Lee Ufan

Exposition

Installations, peinture, sculpture, techniques mixtes

Lee Ufan

Passé : 6 novembre 2013 → 25 janvier 2014

Lee ufan 1 grid Lee Ufan — Galerie Kamel Mennour Avant d’honorer l’invitation du Château de Versailles en 2014, Lee Ufan expose ses oeuvres récentes à la galerie Kamel Mennour. Phi... 3 - Bravo Critique

L’extrême simplicité formelle de l’œuvre de Lee Ufan (né en 1936 à Haman-gun en Corée du Sud) intrigue au même titre que sa sophistication théorique.

« Art de la rencontre » selon sa propre expression, son œuvre articule les traces picturales, la pierre, le métal, le verre, l’ombre et la lumière. Ce vocabulaire fait de différences et de répétitions le place à côté mais à distance des plus grands noms du minimalisme. Lee Ufan travaille à la maîtrise des fondamentaux d’une culture universelle où l’espace, les éléments de la nature, les matériaux se rapprochent et révèlent la présence a minima de l’homme, de l’artiste. Son éducation coréenne, ses études et son installation au Japon, sa culture philosophique, sa position de théoricien, sa profonde connaissance de la philosophie européenne acquise à travers l’étude de Heidegger, son nomadisme d’artiste entre le Japon, la France, l’Allemagne, l’Europe en général et les États-Unis, l’ont convaincu que son œuvre devait correspondre à son « être au monde » au-delà de la traduction d’une quelconque appartenance nationale.

« Ce que nous voyons ici est une question posée à l’idée de civilisation. »

Lee Ufan concluait son discours de présentation par cette formule — en juin 2011 pour son exposition au Musée Guggenheim de New York — définissant ainsi l’ambition de son œuvre.

Alors qu’il est déjà philosophe et théoricien, militant de la réunification de la Corée, Lee Ufan constate que le signe artistique a plus de présence et d’efficacité que le texte par la vitesse de sa diffusion et l’impression qu’il laisse dans la mémoire collective. Théoricien puis acteur dans les performances liées au Mono Ha (l’École des Choses, 1968-1973), Lee Ufan accepte d’être artiste en bousculant les valeurs de son éducation traditionnelle où la pratique de l’art n’est considérée que comme un accompagnement de la formation d’un lettré, et jamais comme un statut social. Lee Ufan parle encore aujourd’hui de la « honte » d’être artiste.

Ce renoncement, cette mutation, devait ainsi dans son esprit se transformer en ambition dans un propos à valeur universelle dont la diffusion serait aussi radicale, simple et directe que celle de la musique. Lee Ufan porte ainsi depuis la fin des années soixante un projet global dont la traduction en peinture ou en sculpture est faite de différences et de répétitions.

Les matériaux, les formes engagées, le titre des séries, se comptent sur les doigts des deux mains. Peu de gestes, peu de mouvements visibles, un lien aux principes de la nature, une économie logique de la pensée, la maîtrise de la complexité, le sentiment de l’espace et plus que tout, la conscience aiguë d’une responsabilité historique et morale fondent son œuvre.

Entre les individus et le monde, entre les êtres et les choses, la rencontre — concept fondamental dans l’œuvre de Lee Ufan — est propre à produire l’expression d’une pensée, d’un geste capable de dire quelque chose de l’humanité et propre à produire de la civilisation.

Un titre permanent, Relatum, accompagne chacun de ses gestes de sculpteur. Papier, roche, métal, verre, espace s’articulent dans l’événement de la Rencontre ou de la Relation.

Sculpter consiste pour Lee Ufan à ne rien enlever, à ne rien ajouter à l’existant mais à choisir et à provoquer la « rencontre ». Les éléments de l’événement sont « cueillis » dans la nature et choisis dans le stock industriel. Une obsession de l’œuvre est de ne pas participer à la production des objets qui encombrent le monde et poubellisent l’espace naturel. Le « système » Lee Ufan, impressionnant par sa rigueur, consiste à ne pas agir en dehors de ce qui est déjà là, suffisant dans une sorte de logique cistercienne, pour traduire et explorer l’essentiel de la condition humaine.

Peindre chez Lee Ufan est une pratique, un parcours développé en sept titres à ce jour : From Point, From Line, East Winds, From Winds, With Winds, Relatum, Correspondance. Eloignée de toute considération expressive, de tout désir de traduire une position de l’égo ou un quelconque fait de psychologie, l’œuvre picturale de Lee Ufan s’incarne dans la pratique d’un geste où le corps en apnée n’est disposé que pour ce geste, et exerce une intervention figurée a minima par des traces jusqu’à l’épuisement de la couleur sur le pinceau dans l’espace. La rencontre à nouveau s’organise entre le déjà là de l’espace et l’inframince du tableau parfois assimilé au mur même, et ouvrant dans l’architecture des espaces de méditation.

La déambulation des visiteurs induite par les propositions picturales et sculpturales de Lee Ufan, au sein de la galerie kamel mennour, invite à pratiquer cette « cueillette » chère à l’artiste et capable de résoudre les bipolarités, les oppositions, les hiérarchisations brutales au profit d’un sentiment de plénitude.

L’œuvre de Lee Ufan a été présentée dans le monde entier : Musée monographique à Naoshima, Biennales Internationales, Documenta, Guggenheim, MoMA qui a su revenir sur les « avant-gardes » de Tokyo, Punta della Dogana à Venise qui est revenue vers le Mono Ha, Jeu de Paume à Paris. L’installation Relatum, Le Repos de la Transparence est présentée au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris jusqu’au 26 janvier 2014.

Michel Enrici
  • Vernissage Mercredi 6 novembre 2013 19:00 → 21:30
06 St Germain Zoom in 06 St Germain Zoom out

47, rue Saint-André des arts
6, rue du Pont de Lodi


75006 Paris

T. 01 56 24 03 63 — F. 01 40 46 80 20

www.kamelmennour.com

Odéon
Saint-Michel

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Lee Ufan