Marie Bovo — Sitio

Exposition

Photographie

Marie Bovo
Sitio

Passé : 15 décembre 2010 → 30 janvier 2011

Marie Bovo présente, à la Maison européenne de la photographie, trois ensembles d’œuvres récentes, Bab-el-Louk (2006) — _Les Cours intérieures_ (2008) — _Grisailles_ (2010), qui marquent un tournant dans son travail en raison d’une plus large place accordée à l’architecture.

Marie Bovo a longtemps photographié l’étrange lumière de la nuit : les néons et les enseignes japonaises, dont les éclats colorés brûlent et trouent l’obscurité, mais aussi la pâle lueur de la Lune et des étoiles. De ces images, les humains sont absents, comme chassés de ce paradis de plages méditerranéennes où l’artiste a installé sa chambre photographique. L’obturateur ouvert dilate le temps, fait cohabiter plusieurs temporalités — celle de la ville des hommes, demeurée hors champ mais dont on devine les éclairages électriques ; celle, plus mythologique, de la nature, de la mer, du ciel et de la terre. Les photographies de Marie Bovo jouent de l’entre-deux, de la dualité, de l’antinomie.

Dans la série Bab-el-Louk (2006), elle installe son appareil sur le toit d’un immeuble élevé du Caire. Elle braque son objectif vers les maisons en contrebas, dont on ne perçoit que les toits-terrasses en raison du dense maillage urbain. L’artiste photographie cette même vue à diverses heures du jour et de la nuit : la ville est à chaque fois la même et différente. Écrasée par un soleil de plomb aux heures chaudes, elle renaît dans la fraîcheur de la nuit. Ces toits-terrasses, “ce n’est pas encore dehors et pourtant ce n’est plus la stricte intimité de la maison. Ce sont des espaces intermédiaires, des intercesseurs entre les diverses dimensions de la ville”, nous dit l’artiste.

“Les toits du Caire ne s’insèrent pas dans le schéma politique d’un ordre moral de l’architecture, ils renvoient pourtant à la position en surplomb de ces villes utopiques du Moyen-âge et de la Renaissance, toujours à l’horizon, toujours en hauteur, dont l’un des modèles est la Jérusalem Céleste. J’ai cadré sans ciel, en basculant le point de vue, une légère plongée d’où la perspective surgit cavalière, la ville étant à elle-même son propre infini.”

Marie Bovo, extrait de «Sitio», Ed. kamel mennour, 2010

Les Cours intérieures (2008) que Marie Bovo photographie dans un quartier populaire de Marseille sont pareillement des espaces intermédiaires entre la rue et la maison. Cette fois-ci, l’objectif est dirigé non plus vers le bas mais vers le haut, à la verticale de ces « puits » où la lumière pénètre peu et où le long temps de pose capture, sous la forme d’un rectangle immaculé, le ciel qui se déploie au-dessus. Il y a quelque chose de la cathédrale et du sentiment d’élévation dans ces images, et le linge suspendu aux cordes apparaît comme autant d’anges baroques.

Cette référence à la peinture ancienne se perçoit dans l’intitulé des Grisailles (2010), série réalisée sous les porches qui, dans les mêmes immeubles, conduisent aux cours. Selon un protocole de prise de vue très similaire, ce sont cette fois-ci les plafonds écaillés, au relief lunaire et au moulures blessées, qui témoignent de l’histoire des lieux : ce sont là des habitats autrefois cossus et désormais pauvres, pour lesquels l’artiste évoque « une forme de résistance pasolinienne à l’espace bourgeois ».

  • Vernissage Mardi 14 décembre 2010 17:00 → 20:00

    Signature du livre

04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

5-7, rue de Fourcy


75004 Paris

T. 01 44 78 75 00 — F. 01 44 78 75 15

www.mep-fr.org

Pont Marie
Saint-Paul

Horaires

Du mercredi au dimanche de 11h à 20h
Fermeture les 25 décembre et 1er janvier (fermeture des expositions à 17h les 24 et 31 décembre)

Tarifs

Plein tarif 8 € — Tarif réduit 4,50 €

Gratuit aux moins de 8 ans, personne handicapée, personnel de la Ville, carte presse et les mercredis entre 17 et 20h

302x284 hands on design original

L’artiste