Les Horizons Muets

Exposition

Peinture, photographie, vidéo

Les Horizons Muets

Passé : 8 décembre 2010 → 26 février 2011

Avec l’exposition Les Horizons muets, la Galerie Orel Art est heureuse de présenter, pour la première fois en France, l’œuvre de l’artiste Saint-Pétersbourgeois Evgeny Yufit — membre fondateur, à la fin des années 70, du mouvement Underground et radical le « Nécroréalisme ». Longtemps rejeté par le régime communiste, ce n’est qu’à partir de 1989 que l’intérêt de Pontus Hulten et d’Alexandre Borovski pour ce groupe d’artistes, va permettre la réalisation des premières expositions à l’étranger.

Le Nécroréalisme est le seul phénomène en art qui mérite qu’on parle de lui actuellement.

C’est ce qu’a déclaré Peter Weibel, fameux artiste et critique d’art, dans un discours prononcé à l’ouverture du festival Graz en 2003.

Il est vrai que, même si de nombreuses cultures contemporaines capitalistes ont dissimulé l’idée de notre mortalité, les origines humaines — tout comme la naissance de l’art et de la culture — sont intimement connectées à la mort. L’Homme apparaît sur Terre en apprenant que les gens meurent tous un jour, tout comme lui mourra. Les premières œuvres d’art étaient des tombes, des tumulus et des pyramides. Ce n’est pas un accident que Yufit, le père du Nécroréalisme, ait toujours insisté sur le fait que son art ait un caractère éternel, en dehors de l’Histoire. Quoi qu’il en soit, le Nécroréalisme, en tant que pratique artistique, est apparut à une période historique spécifique et a sa propre histoire.

Le Nécroréalisme a émergé dans la période sombre de l’URSS, lors de l’Ere de Stagnation à la fin des années 70. En se moquant des idéaux les plus précieux de la culture soviétique — virilité, héroïsme, volonté de donner sa vie pour la patrie — le Nécroréalisme transforme le pathos émotionnel du Sots-Art en un humour noir brutal. Le Nécroréalisme détourne l’idéologie officielle d’immortalité, adoptant une approche radicalement différente de la représentation de la mort dans la vie et de la transformation du corps après la mort.

Yufit commença sa carrière non seulement comme réalisateur et photographe, mais aussi en tant que peintre. Dans des formes diverses et variées, ses films ont toujours mis en avant le concept même de l’expérience. Ses références principales sont celles de l’Avant-Garde cinématographique, en particulier l’Expressionnisme allemand, le Surréalisme français et le cinéma expérimental soviétique des années 20 (Fritz land, Wilhem Murnau, Germaine Dulac et Dziga Vertov).

Ses photographies, extraites de ses films, sont marquées par le thème du pathos.
Dans ses peintures en noir et blanc, Yufit expérimente aussi des pratiques scientifiques à travers l’hybridation entre l’homme et l’arbre, l’homme et le chimpanzé, en créant ses êtres zoomorphiques. Ses Zoomorphes forment des chaînes et des cercles, utilisent des connections orales-anales dans lesquelles la queue d’une créature rentre dans la bouche d’une autre avec la joie du collectivisme. Ce type de situations se retrouve dans ses films et ses photographies, le poteau jouant par exemple, un rôle similaire à celui de la queue.

Galerie Orel Art Galerie
Plan Plan
04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

40, rue Quincampoix


75004 Paris

T. 01 47 20 22 54 — F. 01 47 20 22 73

www.orelart.com

Rambuteau

Horaires

Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Evgeny Yufit