvre concomitamment dans l’espace de la Galerie Karsten Greve au fond de la cour. Les deux expositions amènent le spectateur dans un univers méditatif, où l’esprit se pose et on respire au rythme du souffle lent et doux du temps qui se sédimente.

L’œuvre de Lawrence Carroll est faite de matériaux humbles, de fragments oubliés, voire de poussière. Ses peintures, qui se font souvent objets, témoignent d’un temps qui laisse toujours sa trace sur la toile, constamment réinventée par un geste qui efface le précédent. Pour Carroll, la création repose sur un long processus de concentration et de contemplation. La volonté d’apprivoiser l’œuvre et de la laisser se révéler, crée un rapport d’intimité entre celle-ci et l’artiste. La peinture et la vie se lient alors de manière indéfectible, leur rapport allant au-delà du récit autobiographique, pour que l’œuvre elle-même devienne image de l’existence.

Discrètement, les peintures de Lawrence Carroll attendent le spectateur dans le silence qui leur est propre. Ce silence n’est pourtant jamais muet et en dessous du calme apparent de la surface une grande énergie bouillonne.