Lee Jin Woo — Vers le calme — Towards Calm

Exposition

Dessin, peinture

Lee Jin Woo
Vers le calme — Towards Calm

Passé : 5 septembre → 31 octobre 2015

En prêtant l’oreille on peut entendre le silence, la neige qui tombe et le lent flottement des nuages. Tout est question de disponibilité. Si l’on prend le temps de regarder, de regarder encore, de se laisser aller, loin, à l’intérieur d’une œuvre de Lee Jin Woo, on peut également entendre le silence d’un espace élargi, d’un temps plus vaste…

Necessité

Ces œuvres naissent d’un besoin essentiel : Le désir de l’artiste de se fondre dans la matière, dans la nature, dans « l’Etre » ; de disparaître. Pour y parvenir il travaille au point que cela devienne un mode de vie ; son labeur est une forme de méditation, une façon de se laisser absorber afin que quelque chose émane, peut-être. Loin les concepts et les programmes : travailler équivaut pour l’artiste à chercher.

Dans un texte magistral à paraître, Philippe Filliot écrit à propos de lui : L’action et la contemplation, la douceur et la violence, l’effort et la grâce, la matière brute et la vie spirituelle, tous ces contraires coïncident dans le creuset alchimique de son « grand œuvre ».

Doute

En 2011, l’artiste traversait une période de doute intense tandis qu’il luttait avec un tableau monumental où proliférait une foule de figures. Il s’est souvenu qu’au début des années 80, peu après son installation à Paris, alors qu’il se trouvait dans une détresse matérielle et artistique, sa seule nourriture —  des petits haricots blancs — avait germé dans un bol… Voir la nature poursuivre son propre ordre du jour quand lui-même était en proie au désespoir avait servi de déclencheur et il avait retrouvé l’inspiration. Lee Jin Woo a donc enterré la foule de son tableau — et le doute avec — sous la masse silencieuse et obscure du charbon noir. Parallèlement il a semé des graines sur une grande toile recouverte de Hanji. Une pelouse splendide a poussé et cette œuvre est devenue le contrepoint vivant et lumineux du mur immobile de charbon. L’ensemble — murs de doute, symboliques motifs d’escaliers, étendues d’herbe salvatrices — a composé l’exposition majeure qu’a été Mur (2012).

Vers le calme

En 2014 La lumière par le vent — quatrième exposition de l’artiste à la Galerie Maria Lund — suggérait l’arrivée imminente d’un renouveau. Celui-ci est à présent manifeste : L’œuvre de Lee Jin-Woo est parvenue à une forme de plénitude. Ses œuvres — entre peinture et relief — vibrent de luminosité ; la finesse et la délicatesse y rencontrent les matières et les manières les plus brutes.

Le regardeur est libre de recevoir le don d’effort et de temps que l’artiste lui offre, libre de suivre, de se laisser absorber à son tour dans cette quête d’une dimension plus grande inscrite dans les strates de matière. Ainsi le spectateur est entrainé à l’intérieur, sans jamais pouvoir appréhender totalement l’espace qui s’offre à lui. Noli me tangere… mais vous pouvez me suivre.

Spontanément, nous appellerons ces œuvres « paysages ». Paysages de contemplation, paysages faits de matières organiques (papier Hanji, charbon de bois, pigments, encre) redevenues nature et muées en véhicule de transcendance.

Etre soi-même

L’après-guerre a vu naître en Corée une « école » d’artistes contemporains coréens, Dansaekhwa (« L’école du blanc ») ou le Mouvement monochrome coréen. Ces artistes ont cherché à établir une passerelle entre l’histoire culturelle du pays et les mouvements contemporains occidentaux. Lee Jin-Woo appartient à la génération suivante. Comme les artistes de Dansaekhwa, il a ressenti le besoin de renouer avec la culture coréenne après des décennies dramatiques pour le pays. Cependant, si son œuvre présente des similitudes formelles avec ce mouvement (tridimensionnalité et l’emploi du papier Hanji), Lee Jin-Woo ne revendique rien de politique ni ne porte de concept. Son travail est éminemment personnel; il est celui d’une personne partie pour pouvoir chercher et trouver une façon de respirer. C’est sa respiration qui est proposée dans ses œuvres.

——————————

Lee Jin Woo (né en 1959) expose régulièrement en Corée, en Chine et en Europe. Vers le calme sera sa cinquième exposition personnelle à la Galerie Maria Lund après celles de 2007, 2009, 2012 et 2014. En 2006, la Galerie Manes à Prague a accueilli une grande exposition de son œuvre. Récemment, l’artiste a été professeur invité au Sichuan Fine Art Institute en Chine pour faire part de sa vision de l’art contemporain. A l’occasion de l’année de la Corée en France l’artiste a été sélectionné pour participer à l’exposition Séoul-Paris-Séoul au Musée Cernuschi à Paris.

Publication d’un catalogue avec un texte de Philippe Filliot. Edition soutenue par le Centre Culturel Coréen.

  • Vernissage Samedi 5 septembre 2015 17:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

48, rue de Turenne


75003 Paris

T. 01 42 76 00 33 — F. 01 42 76 00 10

www.marialund.com

Chemin Vert
Saint-Paul

Horaires

Du mardi au samedi de midi à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste