Liz Magor — The Blue One Comes in Black

Exposition

Installations, photographie, sculpture, techniques mixtes

Liz Magor
The Blue One Comes in Black

Encore 8 jours : 8 septembre → 18 décembre 2016

Liz magor credac 2 grid Liz Magor — Le Crédac, Ivry-sur-Seine Le Crédac organise une exposition exceptionnelle de Liz Magor, née en 1948. Figure de proue de la scène canadienne, le travail de c... 2 - Bien Critique

Artiste majeure de la scène artistique contemporaine canadienne, Liz Magor (née en 1948, vit et travaille à Vancouver) représenta notamment le Canada lors de la Biennale de Venise en 1984 et bénéficie en 2016 d’une rétrospective au Musée d’art contemporain de Montréal.

Liz Magor puise ses idées dans les croyances, réactions et comportements humains, particulièrement quand ils ont trait au monde matériel. Elle s’intéresse aux vies sociales et émotionnelles des objets ordinaires voire domestiques, affectionnant particulièrement les matériaux qui ont perdu le lustre de leur usage ou fonction d’antan. Les choisissant pour leur capacité à renfermer et à refléter les histoires, comme les identités personnelles et collectives, Liz Magor révèle une résonance dépassant leur simple fonction utilitaire par le biais de transformations et de déplacements.

Le credac liz magor the blue one comes in black vue exposition 01 medium
Liz Magor, Palm Pet, vue de l’exposition The Blue One Comes in Black, Centre d’art contemporain d’Ivry — le Crédac, 2016 Gypse polymérisé, laine, bois, sachet en plastique Courtesy de l’artiste & Marcelle Alix, Paris — Photo © André Morin / le Crédac

Ses œuvres, qu’elle dit conçues, créées et polies par le jeu des contradictions, semblent restituer les antagonismes qui tourmentent, mais qui participent aussi à la vitalité de l’existence. C’est en travaillant à partir de moulages hyper réalistes d’objets ou de vêtements quotidiens, en reprisant et protégeant des objets choisis pour leur apparente désuétude, que Liz Magor nous alerte. À travers ce réveil d’un monde matériel anonyme, on lit une certaine histoire de notre culture moderne : de la propriété au besoin de protection et d’accumulation, de l’ambigüité et de l’inconstance du désir qui nous lie aux objets.

La série de photographies Karl’s Castle (2003) dépeint un lieu d’attraction touristique sur l’île de Cortes (au nord de Vancouver, où l’artiste a installé sa cabane-atelier il y a de nombreuses années). L’intérieur photographié a été construit par un champion de lutte hongrois, en majorité avec des meubles recyclés recréant une étrange atmosphère médiévale. Malgré l’aspect vulnérable de la vie en solitaire, l’artiste montre qu’il est possible de vivre différemment en étant à la recherche d’une plus grande autonomie matérielle et d’une évasion à caractère utopique. Les photographies mettent en valeur la créativité de ces constructions faites à partir de débris recyclés, soulignant l’instinct qui vise à s’approprier son espace vital afin de s’y sentir protégé.

Autre série, celle des couvertures, qui, tels de grands aplats de couleur, sont suspendues à des cintres. Pliées, repassées, elles portent les housses en plastique de leur dernier passage au pressing. Liz Magor les a soigneusement choisies dans des magasins de seconde main, les a faites nettoyer et les a reprisées de fils ou de gypse polymérisé comme pour pointer la préciosité de la vétusté, l’intensité de la relation qui les nouait à leur ancien propriétaire (brûlures de cigarettes, accrocs dans le tissu, usure…). Surannées, les étiquettes qu’elles arborent indiquent la qualité de leur laine, ou encore leur traitement anti-mites. Leur usage apparaît intimement lié à l’identité nationale canadienne, soit parce qu’elles évoquent la longueur et la rigueur des hivers nord-américains, soit parce que leurs motifs rappellent l’histoire de l’Hudson’s Bay Company, l’une des plus vieilles compagnies spécialisées dans le commerce et la fourrure depuis le 17e siècle.

Le credac liz magor the blue one comes in black vue exposition medium
Liz Magor, vue de l’exposition The Blue One Comes in Black, Centre d’art contemporain d’Ivry — le Crédac, 2016 Courtesy of le Crédac — Photo © André Morin

L’œuvre est elle aussi une matière instable, propre à transformation, souvent chargée ou empreinte de choses qui ont déjà connu une carrière erratique. All the Names II, III (2014) est l’une des nombreuses pièces de l’artiste où les formes sont encapsulées dans des enveloppes de silicone. Cette série de boîtes translucides, légèrement irisées, protègent un contenu, ainsi rendu hors de notre portée et indiscernable. Elles ont été moulées à partir de boîtes en cartons emballées dans du papier kraft prêtes à être envoyées, leurs intérieurs laissés creux ont été remplis d’objets particuliers puis hermétiquement refermés. L’une renferme de petits paquets enveloppés de papier cadeau et de rubans ainsi qu’une accumulation de papier ; l’autre, des livres etpapiers, trouvés sans doute, abandonnés peut-être. Ces derniers intéressent l’artiste, car tout en étant témoins d’une époque, ils sont incomplets, désuets, et n’accèdent pas au statut de patrimoine ni même de curiosités.

Pour The Blue One Comes in Black, elle réunit un ensemble récent de sculptures et photographies, qui permettent de mesurer l’étendue formelle de sa démarche, s’attachant à privilégier le souvenir de l’humain, pour cette exposition située dans une ancienne usine.

––––––––––

Cette exposition est conçue en collaboration avec la Contemporary Art Gallery, Vancouver (Canada) ; et Peep-Hole, Milan (Italie).

Elle est soutenue par le Centre culturel canadien à Paris ; Canada Council for the Arts International Touring Program, The Province of British Columbia / International Touring Initiative et BC Arts Council Touring Initiative Program.

Liz Magor est représentée par les galeries Susan Hobbs, Toronto, Catriona Jeffries, Vancouver et Marcelle Alix, Paris.

Parallèlement, une exposition de Liz Magor est présentée à la galerie Marcelle Alix du 9 septembre au 29 octobre 2016 — 4 rue Jouye-Rouve, Paris 20 marcellealix.com

  • Liz Magor, The Blue One Comes in Black — Les Eclairs 4/4 Visite Dimanche 18 décembre à 16:00
94 Val-de-Marne Zoom in 94 Val-de-Marne Zoom out

La Manufacture des Œillets,
25-29 rue Raspail

94200 Ivry s/ Seine

T. 01 49 60 25 06 — F. 01 49 60 25 07

www.credac.fr

Mairie d'Ivry

Horaires

Du mardi au vendredi de 14h à 18h
Samedi et dimanche de 14h à 19h
Et sur rendez-vous Fermé les jours feriés

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Liz Magor