Théo Mercier — Le musée des Arts seconds

Exposition

Installations, photographie, sculpture, techniques mixtes...

Théo Mercier
Le musée des Arts seconds

Passé : 17 septembre → 22 octobre 2011

Certains expriment l’effroi en bandant peau et muscles comme des arcs ; d’autres s’amusent et glougloutent au fin fond d’une forêt de pierreries ; il en est qui ricanent, cancanent et s’esclaffent, d’autres qu’on a encordées de chanvre tant leur folie avait l’air contagieuse et leurs yeux furieux ; on en trouve des dodus, des poilus, des moussus, des plumus et des lippus ; d’autres se taisent et se lamentent sur leurs os, tandis qu’on semble ailleurs célébrer des dieux inconnus à grands coups de palmes et de canines étincelantes. Ça crie, ça gueule et ça se lamente. Ça prie, ça se tait et ça sourit. Ça n’a rien à dire et ça le hurle, ça reste enfoui et ça se révèle au grand jour. C’est pétrifié et en mouvement, ça donne des couleurs et ça porte le deuil. Ça célèbre, ça fête la naissance et ça pleure ses morts Et tous se taisent. Ebahis. Bouches bées d’être ainsi réunies. Babas heureux.

Car ils ont voyagé et ils ont vu du pays, mais avant… Avant ils ont été vénérés, maudits, piédéstalisés, vandalisés, peints, repeints, volés, revendus, collectionnés, maquillés, contrefaits et camouflés. Ils ont protégé des villages, défendus des tribus, ils ont fait venir la pluie et fait pousser des récoltes. Ils ont veillé des morts, paradé les jours de fêtes et attiré la foudre loin des huttes. Certains ont côtoyé des rois.

Mais jamais ils n’ont été présentés les uns aux autres, jamais ils n’ont été exposés.

C’est Théo Mercier qui est allé à leur rencontre et les a dénichés. A Mexico City et à Ostende, à Berlin et à Tewae-Sisassi, en Auvergne et au Bénin, chez d’obscurs collectionneurs et de grands mécènes, dans des salles des ventes ou des cabinets de curiosités. Un peu partout où l’on trouve des artisans, des secrets de fabrication et des malédictions ancestrales, des croyances et des peurs, des carnavals et des fêtes. Dans des endroits sans musée. Au hasard des voyages, au fil des acquisitions nouvelles.

Tout l’enjeu d’équilibriste, tout l’exercice de style de cette exposition fut de rendre cohérente une collecte dont chaque pièce revendique avec violence sa propre singularité. Pour les rendre visible, elle s’ouvre dans un premier temps sur une salle rassemblant une production folklorique de fin du monde, un défilé mortuaire de ce que les hommes peuvent produire et créer quand ils sentent l’apocalypse qui pointe : des échappatoires angoissées mais joyeuses, des danses avec la Faucheuse, un pied de nez artistique avant le Grand Saut et une conjuration par l’absurde.

La deuxième salle est celle de la naissance, de l’origine, de la matière première brute et du début. Les masques et les yeux, les statuettes et les hologrammes se posent tous la même question de la représentation de l’humain dans un monde qui n’est encore que chaos, qui ne s’est pas organisé socialement et qui invente son propre reflet dans le bois. Un monde qui en appelle aux dieux le plus souvent et qui demande protection en échange d’une œuvre, d’une sculpture ou d’un totem.

C’était un défi de les assembler, de les présenter au public dans leur absolue nudité sous le seul prétexte qu’elles ont des choses à se dire, des choses à nous dire. Bienvenue au Musée des Arts Seconds.

Jérôme Lambert
Galerie Gabrielle Maubrie Galerie
Plan Plan
04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

24, rue Sainte Croix de la Bretonnerie


75004 Paris

T. 01 42 78 03 97 — F. 01 42 74 54 00

www.gabriellemaubrie.com

Hôtel de Ville

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste